Devoir de Philosophie

Antigone, de Jean Anouilh (de «Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes.» à … «C'est laid un homme qui a peur.»)

Publié le 05/03/2022

Extrait du document

« Antigone, de Jean Anouilh (de «Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes.» à … «C'est laid un homme qui a peur.») Introduction: Sophocle, un des grands dramaturges de l’antiquité grecque avec Euripide et Eschyle, écrit en 441 avant JC Antigone, qui raconte le conflit opposant la fille d’Œdipe à son oncle Créon.

Ses deux frères s’étant entretués, Antigone désobéit aux ordres de Créon, roi de Thèbes qui avait décidé que Polynice, considéré comme un traître à la cité, resterait sans sépulture et serait donc voué, selon les croyances grecques, à l'errance éternelle.

Antigone, convaincue que les lois divines l’emportent sur les lois humaines, décide de rendre les honneurs funèbres à son frère au risque de sa propre vie. La pièce de Sophocle est à l’origine de nombreuses réécritures : au XXème siècle, Cocteau, Brecht et Anouilh s'inspireront du mythe antique et écriront une Antigone, chacun reprenant, selon ses préoccupations de dramaturge, ce personnage si riche en interprétations.

La pièce d’Anouilh (19101987) fut jouée la première fois le 4 février 1944, en pleine période d'occupation allemande et on a pu voir alors dans le personnage éponyme le symbole de la résistance face à l’occupant. -Au moment où débute notre extrait, Antigone a été arrêtée après qu’elle a tenté, malgré l'interdiction royale, de rendre les honneurs funéraires à son frère.

Créon, le roi, doit décider de son sort et aimerait convaincre la jeune fille de renoncer à désobéir.

Mais la jeune fille résiste aux arguments avancés.

C’est donc une scène de conflit où Antigone s’oppose à son oncle, également son futur beau-père et son souverain.

Si Antigone considère qu'elle a tous les droits et, à ce titre, est libre de dire «non» à tout, son oncle, lui, considère que ses fonctions royales l'obligent, en dépit qu'il en ait, à se soumettre à son devoir et à incarner le loi en disant «oui» si cela s'avère nécessaire. Il serait opportun de se demander comment cette scène de conflit familial met en évidence le caractère inconciliable de deux personnages porteurs de valeurs morales diamétralement opposées. I.

Dire oui, dire non...

(de «Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes.»...

à «Non.

Je vous fais peur.») - «Un matin...

que d'être puissant»: «Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes.»...

: Le cc de temps et la construction attributive «se réveiller» expriment l'idée d'un «accident», d'un événement involontaire qui, à l'instar d'un tour de magie, ont conféré à Créon une identité nouvelle.

Sorti de l'anonymat, il revêt maintenant une identité politique qui fait de lui le plus haut représentant du pouvoir «roi». «Et Dieu sait si j'aimais autre chose dans la vie que d'être puissant...»: Cette seconde phrase. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles