Devoir de Philosophie

Miguel Hernández

Extrait du document

Né à Orihuela, province d'Alicante, dans une famille de paysans pauvres. Après avoir fréquenté pendant deux ans seulement l'école primaire, il travailla comme chevrier, pour aider ses parents, jusqu'à l'âge de 16 ans. Autodidacte, il publie ses premiers poèmes dans la revue d'Orihuela, “ Gallo Crisis ”, que dirige son ami Ramon Sije, qui meurt après avoir préfacé le premier livre de Miguel, Perito en Lunas (1933). 1934 sera une année cruciale dans sa vie ; il se consacre à la littérature et achève d'écrire un “ auto sacramental ”, Quien te ha visto y quien te ve que Bergamin publie dans sa revue “ Cruz y Raya ” il fait son premier voyage à Madrid où il se sent étouffé par la grande ville ; il épouse Josefina Mauresa, la grande passion de sa vie. Il lui faut pourtant rentrer à Madrid où bientôt il se lie d'amitié avec Aleixandre, Alberti et Pablo Neruda, alors consul du Chili dans la capitale d'Espagne. Il publie dans les principales revues espagnoles, et Manuel Altolaguirre fait l'impression de son livre El Rayo que no cesa (1936) Hernández a trouvé déjà une expression poétique personnelle et très vigoureuse. Il participe à la guerre civile dans les rangs de l'armée républicaine et écrit son meilleur livre de poésie épique : Viento del Pueblo (1937). La même année, il publie une pièce de théâtre, de goût classique qui fait penser à Lope, écrite avant la guerre : El Labrador de mis aire. En 1939 se publie El Hombre acecha qui exprime la douleur des hommes défaits par la guerre. Ce sera le dernier de ses livres qu'il verra publier de son vivant. Arrêté par les franquistes il est libéré momentanément grâce à l'intervention de quelques amis, mais quelques semaines plus tard est à nouveau jeté en prison. Il n'en sortira jamais. Atteint de tuberculose, il meurt dans la prison d'Ocaña (Tolède).

« Miguel Hernández 1910-1942 Né à Orihuela, province d'Alicante, dans une famille de paysans pauvres.

Après avoir fréquenté pendant deux ans seulement l'école primaire, il travailla comme chevrier, pour aider ses parents, jusqu'à l'âge de 16 ans.

Autodidacte, il publie ses premiers poèmes dans la revue d'Orihuela, “ Gallo Crisis ”, que dirige son ami Ramon Sije, qui meurt après avoir préfacé le premier livre de Miguel, Perito en Lunas (1933).

1934 sera une année cruciale dans sa vie ; il se consacre à la littérature et achève d'écrire un “ auto sacramental ”, Quien te ha visto y quien te ve que Bergamin publie dans sa revue “ Cruz y Raya ” il fait son premier voyage à Madrid où il se sent étouffé par la grande ville ; il épouse Josefina Mauresa, la grande passion de sa vie.

Il lui faut pourtant rentrer à Madrid où bientôt il se lie d'amitié avec Aleixandre, Alberti et Pablo Neruda, alors consul du Chili dans la capitale d'Espagne.

Il publie dans les principales revues espagnoles, et Manuel Altolaguirre fait l'impression de son livre El Rayo que no cesa (1936) Hernández a trouvé déjà une expression poétique personnelle et très vigoureuse.

Il participe à la guerre civile dans les rangs de l'armée républicaine et écrit son meilleur livre de poésie épique : Viento del Pueblo (1937).

La même année, il publie une pièce de théâtre, de goût classique qui fait penser à Lope, écrite avant la guerre : El Labrador de mis aire.

En 1939 se publie El Hombre acecha qui exprime la douleur des hommes défaits par la guerre.

Ce sera le dernier de ses livres qu'il verra publier de son vivant.

Arrêté par les franquistes il est libéré momentanément grâce à l'intervention de quelques amis, mais quelques semaines plus tard est à nouveau jeté en prison.

Il n'en sortira jamais.

Atteint de tuberculose, il meurt dans la prison d'Ocaña (Tolède). Il n'a pas cessé d'écrire jusqu'au dernier soupir : Cancionero y romancero de ausencias et ce qu'on connaît aujourd'hui sous le nom de Ultimos poemas.

Poèmes de l'amour inépuisable pour Josefina, poèmes de la solitude dans la prison, parfois — très rarement — poèmes du désespoir et, presque toujours poèmes de la foi dans l'homme.

Ici, comme dans El Hombre acecha, la poésie d'Hernández s'est épurée de tous les éléments superflus et atteint sa plénitude.

Une partie de son œuvre, bien que mutilée, a été publiée en Espagne à partir de 1952, mais c'est surtout en Amérique latine que sont sorties de nombreuses éditions de ses livres.

En 1959, les éditions Losada de Buenos Aires ont publié Les Œuvres complètes de Miguel Hernández, et en 1960 une Anthologie.

En France, les éditions Seghers ont publié une petite anthologie sous le titre de L'Enfant laboureur.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles