Devoir de Philosophie

Pour Musset, la poésie est essentiellement lyrique : « D'un sourire, d'un mot, d'un soupir, d'un regard/ Faire un travail exquis, plein de craintes et de charme, / Faire une perle d'une larme. » Peut-on réduire la poésie à cet objectif ?

Extrait du document

  - L'objet de la poésie lyrique est extrêmement variable puisqu'il est lié à la diversité des états psychologiques du sujet. Toutes les tonalités de la vie affective trouvent à s'y exprimer. Ceci explique l'essence musicale du lyrisme poétique ( lyrisme = lié à lyre ; il s'agit donc, à l'origine, d'un chant). C'est pourquoi cette poésie prend souvent forme dans des genres mineurs réputés pour leur musicalité, comme la ballade ou la chanson. La poésie lyrique attache aussi une grande importance à la métrique, source de musicalité : Ex : ·         Dans les Fêtes galantes (1869) et les Romances sans paroles (1874) de Paul Verlaine, le mètre impair est préféré pour exprimer les incertitudes et les défaillances de la subjectivité. ·         En général, le poème lyrique est composé d'octosyllabes, vers qui apparut longtemps comme le plus propice à l'expression mélodieuse de l'inspiration lyrique. Cf. La chanson du mal aimé d'Apollinaire.   NB : Possibilité de faire une transition avec la deuxième partie en évoquant le lyrisme hugolien qui va au-delà de la confidence  intime pour exprimer l'humaine condition ; cf. La préface des Contemplations : « Quand je parle de moi, je vous parle de vous ».

« Analyse du sujet et problématisation : La citation venant illustrer le sujet est extraite du très court poème de Musset, L'Impromptu, qui se présente comme une définition de la poésie, comme un art poétique.

Cette citation, comme le libellé du sujet l'explique, révèle une conception lyrique de la poésie : Musset rêve d'une poésie qui soit le passage d'une émotion ressentie ( cette émotion est exprimée matériellement par un « sourire », un « mot », un « soupir » ou un « regard ») à une production, un travail.

La démarche essentielle du poète est, selon Musset, celle de la métamorphose de l'affectif, de la pensée en production précieuse, raffinée mais aussi fragile ( l'antithèse entre les termes « craintes » et « charmes » signifiant que la démarche poétique est certes envoûtante, mais n'est pas facile, qu'elle est peu sûre d'elle, incertaine, comme le sont d'ailleurs parfois les sentiments et les émotions.) à l'« objectif » de la poésie doit donc être, selon Musset, de révéler les émotions et sentiments personnels dans leur raffinement mais aussi dans leur fragilité.

Cet objectif se présente comme celui de la poésie lyrique romantique. Le sujet, comme on l'a dit précédemment caractérise cette poésie de lyrique ; définissons plus précisément le lyrisme poétique.

Le lyrisme, en poésie peut s'entendre comme l'expression d'un sujet singulier qui tend à métamorphoser, voire à sublimer le contenu de son expérience et de sa vie affective, dans une parole mélodieuse et rythmée ayant la musique pour modèle.

La poésie lyrique doit en effet son nom à la lyre qui, dans l'Antiquité, accompagnait ses chants.

Il s'agira donc de ne pas occulter cet aspect musical de la poésie qui participe à son raffinement lyrique. Le sujet, dans sa formulation négative ( peut-on réduire) invite à ce que l'on dépasse cette conception lyrique de la poésie. Problématique : La poésie n'a-t-elle qu'une fonction lyrique ? Quelles sont les finalités de la poésie ? I) Certes le lyrisme apparaît comme un registre privilégié de la poésie - La poésie apparaît comme le genre littéraire privilégié de l'expression des sentiments intimes de l'individu. L'adjectif « poétique » qui a, dans son acception quotidienne, le sens d'harmonieux et de sentimental le doit à l'importance de la poésie lyrique qui est souvent considérée comme la seule forme de poésie.

La poésie lyrique est orientée vers le « moi » du poète, elle exprime ses sentiments les plus personnels.

Le poète lyrique se confie et s'épanche dans son poème.

La figure la plus célèbre du poète lyrique se présente comme celle d'une créature solitaire dont l'identité même se trouve suspendue à son chant.

En voulant exprimer ses sentiments intimes, le poète lyrique met souvent à nu sa fragilité et ses doutes, qu'il cherche à sublimer par le Verbe poétique : Ex : · Nerval, Les Chimères, « El Desdichado » : « Je suis le ténébreux,- le Veuf, - l'inconsolé » à poète évoquant son désespoir amoureux et tenant de reconquérir sa personnalité grâce à l'épanchement lyrique. · Le lyrisme sentimental des poètes élégiaques de La Pléiade ( Ronsard, Du Bellay etc..) à travers l'utilisation de formes telles que l'ode ou le sonnet, dédiées à l'expression lyrique.

cf.

Le sonnet XII des Regrets de Du Bellay, un poème lyrique dans lequel l'auteur tente de fuir son désespoir en chantant.: les deux premières strophes Vu le soin ménager dont travaillé je suis, Vu l'importun souci qui sans fin me tourmente, Et vu tant de regrets desquels je me lamente, Tu t'ébahis souvent comment chanter je puis. Je ne chante, Magny, je pleure mes ennuis, Ou, pour le dire mieux, en pleurant je les chante; Si bien qu'en les chantant, souvent je les enchante : Voilà pourquoi, Magny, je chante jours et nuits - La poésie lyrique traduit des émotions intenses dans une volonté de célébration des sentiments violents. Elle exploite donc souvent (surtout au XIXe siècle) le registre pathétique pour émouvoir le lecteur.

Mais l'ambition du poète lyrique est bien de métamorphoser ce pathos en Beauté. Ex : · Musset, La Nuit de Mai, « La Muse » : Les plus désespérés sont les chants les plus beaux, Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots. àCes deux vers énoncent la thèse romantique de la souffrance comme moteur de la création ; il y a un plaisir esthétique du sanglot dans la poésie lyrique romantique. - L'objet de la poésie lyrique est extrêmement variable puisqu'il est lié à la diversité des états psychologiques du sujet.

Toutes les tonalités de la vie affective trouvent à s'y exprimer.

Ceci explique l'essence musicale du lyrisme poétique ( lyrisme = lié à lyre ; il s'agit donc, à l'origine, d'un chant).

C'est pourquoi cette poésie prend souvent. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles