Devoir de Philosophie

André Malraux écrit, à propos du mythe d'oedipe, que l'essentiel de l'émotion tragique « c'est la conscience simultanée de la servitude humaine et de l'indomptable aptitude des hommes à fonder leur grandeur sur elle ». Vous apprécierez ce jugement sur quelques exemples pris notamment dans le théâtre français.

Extrait du document

.) ce qu'on avait à dire (...) Et pour rien : pour se le dire à soi, pour l'apprendre, soi ». Il s'agit là en fait d'une grandeur assez dérisoire. La lucidité ne prend sa pleine valeur humaine que chez l'être qui se sacrifie. Encore ce sacrifice, où réside l'essentiel de la grandeur tragique, peut-il recouvrir deux mouvements opposés de la volonté humaine : la révolte et le don.   L'homme peut tenter de fonder sa grandeur sur' la servitude en se révoltant. L'exemple le plus ancien est celui de Prométhée, qui dans la tragédie d'Eschyle clame sa souffrance comme une preuve de la tyrannie de Zeus. L'Athalie de Racine, infiniment plus coupable, s'élève pourtant à la grandeur tragique par ses dernières imprécations. Mais cette attitude reste rare dans la tragédie classique ; c'est à l'époque contemporaine qu'elle apparaît dans toute sa clarté. Le sacrifice d'Antigone, chez Jean Anouilh, n'est finalement qu'un « non » jeté à la face du monde tel qu'il est.

Liens utiles