Devoir de Philosophie

Que nous apprennent les monstres ? Le théâtre nous offre une galerie impressionnante de monstres : ont-ils quoi que ce soit à nous apprendre ?

Extrait du document

Que signifie la présence de tels monstres au théâtre ?   Ce sujet met finalement en jeu les fonctions du monstre au théâtre   I)                  Les monstres engendrent une réflexion sur l'origine des sociétés et de l'humanité   1)      Le monstre : symbole du chaos originel   Le monstre, créature terrible et souvent informe est un symbole du chaos originel. Mircea Eliade (Le sacré et le profane /Aspects du mythe) évoque souvent dans ses écrits le rôle du monstre comme élément fondateur du monde dans plusieurs cultures et sociétés anciennes. Dans le théâtre antique, le monstre a souvent cette fonction métaphysique. Ex : Le Cyclope dans la pièce éponyme d'Euripide.   2)      Le monstre permet l'initiation   Le combat contre le monstre est, dans les sociétés primitives, un élément de l'initiation de l'adolescent ( cf. Eliade ou Roger Caillois). Au  théâtre, cette lutte fait partie de l'initiation du héros à l'héroïsme :les monstres permettent aux h éros souvent très jeunes d'accéder via un "monstricide" à la reconnaissance de l'état adulte.   Ex : Oedipe qui libère Thèbes du Sphinx qui symbolise le savoir absolu par son énigmatisme ( Oedipe Roi de Sophocle)     3)      Victoire sur le monstre : victoire sur la sauvagerie permettant avènement d'une société et d'une humanité   Il existe un lien très important entre monstre ordre et fondation du monde dans les mythes monstrueux. Le triomphe sur le monstre par un héros essentiellement masculin symbolise la victoire de celui-ci sur une sauvagerie incontrôlable qu'il peut domestiquer et socialiser.

« Que nous apprennent les monstres ? Indications: le théâtre nous offre une galerie impressionnante de "monstres" : ont-ils quoi que ce soit à nous apprendre ? Analyse du sujet et problématisation : Ce sujet interroge sur le rôle des monstres au théâtre. Le monstre se définit généralement comme un être vivant comportant une ou des malformations importantes. Il désigne aussi un être fantastique qui figure dans la mythologie ou les légendes.

Mais d'une manière générale, c'est par rapport aux lois de la nature que le monstre est abordé.

Il est celui qui excède, déborde les lois de la nature. Notons aussi l'étymologie du terme monstre qui vient du latin monstrare signifiant montrer. à On peut distinguer en définitive deux catégories de monstres : un être présentant une aberration par rapport à la norme, par rapport à la nature. un être issu de l'imaginaire de l'homme Le verbe apprendre indique ici que les monstres au théâtre délivrent un enseignement, ils sont signifiants et véhiculent autre chose que leur monstruosité. Problématique : Quels enseignements les monstres délivrent-ils ? Que nous –montrent-ils et sur quoi permettent-ils de nous faire réfléchir ?Que signifie la présence de tels monstres au théâtre ? Ce sujet met finalement en jeu les fonctions du monstre au théâtre I) Les monstres engendrent une réflexion sur l'origine des sociétés et de l'humanité 1) Le monstre : symbole du chaos originel Le monstre, créature terrible et souvent informe est un symbole du chaos originel.

Mircea Eliade (Le sacré et le profane /Aspects du mythe) évoque souvent dans ses écrits le rôle du monstre comme élément fondateur du monde dans plusieurs cultures et sociétés anciennes.

Dans le théâtre antique, le monstre a souvent cette fonction métaphysique. Ex : Le Cyclope dans la pièce éponyme d'Euripide. 2) Le monstre permet l'initiation Le combat contre le monstre est, dans les sociétés primitives, un élément de l'initiation de l'adolescent ( cf. Eliade ou Roger Caillois).

Au théâtre, cette lutte fait partie de l'initiation du héros à l'héroïsme :les monstres permettent aux h éros souvent très jeunes d'accéder via un "monstricide" à la reconnaissance de l'état adulte. Ex : Oedipe qui libère Thèbes du Sphinx qui symbolise le savoir absolu par son énigmatisme ( Œdipe Roi de Sophocle) 3) Victoire sur le monstre : victoire sur la sauvagerie permettant avènement d'une société et d'une humanité Il existe un lien très important entre monstre ordre et fondation du monde dans les mythes monstrueux.

Le triomphe sur le monstre par un héros essentiellement masculin symbolise la victoire de celui-ci sur une sauvagerie incontrôlable qu'il peut domestiquer et socialiser.

Le héros a par son acte ramené l'ordre dans le monde tout en retirant de son aventure un savoir sur les dangers qui guettent l'homme sur le chemin de l'existence : la menace du chaos, de la violence, de l'excès symbolisés par le monstre.

De fait, les historiens des mythes nous enseignent que le monstre-chaos n'est jamais totalement défait : il rôde à la lisière du monde organisé (, et il attend la moindre occasion pour opérer son retour et semer à nouveau la confusion : ainsi s'explique peut-être le schéma de l'erreur qui permet dans tant de récits contemporains ou de pièces de théâtre le retour d'un monstre terrifiant qui sème une pagaille "monstre" dans l'univers civilisé et organisé. II) Les monstres délivrent un enseignement sur l'homme 1) Le monstre comme exutoire des fantasmes humains (enseignement psychanalytique) Les créations monstrueuses sorties de l'imaginaire des auteurs offrent un exutoire à nos fantasmes.

Ainsi, ce plaisir que nous ressentons face à un théâtre mettant en scène des monstres renvoie à un désir de transgression :. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles