Devoir de Philosophie

BAUDELAIRE écrit dans son grand article sur Victor Hugo : Quand on se figure ce qu'était la poésie française avant qu'il apparût, et quel rajeunissement elle a subi depuis qu'il est venu, quand on imagine le peu qu'elle eût été s'il n'était pas venu, combien de sentiments mystérieux et profonds, qui ont été exprimés, seraient restés muets; combien d'intelligences il a accouchées, il est impossible de ne pas le considérer comme un de ces esprits rares et providentiels qui opèrent, dans l'ordre littéraire, le salut de tous, comme d'autres dans l'ordre moral, et d'autres dans l'ordre politique. Le mouvement créé par Victor Hugo se continue encore sous nos yeux. («Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains », Revue fantaisiste, 15 juin 1861). Vous examinerez cette appréciation d'un créateur sur un autre créateur, en tenant compte du fait qu'un artiste en juge toujours un autre au nom de son esthétique personnelle. Le mouvement créé par Victor Hugo s'est-il continué longtemps après BAUDELAIRE ?

Extrait du document

Quand on sait le jugement parfois sévère de BAUDELAIRE sur HUGO, on est surpris de l'emphase d'un pareil éloge. En 1861, l'auteur des Contemplations est, il est vrai, le glorieux banni. Et puis les derniers recueils ne prêtent pas le flanc à la critique par BAUDELAIRE de HUGO, représentant de l'école païenne. Influence de HUGO sur BAUDELAIRE? On pense tout de suite aux « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal ou à certains des « Petits Poèmes en prose ». Mais BAUDELAIRE l'élargit ici considérablement à tous les courants poétiques du second demi-siècle, courants dont il est lui-même tributaire. Le passage qui vous est proposé se trouve maintenant dans les Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, « Victor Hugo, II ». On aura grand intérêt à lire cet admirable article du plus grand critique du XIXe siècle. A propos de V. HUGO, BAUDELAIRE a quelquefois été très dur. Lecture : Salon de 1846, « Eugène Delacroix » (dans le BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 888-890). Comparer le grand article en faveur des Misérables (BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 786-793) à l'appréciation brutale que l'auteur des Fleurs du mal en donnait à sa mère dans une lettre : livre « immonde et inepte ». L'existence de jugements si divers semble s'expliquer surtout par le caractère déconcertant de HUGO : génie, mais parfois puéril, grand orchestre, mais parfois claironnant, riche du don de sympathie, mais souvent peu convaincant, etc. On peut donc, selon le point de vue choisi, soit l'accabler (philosophie filandreuse, vers bâclés, bons sentiments et mauvaise littérature...), soit le porter aux nues (visionnaire, torrent verbal, sensibilité au mystère universel, maîtrise du rythme...).

« BAUDELAIRE écrit dans son grand article sur Victor Hugo : Quand on se figure ce qu\'était la poésie française avant qu\'il apparût, et quel rajeunissement elle a subi depuis qu\'il est venu, quand on imagine le peu qu'elle eût été s\'il n\'était pas venu, combien de sentiments mystérieux et profonds, qui ont été exprimés, seraient restés muets; combien d\'intelligences il a accouchées, il est impossible de ne pas le considérer comme un de ces esprits rares et providentiels qui opèrent, dans l\'ordre littéraire, le salut de tous, comme d\'autres dans l\'ordre moral, et d'autres dans l\'ordre politique. Le mouvement créé par Victor Hugo se continue encore sous nos yeux. («Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains », Revue fantaisiste, 15 juin 1861). Vous examinerez cette appréciation d\'un créateur sur un autre créateur, en tenant compte du fait qu\'un artiste en juge toujours un autre au nom de son esthétique personnelle. Le mouvement créé par Victor Hugo s\'est-il continué longtemps après BAUDELAIRE ? Éclaircissements Quand on sait le jugement parfois sévère de BAUDELAIRE sur HUGO, on est surpris de l'emphase d'un pareil éloge. En 1861, l'auteur des Contemplations est, il est vrai, le glorieux banni. Et puis les derniers recueils ne prêtent pas le flanc à la critique par BAUDELAIRE de HUGO, représentant de l'école païenne. Influence de HUGO sur BAUDELAIRE? On pense tout de suite aux « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal ou à certains des « Petits Poèmes en prose ». Mais BAUDELAIRE l'élargit ici considérablement à tous les courants poétiques du second demi-siècle, courants dont il est lui-même tributaire. Le passage qui vous est proposé se trouve maintenant dans les Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, « Victor Hugo, II ». On aura grand intérêt à lire cet admirable article du plus grand critique du XIXe siècle. A propos de V. HUGO, BAUDELAIRE a quelquefois été très dur. Lecture : Salon de 1846, « Eugène Delacroix » (dans le BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 888-890). Comparer le grand article en faveur des Misérables (BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 786-793) à l'appréciation brutale que l'auteur des Fleurs du mal en donnait à sa mère dans une lettre : livre « immonde et inepte ». L'existence de jugements si divers semble s'expliquer surtout par le caractère déconcertant de HUGO : génie, mais parfois puéril, grand orchestre, mais parfois claironnant, riche du don de sympathie, mais souvent peu convaincant, etc. On peut donc, selon le point de vue choisi, soit l'accabler (philosophie filandreuse, vers bâclés, bons sentiments et mauvaise littérature...), soit le porter aux nues (visionnaire, torrent verbal, sensibilité au mystère universel, maîtrise du rythme...). Introduction Il nous est difficile de nous rendre compte exactement du rayonnement exercé par Victor Hugo sur ses contemporains. Son génie torrentiel, qui n'est pas sans traîner quelque boue, allait-il défier le temps? L'article de BAUDELAIRE sur HUGO, paru dans la Revue fantaisiste, le 15 juin 1861, prend donc pour nous la valeur d'un document : cri d'admiration d'un poète de la génération suivante pour un grand aîné; cri de reconnaissance d'un poète de génie pour un maître; cri d'étonnement devant la résistance de son oeuvre au temps. L'excès même de l'enthousiasme nous conduit à nous demander si la révolution hugolienne n'est pas magnifiée sans arrière-pensée et si de tels éloges se trouvent justifiés par le rôle de Victor Hugo dans l'évolution poétique du siècle écoulé. I. La révolution hugolienne (1823-1861) Il est arrivé à BAUDELAIRE de critiquer HUGO. Mais il a toujours existé entre eux des affinités électives, la plus importante étant le goût de la nouveauté, le sens du rapport qui existe entre la beauté et l'originalité. Aussi trouvons-nous moins ici l'expression d'une émotion artistique que le jugement d'un poète de métier sur l'apport d'un confrère. 1. Libération du langage. HUGO n'eût sans doute pas repoussé ces épithètes flatteuses. Car nul plus que lui n'a été conscient de la révolution qu'il opérait. Nouveau Don Quichotte, il attaque les valeurs séculaires, la routine du néo-classicisme et les institutions qui s'obstinent à les défendre. L'Académie, aïeule et douairière, prend les proportions d'une autre Bastille sur laquelle le poète sans-culotte fait souffler un vent révolutionnaire en mettant un bonnet rouge au vieux dictionnaire. Il s'agissait de substituer à une rhétorique usée, à l'ancien régime poétique, un langage neuf, où le mot neutre fût remplacé par le mot pittoresque, où la monotonie de l'alexandrin fût rompue par les rejets hardis et les rythmes ternaires, où les images fussent renouvelées par l'alliance du concret et de l'abstrait. 2. Élargissement du lyrisme. Mais BAUDELAIRE sait également gré à Huc° d'avoir exprimé tant de sentiments mystérieux et profonds qui, sans lui, seraient restés muets. Le mûrissement intérieur pouvait seul dominer cet amour de l'artifice qui se manifestait dans les Odes et Ballades et surtout dans les Orientales. HUGO reprend sans doute les thèmes traditionnels de lyrisme (la fuite du temps dans « Tristesse d'Olympio », la douleur paternelle dans « Pauca meae »), mais il élargit son inspiration en un lyrisme multiple Écoutez à présent; - dans ma raison qui tremble, Parfois l'une après l'autre et quelquefois ensemble, Trois voix, trois grandes voix murmurent... et surtout en un lyrisme universel qui devient celui de l'humanité entière : »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles