Devoir de Philosophie

Vous commenterez cette formule d'Albert Camus : « Le plus grand style en art est l'expression de la plus haute révolte. Comme le vrai classicisme n'est qu'un romantisme dompté, le génie est une révolte qui a créé sa propre mesure. » (L'Homme révolté, page 355.)

Extrait du document

En effet, il s'agit de présenter une revendication sous une tension extrême, mais pour cela il y faut une unité non étrangère au concret; tension de la révolte, unité de la stylisation ne sont qu'une seule et même chose. 5. Enfin dernier point à éclaircir : quel est le contenu de cette révolte ? Il n'est pas exclusivement politique ou social (Camus se défie même de l'esprit révolutionnaire, qui lui apparaît comme une autre forme du conformisme) : il est surtout individuel et oppose un monde obscurément entrevu par l'artiste au monde réel; par exemple, Corneille oppose manifestement un univers de sa façon à l'univers tel qu'il est. Il y a une révolte de Corneille et le mot « cornélien » est à la fois cette révolte au plus haut degré et sa stylisation. D'ailleurs, cette attitude n'implique pas nécessairement qu'on soit en désaccord avec son temps. Il y a une révolte de Racine quand il nous présente cet univers où les êtres vont jusqu'au bout de leur destin. On voit à ce propos que l'artiste ne sait pas forcément contre quoi il se révolte, il n'a pas toujours un cahier de revendications à présenter. Bref, on sent la fécondité de l'idée de Camus. A l'artiste idéal qu'il nous propose, on peut comparer les artistes médiocres, sans révolte, tels ces poètes pseudo-classiques du XVIIIe siècle, dont la poésie est parfaitement froide; au contraire, le premier romantisme qui utilise les procédés de cette poésie y introduit une révolte et c'est alors que naissent les chefs-d'oeuvre.

Liens utiles