Devoir de Philosophie

Octave MIRBEAU, Le journal d'une femme de chambre

Extrait du document

Octave MIRBEAU, Le journal d'une femme de chambre _-"Vous n'avez pas d'enfants ? _- Nous avions une petite fille… Elle est morte ! _- Ah ! c'est bien… c'est très bien… approuva négligemment la comtesse… Mais vous êtes jeunes tous les deux… vous pouvez en avoir encore ? _- On ne le souhaite guère, allez, madame la comtesse… Mais dame ! on attrape ça plus facilement que cent écus de rente…" Les yeux de la comtesse étaient devenus sévères : _- "Je dois encore vous prévenir que je ne veux pas, absolument pas, d'enfants chez moi. S'il vous survenait un enfant, je me verrais forcée de vous renvoyer… tout de suite… Oh ! pas d'enfants !… Cela crie, cela est partout, cela dévaste tout… cela fait peur aux chevaux et donne des épidémies… Non, non… pour rien au monde, je ne tolérerais un enfant chez moi… Ainsi, vous voilà prévenus… Arrangez-vous… prenez vos précautions…" A ce moment, l'un des enfants, qui était tombé, vint se réfugier en criant et se cacher dans la robe de sa mère… Celle-ci le prit dans ses bras, le berça avec des paroles gentilles, le câlina, l'embrassa tendrement, et le renvoya apaisé, souriant, avec les deux autres. La femme se sentit subitement le cœur bien gros… Elle crut qu'elle n'aurait pas la force de retenir ses larmes… Il n'y avait donc de joie, de tendresse, d'amour, de maternité que pour les riches ?

Liens utiles