Devoir de Philosophie

Quand dit-on d'une oeuvre littéraire qu'elle est engagée ?

Extrait du document

xxx ?

« Introduction. La commémoration du bicentenaire de la Révolution française invitait à réfléchir sur la notion de littérature engagée et même d'art engagé plus généralement.

En effet, si les philosophes des Lumières n'ont pas assisté à 1789 (sauf Condorcet), s'ils n'avaient ni prévu, ni souhaité la Révolution, eux qui dans leur majorité optaient pour une monarchie constitutionnelle et parlementaire à l'anglaise, ils ont largement préparé le terrain idéologique.

Les critiques plus ou moins explicites de Montesquieu ou de Voltaire contre l'absolutisme royal, le fanatisme religieux, l'esclavage, les dragonnades et les persécutions lancées contre les protestants inaugurent une nouvelle conception de l'écrivain.

Ce dernier, au lieu de vivre à la Cour qui lui verse des pensions et le tient ainsi en laisse, descend dans l'arène politique, économique, religieuse et sociale.

Cette interaction entre les arts et des domaines qui leur sont apparemment étrangers engendre l'œuvre engagée.

Quelle définition et quels exemples pouvons-nous en donner ? Quelles questions pose l'art engagé ? I.

L'œuvre engagée est plus qu'une œuvre réaliste, c'est un témoignage qui prend parti et condamne. A.

Le réalisme ne suffit pas à définir l'œuvre engagée. Ex.

: des œuvres réalistes qui ne sont pas « engagées » au sens propre du terme. Balzac et sa peinture de la société de la Restauration, Stendhal malgré ses attaques contre ce même régime et ses notables (cf.

Le Rouge et le Noir). Ex.

: Les œuvres qui ne dépassent pas le réalisme psychologique parce qu'elles n'établissent pas de lien entre le caractère de leurs héros et les conditions socio-économiques qui les ont formés ; notons que cette analyse marxisante peut être parfaitement rejetée : - la perversité cachée de la servante dépeinte dans Germinie Lacerteux des frères Goncourt ; - la résignation de Jeanne dans Une Vie de Maupassant et en général de la plupart des héroïnes du roman du xixe siècle (Mme de Rénal dans Le Rouge et le Noir, Mme Bovary) à part quelques exceptions comme Lamiel, l'héroïne du roman inachevé du même nom de Stendhal, ou Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier. B.

Le réalisme doit être au service d'une idée, d'une thèse. Ex.

: la conception de Zola dans Les Rougon-Macquart, dont le sous-titre est Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire.

Nous laisserons de côté les thèses aujourd'hui dépassées de l'hérédité pour constater la présence d'une idée-force, celle que les structures économiques, politiques et sociales façonnent et déforment l'individu. L'Assommoir est ainsi un réquisitoire contre la misère du prolétariat urbain à travers les problèmes de logement, d'alcoolisme, d'accidents du travail et du chômage. La même analyse pourrait être conduite à propos de Germinal (problèmes de l'organisation syndicale, de l'efficacité de la grève et de l'annonce de la révolution comme le symbolise le titre du roman). Transition. Dans quel contexte s'enracine l'œuvre engagée ? II.

Genèse de l'œuvre engagée. A.

L'œuvre engagée politiquement. Elle est aux frontières du journalisme, elle naît d'un fait réel, unique et daté qui frappe l'artiste.

Celui-ci, en tant que conscience et expression privilégiées se sent investi d'un pouvoir : celui d'informer et de réagir. Ex.

: aux frontières du journalisme, l'article de Zola intitulé J'accuse lors de l'affaire Dreyfus, le Traité sur la tolérance de Voltaire lors de la campagne de réhabilitation de Calas. Ex.

: influence directe d'un événement sur une œuvre d'art qui le reflète : le bombardement de Guernica (la toile de Picasso et le poème d'Éluard), la destruction d'Oradour (poème de Tardieu), le coup d'État de Napoléon III (recueil de poèmes de Victor Hugo). B.

L'œuvre engagée socialement. Ex.

: la misère prolétarienne dans l'Assommoir, Germinal, l'esclavage dans La Case de l'Oncle Tom de Mrs Beecher Stowe. C.

L'œuvre engagée religieusement. Ex.

: Les Tragiques d'Agrippa d'Aubigné qui soutient les protestants pendant les guerres de religion. D.

L'œuvre engagée économiquement. Ex.

: Les Raisins de la colère de J.

Steinbeck qui évoque la misère des petits propriétaires terriens du Sud pendant la grande crise. Transition. Quelles formes revêt cet engagement ? III.

Poétique de l'art engagé.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles