Devoir de Philosophie

BOSSUET Jacques Bénigne (biographie)

Publié le 22/07/2022

Extrait du document

« BOSSUET Jacques Bénigne. Dijon 27.9.1627 - Paris 12.4.1704.

Élève au collège des jésuites de sa ville natale, il reçoit une éducation classique et se signale par son ardeur au travail.

Tonsuré à huit ans, il est pourvu à treize d'un canonicat à Metz.

A quinze ans, il entre au collège de Navarre, à Paris, où,jusqu'en 1652, il étudiera la philosophie et la théologie.

Il a notamment pour maître le théologien Nicolas Cornet, dont il prononcera plus tard l'oraison funèbre (1663) et qui exerce sur lui une influence marquante. Très jeune, B.

s'est préparé à la prédication ; les dons oratoires et la curiosité intellectuelle sont chez lui prodigieux.

Il se pénètre de la Bible et .des œuvres des Pères ,.

. . de l'Eglise, de Tertullien, de samt Thomas d'Aquin et de saint Augustin.

À l'époque, il fréquente encore le théâtre, les salons. À l'hôtel de Rambouillet, il prononce, âgé de seize ans et à 11 heures du soir, un sermon improvisé qui fera dire à Voiture qu'il n'a jamais « oui prêcher ni si tôt ni si tard ».

Sous--diacre à Langres en 1648, B.

écrit une Méditation sur la brièveté de la vie dont les accents font songer à Pascal. La même année, il exprime l'essentiel de ses idées sur le rôle de la Providence dans une Méditation sur la félicité des saints. Reçu docteur en théologie en 1652, il est ordonné prêtre après avoir suivi une retraite sous la direction de saint Vincent de Paul à Saint-Lazare, et il opte pour le ministère direct.

Nommé archidiacre de Sarrebourg (1652), il rentre à Metz en 1654 et exercera son ministère jusqu'en 1659 dans cette province qui, ravagée par la guerre, connaît la misère et les désordres. Il s'initie aux réalités sociales en participant au vaste mouvement de charité qui se développe sous l'impulsion de saint Vincent de Paul.

B.

reconnaît ainsi dans« les ,,, prédicateurs de l'Evangile...

les véritables avocats des pauvres».

Il fera, entre 1657 et · 1663, une quinzaine d'exhortations d'une surprenante hardiesse en faveur des pauvres : égalité fondaroentale entre les hommes (Panégyrique de saint François d'Assise), appel à la charité auprès des privilégiés ; évocation d'un devoir de justice (Sermon sur le mauvais riche),.

dignité de la pauvreté (Sermon sur lëminente. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles