Devoir de Philosophie

En quoi Tartuffe de Molière est-il une pièce destinée à faire rire tout en traitant de sujets importants ?

Extrait du document

Grand auteur du XVIIème siècle, protégé du roi Louis XIV, Molière n'a cessé, au travers de ses pièces de théâtre de dénoncer les vices de la société de son époque. En quoi Tartuffe de Molière est-il une pièce destinée à faire rire tout en traitant des sujets importants? Quels sont les ingrédients qui permettent d'affirmer que Tartuffe est une comédie et que veut dénoncer le célèbre dramaturge? En effet Molière a écrit sa pièce dans les «règles de l'art », cette comédie du XVIIème siècle a été écrite par le célèbre dramaturge en cinq actes et en scènes, les personnages quant à eux sont issus d'un rang social assez élevé comme le montre la présence de deux domestiques: Flipote et Dorine. Le niveau de langue n'est pas très élevé, comme le prouve les jurons de Mme PERNELLE.

« Demande d'échange de corrigé de Schanen Anne-Sophie ([email protected]). Sujet déposé : En quoi Tartuffe de Molière est-il une pièce destinée à faire rire tout en traitant de sujets importants ? Grand auteur du XVIIème siècle, protégé du roi Louis XIV, Molière n'a cessé, au travers de ses pièces de théâtre de dénoncer les vices de la société de son époque.

En quoi Tartuffe de Molière est-il une pièce destinée à faire rire tout en traitant des sujets importants? Quels sont les ingrédients qui permettent d'affirmer que Tartuffe est une comédie et que veut dénoncer le célèbre dramaturge? En effet Molière a écrit sa pièce dans les «règles de l'art », cette comédie du XVIIème siècle a été écrite par le célèbre dramaturge en cinq actes et en scènes, les personnages quant à eux sont issus d'un rang social assez élevé comme le montre la présence de deux domestiques: Flipote et Dorine.

Le niveau de langue n'est pas très élevé, comme le prouve les jurons de Mme PERNELLE.

Ainsi, la doyenne de la famille critique de manière violente l'attitude des membres de sa famille, notamment celle de son petit-fils qu'elle qualifie de « sot » ou encore celle d'Elmire, sa belle-fille qu'elle trouve « dépensière » à son goût.

De plus, cette comédie présente une intrigue principale : mettre Tartuffe à la porte.

C'est ainsi qu'Elmire essaie, dans l'acte III, scène 3, lors d'un entretien avec le dévot et en présence d'Orgon, caché sous une table, de prouver que Tartuffe n'est pas un homme de bien et d'église comme il le croit mais qu'il n'est, en fait, qu'un profiteur et un hypocrite. Par ailleurs, le dramaturge utilise plusieurs formes de comique qui servent à faire rire ou se moquer ; c'est le cas de l'acte I, scène 4, où Orgon, le chef de famille, de retour chez lui s'enquiert de ce qui s'est passé en son absence.

Il demande à Dorine de l'informer, celle-ci lui apprend que sa femme est souffrante et que Tartuffe se porte à merveille.

Néanmoins, on s'aperçoit bien vite qu'Orgon n'a pas beaucoup d'intérêt pour la santé de sa femme, son principal souci étant le situation du dévot dans sa demeure.

La répétition de « et Tartuffe » et « le pauvre homme » montre que le chef de famille n'a que faire des propos de Dorine, il ne l'écoute pas.

Celle-ci utilise des propos qui relèvent de l'ironie : en effet, elle sous-entend le contraire de ce qu'elle dit.

Tartuffe est présenté comme un héros alors qu'il ne fait strictement rien comme en témoignent ces répliques : « il reprit courage comme il faut » et « pour réparer le sang qu'avait perdu Madame, but à son déjeuner quatre grands coups de vin ».

De plus, lors de la confrontation du dévot et d'Elmire, on observe également un comique de situation : le quiproquo, ainsi Tartuffe fait plusieurs aveux irréfléchis, il avoue à la jeune femme qu'il est médiocre et lui propose l'adultère.

Face à ses avances, Elmire tente de prévenir son mari, en toussant, de ce qui se passe car celui-ci ne voit pas la scène.

Enfin, Tartuffe qui se croit seul avec Elmire enchaîne des paroles qui peuvent le compromettre : à la fin de l'acte III, scène 3, il utilise un langage précieux pour déclarer sa flamme à la jeune femme : « j'aurai toujours pour vous, ô suave merveille, une dévotion à nulle autre pareille » et « dès que j'en vis briller la splendeur, plus qu'humaine de mon intérieur vous fûtes souveraine ».

Cette apparition confirme son statut d'hypocrite et annonce celui d'escroc. La pièce de Molière est donc destinée à faire rire le public et la cour.

En bon courtisan, le dramaturge applique des recettes éprouvées qui ont grandement contribué au succès obtenu lors de la première représentation de sa comédie, notamment auprès du roi. Cependant, Tartuffe n'est pas seulement un divertissement.

Il propage des idées parfois virulentes qui ont choqué une partie de son public car en peignant les vices de son temps, le dramaturge s'est attiré des haines violentes qui ont nui à sa réputation et à celle de son ½uvre. En effet, cette pièce est une vive satire des classes bourgeoises en plein essor à cette époque.

Monsieur Jourdain et Orgon, peu cultivés, en sont les dignes représentants.

Ces personnages, souvent naïfs, se laissent facilement embobiner et commettent des erreurs.

Ainsi, Orgon est à deux doigts de perdre son argent et l'amour de son fils en le déshéritant au profit de l'hypocrite Tartuffe.

Les rapports entre le père et le fils sont assez violents comme le montre l'expression : « mon traître de fils », ressassée par le patriarche.

Par ailleurs, celui-ci éprouve une telle confiance envers le dévôt qu'il est tout prêt de lui livrer sa fille.

Profitant de la soumission de Marianne à son égard, il réussit à lui faire accepter ce mariage malgré les protestations de son amant Valère.

Molière dénonce ici les bourgeois qui veulent s'enrichir par tous les moyens. Mais, Tartuffe dénonce avant tout le comportement du clergé qui est prêt à tout et use d'hypocrisie et de perfidie pour prendre le pouvoir, à l'image du dévôt , avide, glouton et buveur qui va même jusqu'à écoeurer Elmire qui en devient malade.

Au fur et à mesure que se déroule la pièce, Tartuffe profite de plus en plus de la crédulité d'Orgon et veut même s'approprier ses biens.

Le dévot est un être dur, impitoyable, qui ne recule devant rien : ainsi, « les accommodements » qu'il prétend avoir démontrent le casuistique qu'il est.

Tartuffe est visiblement la cible des critiques de Molière. En fait, derrière le ton satirique de l'½uvre se cache une vraie critique des dévots.

L'arrivée, acte V, de Monsieur Loyal, personnage odieux, montre bien la corruption de la justice qui n'hésite pas à emprisonner des personnes si son intérêt l'y conduit.

La citation de Dorine à l'encontre de Monsieur Loyal qui : « a l'air bien déloyal » témoigne bien de cette corruption. En conclusion, nous pouvons dire que Tartuffe est un divertissement mais également une pièce qui vise à critiquer certains membres du clergé. Sujet désiré en échange : pensez-vous qu\'un héros de roman doive nécessairement être un personnage capable d\'accomplir des exploits extraordinaires?. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles