Devoir de Philosophie

Le je de l'autobiographie est le centre du monde, le je du mémorialiste est au centre du monde ?

Extrait du document

  II- L'écriture de son passé             A- Le centre du livre             Lejeune le rappelle très bien, l'autobiographie = identité de l'auteur, narrateur et personnage principal. Toute l'histoire racontée est centrée sur le héros qui est le narrateur qui est l'auteur. Ex : Rousseau, dans ses Confessions, après Montaigne (la « matière » de son livre) décide d'écrire un livre sur lui, lui « seul ». « Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme, ce sera moi ».                         B- Le regard du témoin Dans les mémoires, il y a aussi identité entre auteur et le narrateur mais y a-t-il identité entre l'auteur et le personnage principal ? C'est discutable. Le mémorialiste raconte, témoigne mais ne dit pas toute sa vie. Récit historique essentiellement. Ex : au début, Chateaubriand avait commencé à écrire Mémoires de ma vie. Il racontait en détail son enfance et ses relations assez fortes avec sa soeur Lucile.

« Le sujet repose sur la différence entre « au centre du monde » et « le centre du monde ». Il convient donc de discuter cette différence entre les mémoires et l'autobiographie, entre la place de l'auteur dans les mémoires et dans l'autobiographie et finalement. Il faut donc discuter sur la différence entre ces deux genres qui appartiennent au même : l'écriture sur soi. I- L'autobiographie et les mémoires A- Deux genres très proches Récit à la première personne, celui qui dit « je », c'est bien l'auteur, celui qui tient sa plume. Je décide de raconter et de se raconter, d'évoquer le monde tel qu'il le voit finalement. Auto (moi)-bio (vie)- graphie (écrire) : écrire ma vie.

Mémorialiste : auteur de mémoires à caractère historique. B- L'autobiographie • Philippe Lejeune : « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité ». • L'autobiographie est écrite par une personne plutôt âgée, à la fin de sa vie. • Autre but : essayer de mieux se comprendre, comprendre (aussi envie de s'expliquer, d'expliquer pourquoi l'auteur (souvent connu) a agi et devenu ainsi. Ex : importance des évocations de l'enfance dans les autobiographies.

Sarraute et Sartre insistent beaucoup sur leur culture livresque enfantine. « Je » : en tant qu'homme (ou femme) privé. C- Les mémoires Dans les mémoires, l'auteur raconte sa vie mais en tant que témoin ou acteur de l'Histoire. Ex : Chateaubriand (1768-1848) a vécu 80 ans, il a connu tous les bouleversements et les changements de régime (monarchie, Révolution, exil, Napoléon, Restauration).

Il veut donc témoigner : en tant que spectateur (chute de son monde, prise de la Bastille, Waterloo) et en tant qu'acteur (ministre, ambassadeur).

Il veut laisser un témoignage. « Je » : en tant qu'homme public (ex : de Gaulle ne parle pas de sa vie privée dans ses Mémoires). ∆) Comme le but originel des deux genres n'est pas la même, la place du « je » va changer aussi. II- L'écriture de son passé A- Le centre du livre Lejeune le rappelle très bien, l'autobiographie = identité de l'auteur, narrateur et personnage principal. Toute l'histoire racontée est centrée sur le héros qui est le narrateur qui est l'auteur. Ex : Rousseau, dans ses Confessions, après Montaigne (la « matière » de son livre) décide d'écrire un livre sur lui, lui « seul ».

« Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme, ce sera moi ». B- Le regard du témoin Dans les mémoires, il y a aussi identité entre auteur et le narrateur mais y a-t-il identité entre l'auteur et le personnage principal ? C'est discutable.

Le mémorialiste raconte, témoigne mais ne dit pas toute sa vie.

Récit historique essentiellement. Ex : au début, Chateaubriand avait commencé à écrire Mémoires de ma vie.

Il racontait en détail son enfance et ses relations assez fortes avec sa soeur Lucile.

Puis, il décide de faire des mémoires [1] : seul le premier livre évoque assez précisément son enfance.

Après, l'histoire est surtout le personnage principal vu à travers son regard.

Par ex, à la différence de Rousseau, n'évoque pas ce qui peut lui donner du plaisir, n'avoue pas de faute. C- L'écriture du passé • Autobiographie : auteur revient sur son histoire personnelle.

Alternance de moments passés (récit, imparfait/passé simple) et de réflexions au présent de l'auteur. Ex : lors de sa condamnation pour le peigne cassé, le jeune Jean-Jacques est révolté par l'injustice de sa situation. Rousseau, plus âgé, bien qu'encore remué par cet épisode, remarque qu'enfant, il n'avait pas vu « combien les apparences [l]e condamnaient ».

Alternance du récit passé et du commentaire présent. • Mémoires : récit qui évoque des faits historiques passés, temps du récit (passé simple/imparfait).

Mémoires de de Gaulle : effort de composition (connecteurs logiques, phrases complexes et souvent longues...).. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles