Devoir de Philosophie

Estimez vous qu'écrire des apologues soit « une entreprise futile » comme l'écrit Jean Anouilh dans son « Avertissement hypocrite » aux Fables ?

Extrait du document

  2)      Une satire sociale   L'apologue, plus descriptif que prescriptif acquiert une haute valeur satirique, en particulier dans le domaine des moeurs et de la société. La Fontaine appraît ici comme le précurseur de cette dimension satirique de l'apologue et Voltaire, dans ses contes philosophiques en fera une de ses armes favorites. Ex : ·                           Satire de la débauche et de la vénalité des curés dans « Le curé et le mort » de La Fontaine ·                           Importance de la satire sociale dans Micromégas de Voltaire. Etudier par exemple la satire des professions intellectuelles : philosophes, mathématiciens, professeurs, artistes (sculpteurs, peintres), musiciens. ( cf. critique de l'esprit de système chez les philosophes comme chez les mathématiciens, attaque ad hominem contre Pascal et Fontenelle...) III)          ...Cette futilité apparente faisant justement tout leur intérêt   1)      Le rôle de l'ironie   L'apologue est un genre totalement fondé sur l'ironie. Rien n'est à prendre au premier degré. Cette ironie impose donc un décalage constant entre ce qui est clairement énoncé et ce qui doit être compris, décalage que seul le lecteur avisé peut déceler. Cette ironie implicite fait de l'apologue un récit à double-fond et permet d'éviter la censure.Concernant le pouvoir critique de l'ironie dans l'apologue on peut prendre l'exemple des contes philosophiques de Voltaire, notamment Candide, où l'ironie est perceptible dès l'incipit qui dénonce une catégorie sociale, la noblesse, et critique la philosophie de Leibniz.

« Estimez-vous qu'écrire des apologues soit une « entreprise futile » comme le dit Jean Anhouil dans l' « Avertissement hypocrite » ? Analyse du sujet et problématisation : Ce sujet porte sur la futilité que l'on reproche souvent à l'apologue. L'apologue est un discours narratif, souvent allégorique, en vers ou en prose ayant une fonction démonstrative et une visée argumentative et renfermant des enseignements dont le lecteur tire une morale pratique.

Il englobe différentes formes de textes, comme la fable, le conte, l'utopie, la parabole, le mythe ou encore l'exemplum). L'expression « entreprise futile » est utilisée par Jean Anhouil pour caractériser ses fables dans l' « avertissement hypocrite » de son recueil Fables Ces fables ne sont que le plaisir d'un été.

Je voudrais qu'on les lise aussi vite et aussi facilement que je les ai faites et, si l'on y prend un peu de plaisir — ajouté au mien — il justifiera amplement cette entreprise futile2.

Il y a tant de gens dont c'est le gagnepain de penser, de nos jours, que ce petit livre refermé et oublié, les occasions d'être profond ne vous manqueront certainement pas. Considérer l'apologue comme une « entreprise futile », c'est ne voir que sa légèreté, sa superficialité et donc le considérer comme dépourvu de sérieux et sans intérêt. Problématique : Les apologues sont-ils des écrits dépourvus de sérieux et sans intérêt ? I) Si l'apologue est un genre pouvant apparaître comme léger et superficiel… 1) Un genre « enfantin » L'apologue est souvent un récit simple voire simpliste ( récit souvent merveilleux avec des personnages peu complexes) conduisant à des morales naïves ou rebattues, ce qui le dispose à un public privilégié : celui des enfants.

( cf.

les morales simplistes comme « le travail est un trésor » dans « Le laboureur et ses enfants », « Je conclus qu'il faut qu'on s'entr'aime » dans « L'âne et le chien »).

L'apologue, du fait même de sa destination première à un public enfantin, se présente comme un récit à visée didactique, garant d'une certaine morale.

Il s'agit, à travers lui de faire une leçon de morale.

Les exemples ici sont nombreux chez La Fontaine, chez Perrault, dans les « morales » qui y sont prescrites (cf.

La morale du Héron : Ne soyons pas si difficiles : Les plus accommodants ce sont les plus habiles : On hasarde de perdre en voulant trop gagner. Gardez-vous de rien dédaigner Surtout quand vous avez à peu près votre compte. D'ailleurs, les Fables de La Fontaine sont dédiées au Dauphin et les Contes de ma mère l'oye de Perrault sont précédés d'une épître au dauphin où il insiste d'ailleurs sur l'utilité morale de ses textes : L'apparence en est puérile, je le confesse ; mais ces puérilités servent d'enveloppe à des vérités importantes… Par les raisonnements et les conséquences qu'on peut tirer de ces fables, on se forme le jugement et les mœurs, on se rend capable des grandes choses. 2) Un désir de « plaire » : la légèreté de l'apologue L'apologue, par sa légèreté de ton, traduit souvent davantage un désir de plaire que d'instruire.

Ainsi le conte comme la fable était très appréciés dans les salons mondains du XVIIe siècle où ils faisaient office de divertissement.

Leur brièveté, leur dominante narrative, la simplicité de leurs intrigues en font des oeuvres peu exigeantes pour le lecteur et donc des œuvres divertissantes. à étudier ici l'exemple des Fables de La Fontaine, avec leur bestiaire, leur style précieux proche de la conversation, leur humour. II) Ils ont cependant un intérêt profond… 1) Un intérêt politique Les apologues, bien que leur apparence première les présentent comme futiles ont en réalité un contenu pertinent.

Ils masquent souvent un discours politique subversif et permettent l'expression d'une critique politique et l'émergence d'idées et de propositions nouvelles. Ex : · L'apologue des Troglodytes dans les Lettres Persanes de Montesquieu ( apologue qui a un double intérêt politique : d'une part, il est une façon indirecte pour Montesquieu de critiquer les fastes de la Régence, l'immoralité ambiante et la dégradation de l'idéal chevaleresque de la noblesse, d'autre part, il permet de soulever les problèmes concernant le choix d'un type de. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles