Devoir de Philosophie

L'art est un mensonge qui dit la vérité. Commentez et discutez ces propos. ?

Extrait du document

Il n'est qu'une représentation de celui-ci, représentation qui nous trompe sur sa nature. De plus, cette représentation ne vient que de l'imagination d'un artiste, mais aussi de ses désirs qu'il tend à nous cacher. L'art donne à voir certaines vérités - Cependant, il est peut-être faux de croire que la vision que nous avons tous les jours, la vision quotidienne soit garante de la vérité. Ce que nous voyons dans notre quotidien est marqué par la signification utilitaire et par des conventions. La vision quotidienne est en effet emplie de raccourcis, c'est-à-dire que nous ne regardons pas vraiment les choses pour elles-mêmes, nous sélectionnons dans notre champ perceptif, ce qui est utile à l'action. « Lorsque nous regardons un objet, d'habitude, nous ne le voyons pas ; parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l'objet et nous. »( Bergson) Dès lors, il s'agit pour l'artiste et pour l'oeuvre d'art de nous porter à la vérité des choses que nous perdons dans notre rapport quotidien avec elles. Il ne s'agit plus de voir une table, mais d'observer cette matière, cette forme qui se donne à moi. L'artiste tel que le dit Bergson, doit s'immerger dans une « manière virginale en quelque sorte de voir, d'entendre et de penser ». - Pour Schopenhauer, il est vrai que le tableau, par exemple, peut représenter des scènes réelles ou quotidiennes.

« L'art est un domaine spécifique de la production humaine.

En effet, au départ, il était inclus dans le mot techne qui signifie savoir-faire.

Cependant il se détache progressivement des autres savoirs-faire, dans la mesure où il ne vise aucune production efficace, aucune productivité.

Kant disait que l'œuvre d'art était une finalité sans fin alors que les autres techniques sont un moyen pour satisfaire l'homme.

Mais ce qu'il s'agit d'interroger ici, c'est le rapport de l'art à la réalité et à la vérité.

On peut voir dans l'art une représentation, une création libre de forme qui ne prend pas toujours la nature, la réalité comme modèle.

Pourquoi c'est création libre de forme serait un mensonge ? Il semble dans un premier temps, qu'effectivement, l'art nous donne à voir quelque chose qui est fictif.

Il imite la réalité, mais il n'est pas la réalité.

Cependant, les termes du sujet, repris d'une phrase de Jean Cocteau, sont paradoxaux : en effet, mentir, c'est ne pas dire la vérité, dire que ce qui n'est pas est.

Comment donc un mensonge peut mener à la vérité ? Mais l'art est-il un mensonge ? N'apporte-t-il pas véritablement des vérités ? Le fait de mentir sur la réalité, de prendre distance d'elle, n'est-ce pas justement cela qui permet à l'art d'atteindre les vérités essentielles ? L'art nous trompe sur la réalité - On connaît les attaques que Platon adresse à l'art dans son livre la République : en effet, pour lui l'artiste est un imitateur et sa production est "éloignée de la nature de trois degrés".

Ainsi, par exemple, il y a trois sortes de lit : l'un est l'idée du lit et n'existe que dans le monde intelligible et indépendant du sensible, le deuxième est celui du menuisier qui construit le lit en fonction de l'idée de lit et le troisième est celui du peintre qui ne fait que reproduire le lit sensible, celui du menuisier.

Ainsi l'art ne consiste qu'à tromper, n'est qu'une illusion qui nous détourne de la réalité et de la vérité.

« L'art d'imiter est donc bien éloigné du réel, et s'il peut tout exécuter, c'est, semble-t-il, qu'il ne touche qu'une petite partie de chaque chose, et cette partie n'est qu'un fantôme.» (La république) - Hegel critique aussi l'idée de l'imitation de la nature par la peinture.

Il prend l'exemple de Zeuxis qui "peignait des raisons qui avaient une apparence tellement naturelle que des pigeons s'y trompaient et venaient les picorer".( Esthétique) Dans cet exemple, on le voit.

L'art est mensonge, illusion.

Il nous fait prendre son contenu comme la réalité, la vérité alors qu'il n'en est qu'une reproduction. - Cependant, il est faux de croire, comme le dit Léonard de Vinci que l'œuvre d'art est un miroir de la réalité.

L'art se définit plus justement par la mise en œuvre de l'imagination d'un artiste.

Par celle-ci, il peut combiner entre elles des idées, des représentations, des formes et représenter des choses qui n'existent pas.

Ainsi, Delacroix et Baudelaire affirment le primat de l'imagination dans l'art.

Le sujet premier de l'art ce n'est pas la nature mais l'artiste lui-même, le fond de son âme, ses émotions, etc Ainsi, peut-on dire que Cézanne, les impressionnistes ou les artistes abstraits reproduisent réellement le réel ? N'y a t il pas une déformation de la réalité ? L'art abstrait porte à son comble l'imagination puisqu'il n'y a plus chez lui de figuration. De plus, Freud s'est forcé de démontrer comment l'artiste s'éloigner du monde.

Selon lui, l'artiste est un homme qui ne peut atteindre la satisfaction de ses désirs, qui est empli de frustration et il se tourne vers l'art pour donner une forme à ses désirs, à ses frustrations.

Il écrit dans Ma vie et la psychanalyse : « on reconnut que le royaume de l'imagination était une réserve, organisée lors du passage douloureusement ressenti du principe de plaisir au principe de réalité, afin de permettre un substitut à la satisfaction instinctive à laquelle il fallait renoncer dans la vie réelle. L'artiste, comme le névropathe, s'était retiré loin de la réalité insatisfaisante dans ce monde imaginaire.

» L'œuvre d'art, donc est une représentation, non pas de la réalité dans sa vérité, mais des désirs et frustrations de l'artiste. Cependant comme dit Freud dans Introduction à la psychanalyse, l'artiste « sait également les embellir de façon à dissimuler complètement leur origine suspecte.

» Dans une même optique, René Huyghe, nous dit que l'imagination dans l'art « permettait de vivre par le songe ce qu'on ne pouvait plus vivre dans la réalité », « de compenser les lacunes et les refoulements de l'existence.

» (Delacroix, ou l'aventure de l'imagination) Ainsi, l'art se donne comme modèle la vérité du réel mais il n'est pas ni la vérité, ni le réel.

Il n'est qu'une représentation de celui-ci, représentation qui nous trompe sur sa nature.

De plus, cette représentation ne vient que de l'imagination d'un artiste, mais aussi de ses désirs qu'il tend à nous cacher. L'art donne à voir certaines vérités - Cependant, il est peut-être faux de croire que la vision que nous avons tous les jours, la vision quotidienne soit garante de la vérité.

Ce que nous voyons dans notre quotidien est marqué par la signification utilitaire et par des conventions.

La vision quotidienne est en effet emplie de raccourcis, c'est-à-dire que nous ne regardons pas vraiment les choses pour elles-mêmes, nous sélectionnons dans notre champ perceptif, ce qui est utile à l'action.

« Lorsque nous regardons un objet, d'habitude, nous ne le voyons pas ; parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l'objet et nous.

»( Bergson) Dès lors, il s'agit pour l'artiste et pour l'œuvre d'art de nous porter à la vérité des choses que nous perdons dans notre rapport quotidien avec elles.

Il ne s'agit plus de voir une table, mais d'observer cette matière, cette forme qui se donne à moi.

L'artiste tel que le dit Bergson, doit s'immerger dans une « manière virginale en quelque sorte de voir, d'entendre et de penser ».. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles