Devoir de Philosophie

L'oeuvre de ALEXANDRE DUMAS

Extrait du document

Fils d'un créole de Saint-Domingue, qui fut général d'Empire, le jeune Alexandre Dumas, né en 1803, grandit à Villers-Cotterets, sa ville natale, comme un sauvageon. Après avoir été clerc chez un avoué, il vient chercher fortune à Paris en 1822. Grâce à la protection du général Foy, il entre comme expéditionnaire dans les bureaux du duc d'Orléans. Il lit avec une ardeur impétueuse, s'enthousiasme pour Shakespeare, Byron, Walter Scott, Schiller. Le théâtre le tente : il donne quelques vaudevilles à l'Ambigu et à la Porte-Saint-Martin, puis brusquement il conquiert la gloire en faisant acclamer à la Comédie-Française, devant une galerie de princes, Henri III et sa cour, fresque d'histoire et drame d'amour, notre première pièce romantique jouée sur une scène (ii février 1829). En 183o, Dumas fait le coup de feu parmi les insurgés et espère un moment jouer un rôle politique. Il doit se contenter d'être l'idole du boulevard : Antony, « scène d'amour, de jalousie, de colère en cinq actes », est joué avec chaleur par Marie Dorval à la Porte-Saint-Martin et suscite un enthousiasme délirant (1831). Dès lors, Alexandre Dumas produit sans relâche pour la scène, faisant alterner tragédies, drames et mélodrames ; il demeure le plus acclamé des dramaturges romantiques : La Tour de Nesle (1832) eut huit cents représentations consécutives. Il s'essaie même dans de petites comédies, souvent pétillantes de verve et de bonne humeur (Mademoiselle de Belle-Isle, 1839).

« LE DRAMATURGE (1829-1842) Fils d'un créole de Saint-Domingue, qui fut général d'Empire, le jeune Alexandre Dumas, né en 1803, grandit à Villers-Cotterets, sa ville natale, comme un sauvageon.

Après avoir été clerc chez un avoué, il vient chercher fortune à Paris en 1822.

Grâce à la protection du général Foy, il entre comme expéditionnaire dans les bureaux du duc d'Orléans.

Il lit avec une ardeur impétueuse, s'enthousiasme pour Shakespeare, Byron, Walter Scott, Schiller. Le théâtre le tente : il donne quelques vaudevilles à l'Ambigu et à la Porte-Saint-Martin, puis brusquement il conquiert la gloire en faisant acclamer à la Comédie-Française, devant une galerie de princes, Henri III et sa cour, fresque d'histoire et drame d'amour, notre première pièce romantique jouée sur une scène (ii février 1829).

En 183o, Dumas fait le coup de feu parmi les insurgés et espère un moment jouer un rôle politique.

Il doit se contenter d'être l'idole du boulevard : Antony, « scène d'amour, de jalousie, de colère en cinq actes », est joué avec chaleur par Marie Dorval à la Porte-Saint-Martin et suscite un enthousiasme délirant (1831). Dès lors, Alexandre Dumas produit sans relâche pour la scène, faisant alterner tragédies, drames et mélodrames ; il demeure le plus acclamé des dramaturges romantiques : La Tour de Nesle (1832) eut huit cents représentations consécutives.

Il s'essaie même dans de petites comédies, souvent pétillantes de verve et de bonne humeur (Mademoiselle de Belle-Isle, 1839). Henri III et sa cour. Catherine d e Médicis, soucieuse de maintenir son fils Henri III sous sa tutelle, complote la perte de deux hommes susceptibles d e contrecarrer ses desseins : Saint-Mégrin, le « mignon » favori de son fils, et le duc de Guise, chef de la Ligue, qui aspire au trône.

Ayant appris que Saint-Mégrin et la duchesse de Guise s'aiment, elle favorise une entrevue des amoureux chez l'astrologue Ruggieri.

Mais le duc a des soupçons et décide de se venger.

Sous la contrainte de son gantelet de fer, il dicte à sa femme un mot de rendez-vous pour SaintMégrin.

Celui-ci accourt à l'hôtel de Guise, mais la porte du salon se referme sur lui.

La duchesse le met au courant du guet-apens : SaintMégrin lui dit son amour et tente de fuir par la croisée au moyen d'une corde que lui a lancée un page, mais il tombe percé de coups par des hommes postés dans la rue.

Avant qu'il expire, le duc de Guise ordonne aux assassins de lui serrer la gorge avec un mouchoir qu'il leur jette par la fenêtre : « La mort lui sera plus douce; il est aux armes de la duchesse de Guise ». Antony. L'action se déroule à Paris, sous la Restauration.

Adèle a épousé par devoir le colonel d'Hervey; une lettre lui annonce le retour d'un jeune homme, Antony, qu'elle a jadis aimé et qui avait brusquement disparu; elle part en voiture pour éviter l'entrevue, mais ses chevaux s'emportent.

Un homme les maîtrise à la force des bras : c'est Antony, qu'on fait transporter chez elle, blessé.

Antony, remis, révèle à Adèle la raison de sa disparition : il est un de ces enfants trouvés que les préjugés du monde condamnent à vivre en parias.

Adèle se sent reconquise, mais trouve la force de prendre la poste pour rejoindre son époux, en garnison à Strasbourg.

Antony se lance à sa poursuite, la rejoint à un relais et la ramène de force à Paris, où l'on jase sur leur aventure.

Il apprend le retour imminent du colonel, court chez Adèle et la supplie de fuir avec lui : elle hésite à cause de sa fille.

Le colonel frappe à la porte : c'est le scandale! Pour sauver l'honneur d'Adèle, Antony la poignarde et ouvre la porte au mari : « Elle me résistait, je l'ai assassinée! » LE ROMANCIER (1843-1870) Dès 1832, Alexandre Dumas avait mené de front le théâtre et le roman : grand admirateur de Walter Scott, il fait de l'histoire romancée une réalité vivante et pittoresque à l'usage du grand public.

Toutefois il ne s'impose dans le genre qu'à partir du jour où des collaborateurs réguliers (en particulier l'historien Auguste Maquet) lui fournissent la documentation nécessaire.

Ses principaux triomphes sont la célèbre trilogie constituée par Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après et Le Vicomte de Bragelonne (1844-1847); Le Comte de MonteCristo (1844-45); La Reine Margot (1845); La Dame de Montsoreau (1846);_ Ange Pitou (1853).

Les journaux se disputent ses romans, qui paraissent pour la plupart en feuilleton.

Alexandre Dumas acquiert ainsi une fortune considérable, qu'il dilapide avec une folle prodigalité. Pour échapper à ses créanciers, il s'exile trois ans à Bruxelles (1851-1854), où il écrit, sous le titre de Mémoires, le savoureux roman de sa vie.

A son retour en France, il ne produit plus guère, car le public, peu à peu acquis au réalisme, se détache de lui.

Il meurt, presque pauvre, au début de la guerre de 1870. Les Trois Mousquetaires. Le jeune gascon d'Artagnan est venu chercher fortune à Paris.

Il devient, à la suite d'un triple duel, l'ami de Porthos, d'Aramis et d'Athos, mousquetaires du roi; et il est admis dans leur compagnie.

Les quatre jeunes gens engagent la lutte contre le cardinal de Richelieu et un de ses agents, la perfide Milady de Winter.

D'Artagnan sauve l'honneur de la reine, compromis dans une intrigue d'amour avec le duc de Buckingham.

Les Mousquetaires se couvrent de gloire pendant le siège de La Rochelle.

Cependant, Milady a reçu du Cardinal l'ordre de supprimer le duc de Buckingham, allié aux protestants de La Rochelle.

Les Mousquetaires la font emprisonner: elle s'échappe, fait assassiner le duc et empoisonne une lingère au service de la reine, que d'Artagnan aimait.

Traquée par les Mousquetaires, elle expie ses crimes sur les bords d e la Lys.

D'Artagnan, réconcilié avec le Cardinal, est promu lieutenant des Mousquetaires.

Athos se retire à la campagne, Porthos se marie et Aramis se fait abbé. Monte-Cristo. Le jeune et vaillant capitaine d e vaisseau Edmond Dantès est accusé d'avoir croisé devant l'île d'Elbe pour recevoir un message de Napoléon.

Il est arrêté et incarcéré, non loin de Marseille, au château d'If.

Quinze années passent.

Edmond Dantès a pour compagnon de captivité l'abbé Faria, un étrange prêtre au regard étincelant et aux prestiges magiques.

Celui-ci, sur le point de mourir, lui révèle l'existence de trésors fabuleux dans une caverne de l'île de Monte-Cristo.

Dantès se substitue au cadavre de l'abbé; il est ficelé dans un sac et lancé à la mer, mais il réussit à remonter à la surface.

Il est recueilli par un bateau et atteint l'île de Monte-Cristo : il déterre les trésors dans la caverne.

Possesseur de soixante raillions, Edmond Dantès prend le titre de Monte-Cristo, se venge de ses ennemis et vient en aide à ses amis.

Lorsque justice est faite, il disparaît en direction de l'Orient sur un yacht aux voiles blanches, en compagnie de la douce Haydée, sa fiancée. UNE FORCE DE LA NATURE On retrouve dans les écrits de Dumas l'exceptionnelle vigueur de cet athlète bon enfant : « Vous êtes une des forces de la nature », lui écrivait un jour Michelet.

Un mouvement irrésistible anime toute sa production dramatique et romanesque; l'intrigue, nouée d'une poigne solide, entraîne le lecteur ou le spectateur dans un tourbillon d'aventures et le tient, haletant, jusqu'au dénouement.

Ses héros, musclés comme lui, ont une volonté farouche et un courage à toute épreuve.

Son style même, si sévèrement critiqué parfois, ne manque ni de vivacité ni d'agrément, lorsque l'écrivain s'abandonne à son élan naturel.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles