Devoir de Philosophie

François de Malherbe (1555-1628), poète de Cour, aurait dit un jour: "Un bon poète n'est pas plus utile à l'État qu'un bon joueur de quilles". Qu'en pensez-vous?

Extrait du document

Progressivement la quête d'un monde meilleur et l'annonce d'un avenir réconcilié se disent dans une langue nouvelle, poétique et prophétique. Les poètes romantiques, à l'encontre des Anciens, se considèrent comme les dépositaires d'une vision plus haute : ils veulent être les guides spirituels et politiques d'une France et d'un monde appelés à se régénérer. Victor Hugo en est le parfait exemple. ·        Autour de 1830 s'impose l'image d'une poésie inspirée. Mais le message compte davantage que l'écriture. Le travail du poète est en quelque sorte indépendant de cette mission sacrée, il n'en est que l'expression ou la traduction. ·        L'ambition suprême de Rimbaud (ou son suprême échec) va poser et reposer la question de la fonction du poète. Le jeune écrivain voulait changer la vie, il finit malheureusement par se taire. C'est à partir de ce silence que l'écriture poétique va être métamorphosée. Tout d'abord avec Mallarmé, Apollinaire, puis la génération des surréalistes qui rêve le monde, s'en éloigne pour retrouver les structures profondes de l'inconscient et chercher la vérité de l'homme dans le langage.

« Sujet: François de Malherbe (1555-1628), poète de Cour, aurait dit un jour: "Un bon poète n'est pas plus utile à l'État qu'un bon joueur de quilles".

Qu'en pensez-vous? Introduction Si l'on en croit Malherbe, le poète (et par extension son art) n'est pas d'un grand secours pour le monde dans lequel il évolue.

Il représente uniquement un « bon ouvrier du vers », non pas un mage ou un prophète, d'où sa fameuse réplique : « Un bon poète n'est pas plus utile à l'État qu'un bon joueur de quilles ».

De ce fait, que peut la poésie, que peut le poète ? Jusqu'au XVIII e siècle ces questions n'ont pas de sens ? Un poète, est alors un artiste comme un autre, proche encore de l'artisan sans doute capable d'invention, mais concevant d'abord son art comme une ornementation.

Or depuis cette époque, sa fonction a été bouleversée, pour s'éloigner peu à peu de cette vision restreinte des pouvoirs du poète.

Désormais l'homme de lettres reprend à son compte une mission éducative.

Il devient un intermédiaire entre Dieu et les hommes, un explorateur du langage capable de réorganiser le monde. Ainsi on peut s'interroger sur la nature des liens qui peuvent exister entre poésie et engagement (politique, social ou bien humain) : le poète est-il réellement inutile à l'État, comme l'affirme Malherbe ou bien indispensable comme semble le démontrer des siècles de poésie ? I/Ancienne et nouvelle fonction du poète · · · Les XVIe , XVIIe et XVIII e siècles voient poindre une insatisfaction existentielle.

Progressivement la quête d'un monde meilleur et l'annonce d'un avenir réconcilié se disent dans une langue nouvelle, poétique et prophétique.

Les poètes romantiques, à l'encontre des Anciens, se considèrent comme les dépositaires d'une vision plus haute : ils veulent être les guides spirituels et politiques d'une France et d'un monde appelés à se régénérer.

Victor Hugo en est le parfait exemple. Autour de 1830 s'impose l'image d'une poésie inspirée.

Mais le message compte davantage que l'écriture.

Le travail du poète est en quelque sorte indépendant de cette mission sacrée, il n'en est que l'expression ou la traduction. L'ambition suprême de Rimbaud (ou son suprême échec) va poser et reposer la question de la fonction du poète.

Le jeune écrivain voulait changer la vie, il finit malheureusement par se taire.

C'est à partir de ce silence que l'écriture poétique va être métamorphosée.

Tout d'abord avec Mallarmé, Apollinaire, puis la génération des surréalistes qui rêve le monde, s'en éloigne pour retrouver les structures profondes de l'inconscient et chercher la vérité de l'homme dans le langage.

Enfin dans les années 1950, l'exploration du langage ne sera pas une fin en soi mais davantage un travail qui permettra de retrouver la présence des choses, de revendiquer son droit à la liberté, à l'existence. II/Le poète engagé : grandeur d'une écriture et répercussions · · · Héritier des philosophes des Lumières, le poète du XXe siècle se donne pour mission de s'engager à changer la vie.

Une position qui est devenue à ses yeux une nécessité existentielle et un rôle qui est autant social qu'humanitaire.

Il s'agit, en effet, de guider le peuple dans sa marche vers l'avenir, Victor Hugo l'avait formulé ainsi: « Peuples, écoutez le poète !» (Les rayons et les ombres). L'expérience poétique (de poiein qui signifie « faire ») s'impose comme une absolue nécessité et s'articule à la difficulté d'affronter le monde.

Adhérer à ce monde qu'on ne comprend pas et que l'on refuse tel est le projet fondamental de cette poésie dérivée de la douleur et du sentiment d'une difficulté à vivre.

Paul Éluard, notamment, affirme à ce propos « une fois de plus la poésie mise au défi se regroupe, retrouve un sens précis à sa violence latente, crie, accuse, espère ».

En ce sens le poète devient le guide de tout un peuple. Notons, toutefois, que cette fonction de la poésie était déjà latente aux siècles précédents, notamment dans Les châtiments de Victor Hugo, la plus représentative d'une poésie de combat contre un pouvoir autoritaire ou encore dans Les Tragiques d'Agrippa d'Aubigné au XVIe siècle… III/La pluralité de l'écriture poétique : l'engagement l'un de ses moteurs · · · Le poète est reconnu pour sa capacité à appréhender poétiquement le monde, à entrer en communion avec l'univers.

Il représente à la fois la figure d'un médiateur entre les hommes et Dieu, d'un Prométhée « voleur de feu » et d'un éclaireur.

« Grand œil fixe, ouvert sur le grand tout » le poète chez Hugo est beaucoup plus qu'un spectateur il est un visionnaire, chargé d'une mission civilisatrice.

Or le fait que la parole poétique acquiert une dimension oraculaire et dans la mesure où le sens profond de la poésie est plus traditionnellement lié à la mythologie, n'attendons-nous pas de la lyrique qu'elle nous peigne un sentiment plus intime tel que l'amour ? L'engagement politique parasite-t-il l'ambition poétique pris dans son sens le plus stricte celui de la lyrique courtoise ? Le courant lyrique est certainement celui que l'on retrouve le plus tout au long de l'histoire poétique.

Accueillant l'expression personnelle des sentiments du poète il permet d'utiliser le pronom personnel « je ».

Ainsi des troubadours (qui utiliseront la forme et le fond de la poésie lyrique pour chanter l'amour), à Ronsard (qui élargira cet espace du lyrisme dans de nombreux recueils célébrant toujours le sentiment amoureux et plus particulièrement la femme notamment dans Les Amours de Cassandre, Les Amours de Marie, Hymnes…) à Chateaubriand, Apollinaire, Hugo ou Aragon, chaque siècle aura son ou ses poètes pour gloser sur l'amour.

Négligent-ils pour autant d'autres aspects de la vie ? Vont-ils faire perdre son âme à la poésie en évoquant le drame, la mort ou la guerre ? Vraisemblablement l'engagement politique en poésie est à considérer comme l'un des moteurs potentiel de l'écriture.

Il suffit de jeter un regard sur le passé pour prendre conscience qu'il n'existe pas de poète qui se soit limité au thème unique de l'amour. Précédemment nous évoquions Les Châtiments d'Hugo (l'homme eut une grande carrière politique) mais il fut également l'auteur des Contemplations, un recueil du souvenir de l'amour, de la joie, de la mort, du deuil voire de la mystique.

Enfin, afin de renforcer notre propos, citons certains poètes du XXe siècle, qui furent tout autant poète de l'amour que poète engagé.

Éluard était l'un de ces grands personnages capables d'imaginer les plus beaux vers d'amour comme ceux-ci : « La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur/Un rond de danse et de douceur » (Capitale de la douleur) et de coucher sur le papier l'expression parfaite de la condition humaine qui ne renonce pas malgré l'adversité : « Sur les champs sur l'horizon/ Sur les ailes des oiseaux/ Et sur les moulins des ombres/ J'écris ton nom » extrait du poème « Liberté », largué par les avions de la RAF en milliers de tracts sur la France occupée.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles