Devoir de Philosophie

Parlant du monde et de ses personnages, Albert Camus écrit dans l'Homme révolté : Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. Leur univers n'est ni plus beau, ni plus édifiant que le nôtre. Mais eux, du moins, courent jusqu'au bout de leur destin et il n'est jamais de si bouleversant héros que ceux qui vont jusqu'à l'extrémité de leurs passions. Vous expliciterez et illustrerez ce point de vue à partir de vos lectures romanesques et vous le discuterez si cela vous semble n

Extrait du document

Il est un personnage a priori insignifiant, qui, certes possède des faiblesses, mais qui illustre aussi les forces de l'homme, notamment ses forces morales, son instinct de survie...Le personnage romanesque est donc véritablement un héros de tous les jours qui arrive à passer et dépasser les épreuves quotidiennes de la vie. (Ex : le personnage principal de A la recherche du temps perdu de Proust, L'homme sans qualité de Musil, les personnages de Zola, telle Gervaise qui illustre la force qu'a l'homme de tout faire pour survivre et s'en sortir).   III)                Les personnages de roman accomplissent-ils tous leur destin et leurs passions ?   1)      Un destin accompli et mené jusqu'à son terme   Certes le héros romanesque, s'il est, à l'origine, un être humain ordinaire, a pour vertu d'accomplir pleinement son destin. Il mène à terme tous ses projets, toutes ses convictions et ses passions même s'il doit en mourir. Le roman a donc ici pour fonction d'organiser le réel et la vie en vue d'un but fixé. Ex : ·        Le héros de l'Etranger de Camus qui est finalement condamné à mort pour avoir été fidèle à lui-même jusqu'au bout ·        La princesse de Clèves qui poursuit jusqu'au bout son exigence morale et sa fidélité même après la mort de son mari. ·        Le héros stendhalien, tel Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir à on peut citer ici le passage qui précède la citation-sujet dans L'Homme Révolté : Qu'est-ce que le roman, en effet, sinon cet univers où l'action trouve sa forme, où les mots de la fin sont prononcés, les êtres livrés aux êtres, où toute vie prend le visage du destin. Le monde romanesque n'est que la correction de ce monde-ci, suivant le désir profond de l'homme. Car il s'agit bien du même monde.

Liens utiles