Devoir de Philosophie

Querelle des anciens et des modernes.

Extrait du document

On a peine aujourd'hui à comprendre l'importance de cette querelle et la passion qu'y apportèrent ceux qui s'y trouvèrent mêlés. Ce n'est pas une simple querelle d'hommes de lettres. Elle oppose l'esprit de tradition et la croyance au progrès. Elle est le signe le plus évident de la désagrégation du classicisme. Descartes et, après lui, Pascal avaient déjà soutenu que l'humanité, comme les individus, « s'instruit sans cesse dans son progrès ». L'emploi du merveilleux chrétien dans les épopées écrites aux environs de 166o apparaît comme une manifestation d'indépendance à l'égard du dogme littéraire qui prescrit le respect et l'imitation des anciens. L'auteur d'une de ces épopées, Desmarets de Saint-Sorlin, avait même ouvertement tourné en dérision l'antiquité et la mythologie. Une vingtaine d'années plus tard, une controverse s'éleva au sujet des inscriptions à mettre sur les monuments et les oeuvres d'art. L'érudit Charpentier avait rédigé en français, et non en latin, les inscriptions destinées aux tableaux de Lebrun exposés dans la galerie de Versailles. Cette audace parut scandaleuse et, sur l'intervention de Boileau, le français fut remplacé par le latin.

Liens utiles