Devoir de Philosophie

Quel est le rôle de Boileau dans l'histoire littéraire du XVIIe siècle ?

Extrait du document

LE ROLE DE BOILEAU Quel est le rôle de Boileau dans l'histoire littéraire du XVIIe siècle ? Introduction : Le rôle que quelqu'un joue s'entend de la fonction dont il s'acquitte, du genre particulier d'action qu'il exerce. De quelle façon Boileau a-t-il agi sur l'histoire littéraire du xviie siècle ? Telle est la question. Le poète et le moraliste étant ici négligeables, c'est le critique et le théoricien qu'il faut considérer : de là deux parties dans la composition. I. Comme critique, Boileau a combattu certains défauts qu'il rencontrait chez les mauvais auteurs de son temps, et même quelquefois chez les bons, notamment : - la préciosité, - la fade galanterie d'un Quinault, - l'emphase d'un Brébeuf, - la prolixité d'un Scudéry, - le dur prosaïsme d'un Chapelain, - les invraisemblances d'un Pierre Corneille, - les bouffonneries d'un d'Assoucy et d'un Scarron, ou même de Molière -dans celles de ses comédies qui sentent trop la farce. II. Comme théoricien, Boileau a défini les règles de la bonne poésie, lesquelles sont essentiellement fondées: 1. sur l'imitation de la nature, entendue : a.

« LE ROLE DE BOILEAU Quel est le rôle de Boileau dans l'histoire littéraire du XVIIe siècle ? Introduction : Le rôle que quelqu'un joue s'entend de la fonction dont il s'acquitte, du genre particulier d'action qu'il exerce.

De quelle façon Boileau a-t-il agi sur l'histoire littéraire du xviie siècle ? Telle est la question.

Le poète et le moraliste étant ici négligeables, c'est le critique et le théoricien qu'il faut considérer : de là deux parties dans la composition. I.

Comme critique, Boileau a combattu certains défauts qu'il rencontrait chez les mauvais auteurs de son temps, et même quelquefois chez les bons, notamment : — la préciosité, — la fade galanterie d'un Quinault, — l'emphase d'un Brébeuf, — la prolixité d'un Scudéry, — le dur prosaïsme d'un Chapelain, — les invraisemblances d'un Pierre Corneille, — les bouffonneries d'un d'Assoucy et d'un Scarron, ou même de Molière -dans celles de ses comédies qui sentent trop la farce. II.

Comme théoricien, Boileau a défini les règles de la bonne poésie, lesquelles sont essentiellement fondées: 1.

sur l'imitation de la nature, entendue : a.

au sens d'une peinture exacte de la réalité extérieure ; b.

et surtout au sens d'une peinture exacte de la nature humaine, dans ce qu'elle a de permanent et d'universel ; 2.

sur le culte de la raison, qui seule discerne par où l'on se rapproche et par où l'on s'écarte de la nature ; 3.

sur l'autorité des anciens qui, avant nous, ont imité la nature et cultivé la raison, et qui, de ce fait, doivent nous servir de maîtres. Conclusion : Il ressort de là que Boileau a servi de guide littéraire à son siècle : tel est son rôle.

Non pas qu'il ait été le seul, ni le premier à blâmer le mauvais goût et à connaître les règles du beau et du vrai ; mais il a fait de cet objet sa principale étude, et il a su parler avec assez d'autorité et de force pour s'imposer, et pour longtemps, à tous.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles