Devoir de Philosophie

GUEZ DE BALZAC: vie et oeuvre

Extrait du document

Le nom de BALZAC porté par jean-Louis GUEZ lui vient d'un domaine familial situé à une lieue d'Angoulême. Dans sa jeunesse, cet écrivain se lie d'une amitié passagère avec le maître de la pensée libertine, Théophile de Viau. Polémiste par tempérament, il compose un Discours contre la tyrannie, et un violent libelle contre Du Vair alors garde des sceaux. En 1619, il aide à l'évasion de Marie de Médicis, prisonnière à Blois, et il l'accueille dans son domaine charentais. De Rome, où il passe dix-huit mois au service du cardinal de la Valette, il adresse à ses amis des lettres qui établissent sa réputation d'écrivain. Mais Le Prince, en 1631, n'est pas apprécié de Richelieu. Les rêves ambitieux de Balzac s'effondrent. Il se retire alors en Charente. Le corps et les nerfs malades, il mène une vie douillette, Il ne vient à Paris que rarement. Mais à l'Hôtel de Rambouillet ses lettres sont lues et commentées, et par elles, celui que l'on a surnommé le grand épistolier, continue d'influencer la pensée et le goût de ses contemporains.


« GUEZ DE BALZAC (1597-1654) Le nom de BALZAC porté par jean-Louis GUEZ lui vient d'un domaine familial situé à une lieue d'Angoulême. Dans sa jeunesse, cet écrivain se lie d'une amitié passagère avec le maître de la pensée libertine, Théophile de Viau. Polémiste par tempérament, il compose un Discours contre la tyrannie, et un violent libelle contre Du Vair alors garde des sceaux. En 1619, il aide à l'évasion de Marie de Médicis, prisonnière à Blois, et il l'accueille dans son domaine charentais. De Rome, où il passe dix-huit mois au service du cardinal de la Valette, il adresse à ses amis des lettres qui établissent sa réputation d'écrivain. Mais Le Prince, en 1631, n'est pas apprécié de Richelieu. Les rêves ambitieux de Balzac s'effondrent. Il se retire alors en Charente. Le corps et les nerfs malades, il mène une vie douillette, Il ne vient à Paris que rarement. Mais à l'Hôtel de Rambouillet ses lettres sont lues et commentées, et par elles, celui que l'on a surnommé le grand épistolier, continue d'influencer la pensée et le goût de ses contemporains. LE POLITIQUE ET LE MORALISTE Balzac s'intéresse beaucoup moins aux problèmes spéculatifs qu'à une philosophie pratique, susceptible de régler la conduite des princes et des simples particuliers. Sa pensée n'est pas d'une cohérence extrême. Son premier recueil de Lettres contient des maximes d'un machiavélisme inquiétant et semble mettre les rois au-dessus de la loi morale. Dans Le Prince, au contraire, il fixe comme limite aux droits du monarque les exigences morales du christianisme. Plus tard, il s'efforcera de concilier la sagesse antique avec la religion chrétienne. Il découvre chez les anciens un christianisme avant la lettre. Car cet esprit indépendant, fort moderne, croit à l'universalité de la raison et dans la religion chrétienne, il attache plus d'importance à la tradition morale qu'au dogme. LE MAITRE DE LA RHÉTORIQUE CLASSIQUE Par horreur du pédantisme, il lui est arrivé de malmener les humanistes de son temps. Il n'en a pas moins pour idéal le style majestueux et sobre des Romains de la belle époque. Il s'efforce de rivaliser avec eux. Il est hanté par la gloire épistolaire de Cicéron. Comme Malherbe, dont il est le continuateur, il déteste la confusion que les écrivains de la Pléiade ont introduite dans la littérature et dans la langue. Il recherche « l'élégance, la pureté et l'ordre ». Mais il est beaucoup plus artiste que Malherbe. Il ne fait pas un cas excessif des règles et professe que « savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art ». Nerveux, sensible, il a laissé d'exquises descriptions de la nature. Ses périodes méthodiquement construites lui ont valu sa réputation d'orateur inégalable. Il n'évite pas toujours la lourdeur, ni l'emphase. Mais il a donné à la prose classique la forme oratoire dont elle ne se départira plus. Il a montré la voie à Pascal, Bossuet, La Bruyère. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles