Devoir de Philosophie

Mme DE SEVIGNE (1626-1696). Lettre à sa fille, 1671.

Extrait du document

Je fus voir l'autre jour cette duchesse de Ventadour. Elle était belle comme un ange. Madame de Nevers y vint coiffée à faire rire : il m'en faut croire, car vous savez comme j'aime la mode. La Martin l'avait toute bretaudée (1) par plaisir comme un patron de mode excessive. Elle avait donc tous ses cheveux coupés sur la tête, et frisés naturellement par cent papillotes qui lui font souffrir tout la nuit mort et passion. Tout cela fait une petite tête de chou ronde, sans nulle chose par les côtés : toute la tête nue et hurlupée (2). Ma fille, c'était la plus ridicule chose qu'on pût s'imaginer : elle n'avait pas de coiffe; mais encore passe, elle est jeune et jolie; mais toutes ces femmes de Saint-Germain, et cette La Mothe se font testonner par la Martin. Cela est au point que le Roi et les Dames en pâment de rire : elles en sont encore à la jolie coiffure que Montgobert (3) sait si bien : les boucles renversées, voila tout; elles se divertissent à voir outrer cette mode jusqu'à la folie. Mme DE SEVIGNE (1626-1696). Lettre à sa fille, 1671. (1) Tondre inégalement. — Madame de Grignan. (2) Hérissée, ébouriffée. — (3) Dame de compagnie de — 193

Liens utiles