Devoir de Philosophie

Dans La poésie moderne et la structure d'horizon (p.6), Michel Collot écrit: L'écriture poétique, loin de se replier sur elle-même, vise constamment un dehors. Expliquez et discutez cette affirmation en fondant votre réflexion sur des exemples précis et d'époques diverses.

Extrait du document

Il faut que celui-ci taille dans un "marbre sans défaut". Les courts poèmes deviennent des bijoux d'orfèvre. On retrouve cette même approche dans les oeuvres de Théodore de Banville, qui remet en valeur les règles prosodiques dans Petit traité de versification française. Les poètes Parnassiens comme Leconte de Lisle, Sully Prudhomme ou Hérédia, refusant de traiter l'actualité politique ou d'étaler les souffrances et les affres de leur monde intérieur, privilégient la forme, et se coupent du "dehors" contemporain. Hérédia se perfectionne dans l'art du sonnet dans Les Trophées, et travaille notamment le dernier vers dans un souci de beauté formelle. Ainsi, dans "Soleil couchant": "Et le soleil couchant[...] / Ferme ses branches d'or de son rouge éventail". Théodore Banville, le jongleur verbal de L'Ode funambulesque, a également mis en avant l'intérêt et la valeur de la rime, ce que Verlaine rejettera au bénéfice de l'assonance. Ce souci de perfection verbale et esthétique, cette recherche de la beauté pour elle-même, est ainsi une expérience poétique qui s'apparente à une attitude de repli.             La recherche de l'hermétisme, de l'obscurité et de l'élitisme en matière de poésie est une autre démarche qui envisage l'écriture poétique comme autosuffisante.

Liens utiles