Devoir de Philosophie

Quelles idées sur le théâtre de Racine vous suggère ce jugement de François Mauriac (Mémoires Intérieurs, p. 167) : « L'âme dans Hermione, dans Roxane, dans Phèdre, loin de freiner cet instinct animal et monstrueux qu'elle porte en elles, prête à sa fureur ce qu'il faut d'intelligence et de puissance pour le rendre criminel et pour donner raison à la Grâce de leur avoir manqué » ?

Extrait du document

II. - Le statut tragique : Tous ces éclaircissements s'organisent si l'on se souvient que Racine a choisi comme thème tragique la misère de l'homme sans Dieu, point de départ précisément de l'apologétique pascalienne. a) On retrouve donc ici toutes les conditions générales de cette misère : - l'âme victime d'une fatalité qui la livre à la concupiscence comme malgré elle, et quelquefois à son insu : Hermione et Roxane n'en sont même pas conscientes et agissent selon les règles reçues des princesses. Seule, Phèdre à la conscience du péché, mais c'est encore malgré elle qu'elle est perfide, incestueuse, comme c'est malgré elle que Thérèse Desqueyroux tente d'empoisonner son mari; - l'âme ayant assez d'intelligence et de pouvoir pour se rendre criminelle, puisque pensant, délibérant, choisissant et exécutant son acte. b) Cette misère se trouve aggravée par des conditions particulières, - ce sont des princesses, le Roi étant pour Pascal le symbole de l'humanité, selon l'ordre de la chair; - ce sont des orientales qui confondent la fatalité divine avec la fatalité de leur instinct. c) Aussi leur châtiment est-il mérité et la Grâce a-t-elle eu raison de leur avoir manqué, car « Voilà, semble nous dire Racine, ce que c'est de n'avoir pas été sauvé par le vrai Dieu; voilà les hommes comme ils sont quand ils sont privés des lumières de la Foi; voilà comme ils ne devraient pas être s'ils croyaient en Dieu ! La Grâce a eu raison de leur manquer par ce que son absence même prouve sa présence ! Ce sont donc des conceptions jansénistes qui sont à la base du tragique racinien. III. - Conséquences : Pour incarner ce tragique, il faut des êtres qui s'y prêtent et dont tous les éléments renforcent la vraisemblance : a) D'où le choix de femmes, plus sensibles, plus passionnées, presque toujours plus instables que des hommes, et, par suite, plus intéressantes psychologiquement; b) d'où le choix de l'âge. Il faut qu'elles soient d'un âge à pouvoir ressentir la passion amoureuse. Phèdre, la plus âgée des trois est en proie au « démon de midi ».

« Quelles idées sur le théâtre de Racine vous suggère ce jugement de François Mauriac (Mémoires Intérieurs, p.

167) : « L'âme dans Hermione, dans Roxane, dans Phèdre, loin de freiner cet instinct animal et monstrueux qu'elle porte en elles, prête à sa fureur ce qu'il faut d'intelligence et de puissance pour le rendre criminel et pour donner raison à la Grâce de leur avoir manqué ». Introduction : a) Racine a été remarquablement commenté, de nos jours, par le romancier François Mauriac, dont les héroïnes de roman (Thérèse Desqueyroux, par exemple) offrent des affinités évidentes avec les héroïnes raciniennes. b) D'où l'intérêt de cette opinion. c) Éclairée, elle peut donner, selon nous, la clef du statut tragique et métaphysique de son théâtre. I.

— Eclaircissements : Hermione, Roxane, Phèdre, ces trois noms suffisent non seulement à nous rappeler trois pièces célèbres de Racine, trois pièces de la passion amoureuse sans espoir et qui voue finalement l'être aimé à la mort, mais certains aspects précis de son théâtre profane : a) le personnel tragique de Racine est surtout composé de femmes, de tous les âges.

Voir en particulier le titre de ses pièces.

Il y peint des tigresses et des agnelles : ici Mauriac n'a retenu que des tigresses ! b) Ce sont des princesses : une fille de roi, pour la première, une sultane pour la seconde, une reine pour la troisième.

Elles ont tous les caprices et tous les privilèges de leurs titres.

Elles ont toutes trois les mêmes malheurs tragiques, c'est-à-dire qu'elles aiment en vain, d'un amour non partagé, l'une Pyrrhus, l'autre Bajazet, la dernière Hippolyte parce que le coeur de ces hommes est ailleurs.

Donc la même passion, aiguisée tôt ou tard par la présence d'une rivale heureuse et l'absence d'un époux : la première est en effet une toute jeune fille; Phèdre croit son mari mort, Roxane est séparée d'Amurat parti en expédition contre Babylone. c) Toutes trois sont des Orientales, donc fatalistes : deux appartiennent, dans la Grèce antique, aux familles tragiques de la légende, la dernière à l'Orient islamique contemporain du poète, mais, nous explique Racine dans sa Préface à la pièce, l'éloignement dans l'espace peut tenir lieu d'éloignement dans le temps au point que le dramaturge n'a pas à sombrer dans l'anecdote et le romanesque. d) Enfin Mauriac esquisse le profil psychologique et dramatique identique de ces trois héroïnes : l'âme, totalité de leurs facultés mentales dans ce qu'elles ont de plus élevé, et d'immortel, y est menée par l'instinct, ce qu'il y a de plus éphémère, de plus lié au corps.

L'instinct y est clairement défini puisqu'il s'agit de la sexualité la plus animale.

Il met à son service l'intelligence et la puissance c'est-à-dire la force sans le droit.

Il ne peut que s'appeler Désir, Passion et non Volonté. e) Puis Mauriac étudie les consciences morales : l'intelligence et cette puissance les rendent criminelles parce qu'il y a là conscience plus ou moins claire du Mal, intention de le faire, et insistance à le faire, jusqu'à sa réalisation totale, comme malgré elles. « La grâce leur a manqué » énonce d'abord un fait : Le Christ n'est pas encore venu pour la Grèce, et s'il est venu pour l'Islam, il n'a pas été reconnu.

Mais pourquoi la grâce a-t-elle eu raison de leur avoir manqué ? II.

— Le statut tragique : Tous ces éclaircissements s'organisent si l'on se souvient que Racine a choisi comme thème tragique la misère de l'homme sans Dieu, point de départ précisément de l'apologétique pascalienne. a) On retrouve donc ici toutes les conditions générales de cette misère : — l'âme victime d'une fatalité qui la livre à la concupiscence comme malgré elle, et quelquefois à son insu : Hermione et Roxane n'en sont même pas conscientes et agissent selon les règles reçues des princesses.

Seule, Phèdre à la conscience du péché, mais c'est. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles