Devoir de Philosophie

« Un des lieux communs qu'on rabâche dans certains milieux, c'est que désormais la littérature n'aura plus à jouer qu'un rôle secondaire ; l'avenir est au cinéma, à la télé : à l'image. Je n'en crois rien. L'image sur le moment nous envoûte ; mais ensuite elle pâlit et s'atrophie. Les mots ont un immense privilège : on les emporte avec soi. » Que pensez-vous de cette affirmation de Simone de Beauvoir ?

Extrait du document

I. Contre le cinéma Le cinéma provoque l'envoûtement. J. Grémillon : « Hypnose, envoûtement, vide psychologique, telle est l'intoxication provoquée par la drogue cinématographique, par cet instrument de stupeur. » R. Huyghe : « Peu à peu, se crée une insatiabilité des images ; le regard, intoxiqué de mobilité, ne connaît plus la pause qui laisse éclore l'émoi nuancé ou la méditation ; il ne sait plus qu'absorber en une boulimie précipitée. » (Dialogue avec le visible). F. Kafka : « Je suis un visuel. Or le cinéma gêne la vision... Ce n'est pas le regard qui s'empare des images mais celles-ci qui s'emparent du regard. Elles submergent la conscience. » Le cinéma s'impose à l'imagination. J. Gracq : « La transposition cinématographique d'un roman impose brutalement au lecteur, et même à l'auteur, les incarnations pourtant très largement arbitraires qu'elle a choisies pour chacun des personnages... » (En lisant, en écrivant).

Liens utiles