Devoir de Philosophie

Est-il nécessaire de connaître la biographie d'un écrivain pour comprendre et aimer son oeuvre ?

Extrait du document

L'oeuvre n'est pas étudiée uniquement par rapport à un certain type de beauté éternelle, mais comme témoignage d'une époque et d'un homme. • Ainsi, ce qui est évident aux contemporains d'un auteur peut perdre son sens à une autre époque : allusions politiques ou historique, traits culturels etc. L'explication biographique permet de rendre compte de cette insertion historique et d'accéder à une meilleure compréhension de l'oeuvre.             2. Le processus de création artistique • La méthode biographique postule que « tel arbre, tel fruit » (Sainte-Beuve). Il s'agit également d'expliquer la création par la vie de l'auteur, d'expliquer ses choix esthétiques et thématiques par ce qu'il a vécu. Ainsi, c'est la causalité de l'oeuvre qui est mise en évidence. • C'est la théorie de Sainte-Beuve, pour lequel la connaissance de la biographie de l'auteur est indispensable à compréhension de son oeuvre ; plus encore, c'est par la biographie qu'il veut étudier l'oeuvre. Il faut notamment, selon lui, étudier en particulier l'auteur au moment où son talent se constitue. • Ce sont donc les influences d'un auteur qui sont recherchées (lectures, éducations, rencontres etc.

« Analyse : • Ce sujet invite à distinguer la création et le créateur, éventuellement pour montrer le lien qui unit la première au second.

L'auteur en effet est celui qui produit l'oeuvre, mais celle-ci n'a-t-elle pas une autonomie vis-à-vis de son créateur ? • Se pose alors une autre question : faut-il juger une oeuvre en fonction de son auteur ? La vie de celui-ci apportet-elle une caution à l'oeuvre, ou au contraire peut-elle suffire à réprouver l'oeuvre ? Bref, quelle est l'importance de la personne dans le jugement que l'on porte sur sa création ? • Il faudra distinguer les deux verbes, comprendre et aimer.

Il est peut-être nécessaire de connaître la biographie de l'auteur dans un cas et non dans l'autre.

En effet, ces deux actions sont autonomes : on peut comprendre une oeuvre sans l'aimer, et l'aimer sans la comprendre. I – Comprendre une oeuvre par la biographie 1.

L'insertion historique • Une oeuvre est aussi le produit d'une époque, d'une culture donnée, de l'éducation de son auteur.

L'oeuvre n'est pas étudiée uniquement par rapport à un certain type de beauté éternelle, mais comme témoignage d'une époque et d'un homme. • Ainsi, ce qui est évident aux contemporains d'un auteur peut perdre son sens à une autre époque : allusions politiques ou historique, traits culturels etc.

L'explication biographique permet de rendre compte de cette insertion historique et d'accéder à une meilleure compréhension de l'oeuvre. 2.

Le processus de création artistique • La méthode biographique postule que « tel arbre, tel fruit » (Sainte-Beuve).

Il s'agit également d'expliquer la création par la vie de l'auteur, d'expliquer ses choix esthétiques et thématiques par ce qu'il a vécu.

Ainsi, c'est la causalité de l'oeuvre qui est mise en évidence. • C'est la théorie de Sainte-Beuve, pour lequel la connaissance de la biographie de l'auteur est indispensable à compréhension de son oeuvre ; plus encore, c'est par la biographie qu'il veut étudier l'oeuvre.

Il faut notamment, selon lui, étudier en particulier l'auteur au moment où son talent se constitue. • Ce sont donc les influences d'un auteur qui sont recherchées (lectures, éducations, rencontres etc.).

Il y a là une conception déterministe de la création artistique, où on s'attache à mettre en évidence les influences de l'auteur et où l'oeuvre est conçue comme le résultat d'un ensemble de causes. 3.

Caution de vérité • Si la biographie intéresse également le lecteur, c'est que l'oeuvre parle de choses vivantes, auxquelles nous pouvons être confrontés (amour, haine, bonheur etc.).

Nous cherchons donc à nous demander comment l'auteur a résolu ce dont il parle, si son oeuvre est une simple production théorique ou s'il a vécu, expérimenté son sujet.

Ainsi il y aurait un gage de vérité qui nous permettrait d'apprécier davantage son oeuvre. • C'est la particularité de l'oeuvre littéraire, par rapport à la musique ou à la peinture pour lesquels la primauté technique réduit ces problèmes humains. Transition : N'est-ce pas réducteur d'appliquer une méthode qui se veut scientifique (recherche de causes) à un objet artistique ? N'est-ce pas nier la liberté créatrice ? II – Le moi de l'auteur et le moi de la personne : deux entités différentes 1.

Le « moi » créateur n'est pas le « moi » biographique • C'est ce que Proust objecte à Sainte-Beuve : « Un livre est le produit d'un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices.

Ce moi-là, si nous voulons essayer de le comprendre, c'est au fond de nous-mêmes, en essayant de le recréer en nous, que nous pouvons y parvenir.

Rien ne peut nous dispenser de cet effort de notre coeur.

» Proust, Contre Sainte-Beuve. • La création est indépendante d'un genre de vie, des incidents, de tout ce qui peut figurer dans une biographie.

Il faut donc distinguer l'auteur de la personne.

Ce n'est pas le moi social qui crée, même si l'inspiration provient de l'expérience. 2.

Créer ce que l'on ne vit pas. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles