Devoir de Philosophie

Selon Pierre-Henri Simon, « l'exploitation moderne des mythes antiques » se fait généralement de la façon suivante: l'auteur moderne cherche à «y trouver, pour l'intelligence de l'homme du xxe siècle, un prétexte de réflexion et un jeu de symboles, en l'amusant d'ailleurs par la virtuosité de la transposition » (Théâtre et destin, 1959).

Extrait du document

.. »). De même, la matrone, femme du peuple de Thèbes, utilise le registre familier. Usuel depuis que le drame romantique a aboli la classique séparation des genres au nom du naturel, le mélange des genres reste discret. Le spectateur sourit certes de la suffisance du chef qui écrase le simple soldat de sa supériorité ou du tact de Tirésias qui « traduit » habilement les paroles du soldat si peu flatteuses pour la reine. Mais le rire devient grinçant quand Jocaste s'obstine à affubler Tirésias du surnom grotesque de Zizi : ce manque de considération envers l'interprète des dieux est lourd de menaces, car Jocaste a tort et de se moquer de Tirésias, et de négliger ses avis. Tandis que d'autres dramaturges exploitent le mélange des genres pour traiter sur le mode comique un sujet grave, par exemple Giraudoux dans La guerre de Troie n'aura pas lieu, Cocteau ne se sert du comique que comme contrepoint, mais laisse à sa pièce une tonalité dominante relevant du tragique : l'impossibilité pour Jocaste et Oedipe d'échapper à leur destin. [3. Les innovations du dramaturge] La virtuosité de Cocteau se situe ailleurs : au lieu de se contenter d'une transposition, il innove hardiment. Ainsi il n'introduit que tardivement, à l'acte IV, l'épisode central du mythe d'Oedipe, l'enquête menée par le héros pour connaître et punir le meurtrier responsable de la souillure de Thèbes, et son résultat : la découverte de l'atroce vérité. Dans les trois premiers actes, il exploite des épisodes antérieurs de la légende, que les dramaturges ne retiennent pas d'ordinaire.

Liens utiles