Devoir de Philosophie

Résumé de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand

Extrait du document

A l'Hôtel de Gascogne, la représentation de Clorise va commencer. Une animation fiévreuse agite le beau monde impatient. Le rideau se lève et d'aucuns s'étonnent de ne pas avoir aperçu dans la salle Monsieur de Bergerac. Sa haine envers Monfleury est bien connue et, par sa verve inégalée, il lui a récemment interdit de remonter sur scène. Or l'acteur adulé tient, ce soir, le rôle principal. Le rideau se lève et le comédien n'a pas dit deux mots que l'on voit avec surprise une épée se brandir dans le parterre : Cyrano apparaît et somme Monfleury d'interrompre immédiatement sa tirade. Le pauvre ne fait pas le poids face à son imposant agresseur. Poète, physicien, musicien, Cyrano est un extravagant cadet aux gardes qui se plaît à provoquer et flambe comme étoupe dans des joutes oratoires du plus bel aloi. Dame Nature l'a affublé d'un appendice nasal des plus proéminents et cette protubérance l'enorgueillit au point de provoquer en duel qui y fait allusion. Il collectionne les ennemis comme d'autres les décorations et aime à se battre seul contre cent. En quelques mots, il devient le point de mire de toute la salle.

« Rostand, Edmond (1868-1918) Dramaturge néoromantique français. Du droit à la littérature Se destinant à une carrière d'avocat, ce Marseillais "monte" à Paris pour y commencer des études de droit, mais ne s'intéresse bientôt plus qu'à la littérature.

Ecrivant sans grand succès des drames poético-historiques pour Sarah Bernhardt, il ne connaît véritablement la gloire qu'en 1897 avec Cyrano de Bergerac. Une oeuvre pleine de panache Cette pièce lui vaut en effet l'estime du public parisien, lassé des excès du naturalisme et du symbolisme.

Avec ardeur, légèreté et brio poétique, il exalte les valeurs nationales (la fronde, le courage, la fidélité).

Ce théâtre du langage tient tout entier dans la musique du vers habilement filé, qui soutient l'action et lui donne son rythme enlevé.

Panache, ironie, fougue et amour, telles sont les richesses du patrimoine national qu'incarne Rostand, avec une vivacité dans l'opportunisme, qui assure son triomphe. Parmi ses autres oeuvres, on peut citer l'Aiglon, qui évoque le destin du fils de Napoléon, et Chantecler. Coups d'épées et bons mots Nous sommes en 1640, à l'hôtel de Bourgogne.

Une voix sort de la foule pour interdire au comédien Montfleury de jouer sous peine d'être "fessé aux joues".

Le gêneur se présente : Cyrano de Bergerac, superbe cavalier au visage enlaidi par un grand nez.

Il se fait respecter, mais un vicomte vient se moquer de sa figure.

Cyrano lui vante les vertus du nez puis le blesse au cours d'un duel.

Il est courageux, bagarreur mais, sous le panache de son verbe, se cache un amour secret et impossible qu'il porte à sa cousine Roxane.

Une duègne vient lui donner rendez-vous de la part de la jeune femme dans une rôtisserie.

Cyrano, enivré, se bat contre cent épées. Un amour fidèle fait d'honneur et de pureté Lorsqu'il rencontre sa cousine, elle lui avoue son amour pour...

Christian de Neuvillette, le capitaine des cadets de Gascogne.

Elle craint pour sa vie et demande protection.

Cyrano accepte par amour pour sa "presque sœur". Christian confie aussi son intimité au Gascon.

Il aime Roxane, mais les femmes n'aiment que les hommes spirituels ; et il se sait dépourvu d'esprit.

Cyrano s'engage à formuler ses sentiments malgré l'embarras de la situation.

Ainsi écrit-il les lettres d'amour de son rival.

Un soir, même, il se cache sous le balcon de Roxane pour souffler à Christian ce qu'il faut dire.

Le capitaine est si maladroit que Cyrano finit par parler lui-même sans se faire reconnaître. Les deux amoureux se marient.

Les cadets de Gascogne sont envoyés au siège d'Arras.

Dans la campagne, Cyrano écrit lui-même les lettres de Christian à Roxane.

Celui-ci en éprouve de la gêne et du remords.

Les deux hommes conviennent de dévoiler la vérité à leur retour, mais une attaque des ennemis tue le jeune homme.

Cyrano garde pour lui le secret qui les liait. Quinze ans plus tard, au couvent où elle s'est retirée, Roxane attend la visite hebdomadaire de Cyrano.

Pour une fois, il est en retard.

Il arrive, vieilli, las.

Il a été frappé par derrière et n'a que le temps de dire son amour, de tout dévoiler avant de mourir, laissant Roxane avec son deuil cruellement renouvelé. Résumé de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand A l'Hôtel de Gascogne, la représentation de Clorise va commencer.

Une animation fiévreuse agite le beau monde impatient.

Le rideau se lève et d'aucuns s'étonnent de ne pas avoir aperçu dans la salle Monsieur de Bergerac.

Sa haine envers Monfleury est bien connue et, par sa verve inégalée, il lui a récemment interdit de remonter sur scène. Or l'acteur adulé tient, ce soir, le rôle principal.

Le rideau se lève et le comédien n'a pas dit deux mots que l'on voit avec surprise une épée se brandir dans le parterre : Cyrano apparaît et somme Monfleury d'interrompre immédiatement sa tirade.

Le pauvre ne fait pas le poids face à son imposant agresseur. Poète, physicien, musicien, Cyrano est un extravagant cadet aux gardes qui se plaît à provoquer et flambe comme étoupe dans des joutes oratoires du plus bel aloi.

Dame Nature l'a affublé d'un appendice nasal des plus proéminents et cette protubérance l'enorgueillit au point de provoquer en duel qui y fait allusion.

Il collectionne les ennemis comme d'autres les décorations et aime à se battre seul contre cent.

En quelques mots, il devient le point de mire de toute la salle. S'il excelle dans le domaine de la satire, sa verve se fait romantique lorsqu'il évoque sa cousine Roxane qu'il aime en secret d'une passion ardente.

Mais fier jusqu'à l'orgueil, il garde le silence, car il ne pourrait survivre à un refus, ou pire, à une moquerie. Au sortir de la représentation écourtée, la duègne de Roxane le fait mander.

Fiévreusement, il rédige la lettre d'amour que son coeur a mille fois écrite au cas où il distinguerait, dans le regard de la belle, une lueur d'espoir.

Mais il en va tout autrement : Roxane vient lui parler d'amour, mais de celui qu'elle voue à Christian de Neuvillette, jeune et beau cadet de Gascogne.

Elle ne lui a jamais parlé mais sait, par ouï-dire, qu'elle ne lui est pas indifférente.

Redoutant. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles