Devoir de Philosophie

« On écrit son autobiographie pour se remettre au monde soi-même» : comment comprenez-vous cette phrase de Philippe Lejeune ? Vous développerez votre propos dans un devoir argumenté.

Extrait du document

Elle peut être appréhendée comme une thérapie purificatrice. Ex : Les autobiographies des anciens détenus des camps de concentration ( Primo Lévi, Jorge Semprun...) : écrire permet d'exorciser les horreurs vécues dans le passé et de pouvoir songer à une nouvelle vie possible dans l'avenir. L'écriture autobiographique s'avère donc une forme de catharsis personnelle agissant directement sur l'autobiographe : elle le purge de ses passions ( au sens premier de « ce qu'il a subit ») et lui permet de renaître en homme neuf, disposé à vivre une nouvelle vie.   2)      Ecrire son autobiographie : se soumettre au jugement du lecteur   Le lecteur est un tiers qui va inévitablement porter un jugement sur l'expérience personnelle narrée dans une autobiographie. Du fait de la présence de ce lecteur-juge, l'autobiographie peut être une grande entreprise de justification par l'auteur de ses actes parfois condamnables. Il s'agira donc d'exorciser, en les avouant, ses pêchés afin de renaître neuf, comme après une confession. (cf. Rousseau)   III)         L'écriture autobiographique : une nouvelle construction de soi   1)      L'autobiographie : la recherche d'une vérité intime   L'entreprise autobiographique peut permettre à l'auteur de se remettre au monde lui-même, c'est-à-dire de retrouver celui qu'il était au moment de sa naissance, de remontre à sa nature profonde. Ainsi l'autobiographie aboutit à une véritable connaissance de soi, grâce à l'analyse permise par le décalage temporel sur son existence passée. Ainsi, le ressort de la démarche autobiographique de Montaigne dans Les Essais est-il le « connais-toi toi-même » socratique.

« « On écrit son autobiographie pour se remettre au monde soi-même.

» : comment comprenez-vous cette phrase de Philippe Lejeune ? Vous développerez votre propos dans un devoir argumenté. Analyse du sujet et problématisation : Ce sujet porte sur la finalité de l'écriture autobiographique. L'autobiographie est un récit dans lequel une personne raconte sa propre vie.

Dans Le Pacte autobiographique, Philippe Lejeune la définit comme un « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité.» Philippe Lejeune, dans notre sujet, envisage l'autobiographie comme une renaissance, une nouvelle naissance produite par l'autobiographe qui, par un retour rétrospectif sur son existence se met au monde lui-même. L'expression « se remettre au monde soi-même » fait allusion à l'accouchement, à la venue au monde d'un être neuf. Problématique : En quoi l'écriture autobiographique peut-elle aboutir à une nouvelle naissance ? Envisager l'autobiographie comme aboutissant à une renaissance, c'est l'envisager comme un véritable projet initiatique. I) L'autobiographie : une mise à nu de soi « Se remettre au monde soi-même » c'est d'abord se mettre à nu, tel un nouveau né : l'autobiographie permet cette mise à nu de soi qui se présente comme un travail difficile. 1) La démarche autobiographique : une démarche rétrospective L'autobiographie se présente d'abord comme une démarche rétrospective, c'est-à-dire comme une tentative de remontée au plus profond de ses souvenirs, l'idéal étant la remontée jusqu'à la naissance.

La démarche autobiographique est une démarche génétique ; l'autobiographe cherche à réaliser sa propre genèse.

Ce travail de remémoration s'avère très difficile du fait du caractère flou de la mémoire.

Sur ce point on peut se référer à l'entreprise Gidienne dans Si Le grain de meurt : J'écrirai mes souvenirs comme ils viennent, sans chercher à les ordonner.

Tout au plus les puis-je grouper autour des lieux et des êtres ; ma mémoire ne se trompe pas souvent de place ; mais elle brouille les dates; je suis perdu si je m'astreins à de la chronologie. Ainsi, plusieurs stratégies peuvent être mises en place par les autobiographes pour parvenir à la mise à nu de soi la plus pure : soit une genèse chronologique permise par un effort difficile de mémorisation ou par la collecte de témoignages ( ex : Histoire de ma vie de George Sand) , soit une genèse fondée sur le choix, dans le flux de souvenirs, de quelques évènements marquant sans chercher à les chronologiser. 2) L'impératif de sincérité Se mettre à nu pour se remettre au monde implique un impératif de sincérité, impératif présent dans le pacte autobiographique.

Il s'agit de tout raconter sans mentir ni occulter les actions les plus viles.

Il ne faut pas mentir au lecteur et surtout, ne pas se mentir à soi-même pour réussir à se mettre véritablement à nu.

On peut examiner ici le pacte autobiographique de Rousseau dans Les Confessions qui revendique cette sincérité : l'auteur affirme son projet de dire toute la vérité sur sa vie, de raconter ses faiblesses comme il racontera ses moments de gloire. II) L'autobiographie : une forme d'exorcisme 1) L'écriture autobiographique : une libération des fardeaux du passé Par l'écriture, l'autobiographe peut se libérer de certains fardeaux étouffants qui l'empêchent de vivre pleinement.

L'écriture autobiographique est une forme d'exorcisme des fantômes du passé.

Elle peut être appréhendée comme une thérapie purificatrice. Ex : Les autobiographies des anciens détenus des camps de concentration ( Primo Lévi, Jorge Semprun…) : écrire permet d'exorciser les horreurs vécues dans le passé et de pouvoir songer à une nouvelle vie possible dans l'avenir.

L'écriture autobiographique s'avère donc une forme de catharsis personnelle agissant directement sur l'autobiographe : elle le purge de ses passions ( au sens premier de « ce qu'il a subit ») et lui permet de renaître en homme neuf, disposé à vivre une nouvelle vie. 2) Ecrire son autobiographie : se soumettre au jugement du lecteur Le lecteur est un tiers qui va inévitablement porter un jugement sur l'expérience personnelle narrée dans une autobiographie.

Du fait de la présence de ce lecteur-juge, l'autobiographie peut être une grande entreprise de justification par l'auteur de ses actes parfois condamnables.

Il s'agira donc d'exorciser, en les avouant, ses pêchés afin de renaître neuf, comme après une confession.

(cf.

Rousseau). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles