Devoir de Philosophie

Pierre Emmanuel

Extrait du document

De son vrai nom Noël Mathieu, ce poète français est né à Gan et mort à Paris. Il a perdu très tôt ses parents. Il a fait une grande partie de ses études dans un collège religieux à Lyon. Il passe une licence de philosophie. Il séjourne quelque temps aux États-Unis avant de devenir professeur à Cherbourg et à Pontoise. Pendant la guerre, il vit à Dieulefit. Il fait de la Résistance et après la Libération, il entre à la Radiodiffusion française. Son second recueil poétique, Tombeau d'Orphée (1941), fit sensation. La Résistance lui inspire de belles œuvres : Jours de colère (1942), Combats avec tes défenseurs (1942), XX Cantos (1942), La Liberté guide nos pas (1945). Chrétien, il essaya de concilier sa foi et les exigences de la Révolution. Une expérience dans les démocraties populaires en 1947 le détourne de cette tache. Il poursuit une œuvre poétique dont l'éloquence soutient l'examen des mythes chrétiens et païens. Memento des vivants (1946), Sodome (1946), Visage nuage (1956), Babel (1952), Versant de l'âge (1958). Il a également écrit d'importants essais : Poésie raison ardente (1947), Qui est cet homme ? (1948), L'Ouvrier de la IIe heure (1954) et Le Goût de l'Un (1963). Après quelques années de silence, il publie dans les années 70 le triptyque de Jacob (1970) et le vaste poème Sophia (1973) dédié à la femme. En 1975, il démissionne de l'Académie française qui l'avait élu en 1968 et fait paraître comme derniers ouvrages Una ou la mort de la vie (1979) et Duel (1980).

Liens utiles