Devoir de Philosophie

Selon un poète contemporain, le monde poétique est celui d'une autre planète. En vous aidant de poèmes que vous connaissez, vous vous demanderez quelles peuvent être les relations qui unissent le monde poétique et réel.

Extrait du document

Le poète trouve généralement son inspiration dans le monde dans lequel il vit. Ainsi, il peut interpréter les symboles que lui indique la réalité, tel que Baudelaire le fait dans son poème « Correspondances », extrait des Fleurs du Mal, au vers trois : « L'homme y passe à travers des forêts de symboles ». Et grâce à leur capacité à déchiffrer le monde, beaucoup de poètes se voient comme des prophètes, voire des mages, comme Victor Hugo au fil de son poème « fonctions du poète », tiré du recueil les Rayons et les Ombres publié en 1840.Afin de traduire les signes de la Nature, nous pouvons constater que les poètes utilisent souvent des métaphores. Dans le but d'évoquer la Lune, Victor Hugo utilisera « une faucille d'or », dans le dernier vers tiré du poème « Booz Endormi » de l'oeuvre La Légende des Siècles.

« Demande d'échange de corrigé de Elmo Joiie ([email protected]). Sujet déposé : Selon un poète contemporain, le monde poétique est celui d'une autre planète.

En vous aidant de poèmes que vous connaissez, vous vous demanderez quelles peuvent être les relations qui unissent le monde poétique et réel. Le poète trouve généralement son inspiration dans le monde dans lequel il vit.

Ainsi, il peut interpréter les symboles que lui indique la réalité, tel que Baudelaire le fait dans son poème « Correspondances », extrait des Fleurs du Mal, au vers trois : « L'homme y passe à travers des forêts de symboles ».

Et grâce à leur capacité à déchiffrer le monde, beaucoup de poètes se voient comme des prophètes, voire des mages, comme Victor Hugo au fil de son poème « fonctions du poète », tiré du recueil les Rayons et les Ombres publié en 1840.Afin de traduire les signes de la Nature, nous pouvons constater que les poètes utilisent souvent des métaphores.

Dans le but d'évoquer la Lune, Victor Hugo utilisera « une faucille d'or », dans le dernier vers tiré du poème « Booz Endormi » de l'oeuvre La Légende des Siècles.

Les métaphores, simples ou filées, permettent également d'embellir le monde réel. Effectivement, une part de la poésie consiste à émerveiller ses lecteurs pour leur faire découvrir la beauté du monde ordinaire qui les entoure.

De ce fait, de nombreux poètes décrivent des objets du quotidien pour en faire de véritables sujets d'art.

On pourra ainsi noter « le Pain » de Francis Ponge.

Certains seront même capables de décrire une laideur de façon plaisante, comme « Une Charogne » de Baudelaire, dans Les Fleurs du Mal.

Dans ce dernier poème, Baudelaire ne conte pas seulement ce qu'il voit, mais aussi ce qu'il sent : « La puanteur était si forte » (strophe 4, vers 3).De plus, le poète fait ressortir ses sentiments ou ses sensations à travers des assonances et des allitérations.

Dans « La Victoire de Guernica » de Paul Eluard, on retrouve des sonorités assourdies telles que des voyelles fermées « o » ou des consonnes nasales « n », mais aussi des diphtongues comme « oi ; ou » qui suggère un sentiment de tristesse de l'auteur.

Il utilise donc tous les sens possibles : l'ouïe, la vue et l'odorat, de manière à plonger ses lecteurs dans la splendeur de la poésie, elle-même inspirant à la beauté. Cependant, la beauté est différente du monde réel.

En effet, afin d'embellir ce quotidien, le poète le déforme à l'aide de ses multiples outils de rhétorique.

Alors que nous utilisons la prose pour nous exprimer, le poète utilise les vers dans ses poèmes.

D'autre part, cet artiste emploie généralement des rimes au bout de ses vers, ce qui enrichi d'autant plus le poème et donc le valorise à nos yeux.

Ces améliorations semblent nous révéler que ce monde ordinaire n'est pas vraiment beau.

Si le poète rêve d'un autre monde, c'est que celui dans lequel il vit ne le satisfait pas, voire même le rend malheureux.

Charles Baudelaire nous le confirme par cet univers étouffant du spleen, dans « Le Cygne » qui traite le thème de l'exil : « Ainsi dans la forêt où mon esprit s'exile » (premier vers de la dernière strophe).

Nous pourrons de cette façon ressentir la poésie comme une évasion vers un autre monde.

« L'Invitation au voyage » de Baudelaire, reflète d'ailleurs un asile, une consolation qui offre alors un moment de bonheur à travers l'imaginaire.

Cette capacité qu'ils possèdent à explorer nos rêves, sera parfois utilisée pour nous inciter à réfléchir sur divers faits, et pour nous ouvrir les yeux sur la réalité.

Ces différents poètes entreront dans la poésie engagée de manière à dénoncer plusieurs sujets, comme la guerre dans « La Victoire de Guernica » extrait de Cours Naturel de Paul Eluard, et d'une façon si imagée qu'elle en devient très convaincante. Sujet désiré en échange :Platon et la classification des désirs. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles