Devoir de Philosophie

Le registre tragique est il uniquement propre à la tragédie ?

Extrait du document

Fatalité, aspect tragique du cycle romanesque des Rougon-Macquart. Les personnages sont condamnés à ne pas être heureux.              Conclusion : Le héros tragique est celui qui doit lutter contre des forces supérieures et qui, toutefois, cherche à se révolter. Il est ainsi pris dans un conflit qui l'oppose d'un côté au monde, l'homme et de l'autre côté aux forces (divines, passionnelles...) qui peuvent le dépasser, l'écraser. La notion de tragique, notion intemporelle, existe donc bien en dehors de la tragédie, genre strict de l'époque classique, elle est au contraire au coeur de chaque destinée. Le sentiment de fatalité demeure mais il est exprimé de manière différente : les forces supérieures ne sont plus simplement divines ou morales, elle peuvent être politiques, sociales... Le sentiment du tragique ne se dit pas que dans la tragédie mais dans tous les genres ( + naturel car comme dans la vie) : comédie, drame, roman, poésie... Tous les genres peuvent évoquer ce sentiment du tragique. [1] Le vieux Don Ruy réunit le type du barbon de comédie et du père noble de tragédie en un personnage original, à la fois ridicule, émouvant et terrifiant.

« Le registre tragique est-il uniquement propre à la tragédie ? Attention, il ne faut pas confondre le tragique et le dramatique et le pathétique. * dramatique : action tendue, événements violents qui se succèdent ; multiplication des actions, coups de théâtre... * pathétique (pathos) : cherche à émouvoir le spectateur/lecteur par des situations, des discours marqués par la passion, la souffrance (lexique des émotions, douleur, pitié, terreur...). * tragique : sentiment que l'homme éprouve quand il prend conscience des forces (divines, politiques, sociales, morale) qui le dominent, l'écrasent malgré la résistance qu'il leur oppose. * La catharsis est la purgation des passions par le moyen de la représentation dramatique : en assistant à un spectacle théâtral, l'être humain se libère de ses pulsions, angoisses ou fantasmes en les vivant à travers le héros ou les situations représentées sous ses yeux.

Pour Aristote le terme est surtout médical mais il sera interprété ensuite comme une purification morale. La tragédie a souvent été considérée comme le plus grand genre dramatique, le plus noble, par opposition à la comédie.

Prisonnier de son destin, le héros tragique est pris dans un conflit qui l'oppose d'un côté au monde, l'homme et de l'autre côté aux forces (divines, passionnelles...) qui peuvent le dépasser, l'écraser.

En s'identifiant à des personnages dont les passions coupables sont punies par le destin, le spectateur de la tragédie se voit délivré, purgé des sentiments inavouables.

Le théâtre a dès lors pour les théoriciens du classicisme une valeur morale, une fonction édifiante.

La situation conflictuelle du héros tragique prisonnier de son destin se retrouve-t-elle uniquement dans la tragédie, est-elle le propre d'un genre précis ou caractérise-t-elle plutôt les perpétuelles hantises de l'homme. I- La tragédie classique A- Caractéristiques * personnages hors du commun.

Pas de roturiers, de bourgeois mais des dieux, demi-dieux, empereurs. * théâtre : respect des trois unités + vraisemblance et respect des bienséances.

Niveau de langue soutenu, voire précieux. * Unité de ton : une pièce tragique ne peut pas être burlesque.

Son ton doit être essentiellement dramatique, pathétique. * Les personnages sont victimes de forces qui les dépassent.

Les personnages sont prisonniers de leur destin.

Cf. Phèdre qui, victime de Vénus, aime le fils de son mari. B- Corneille et Racine * Corneille, Le Cid : Rodrigue doit choisir entre l'honneur de la famille (en vengeant son père de l'affront que lui a fait le père de Chimène) et l'amour (Chimène) : la passion amoureuse entre en conflit tendu avec le devoir du héros envers le pouvoir qu'il doit servir. * Racine : Le héros racinien est sous l'emprise d'une passion dévastatrice qui le détruit.

Évoquer la passion de Phèdre et son suicide par exemple. ∆) Dans la tragédie, tout est sous le signe de la fatalité, le dénouement est malheureux.

La tragédie a pour but de faire naître la terreur et la pitié chez le spectateur. C- Des règles mais une notion pas si hermétique : Dom Juan de Molière Un dénouement tragique et ambigu (acte V, scènes 5 et 6) de Dom Juan.

Toute la pièce oscille entre le comique et le tragique.

Ex.

: évoquer la mort plutôt tragique du héros (de comédie, normalement) + registre. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles