Devoir de Philosophie

Quels rapports Valéry établit-il ici entre le langage usuel et le langage poétique ? Quelle analyse fait-il de l'originalité du langage poétique ? Que pensez-vous des idées exprimées par Valéry dans ce texte ?

Extrait du document

Tout à l'heure, je parlais de la production du charme, et voici que je viens de prononcer le nom de miracle; et, sans doute, ce sont des termes dont il faut user discrètement à cause de la force de leur sens et de la facilité de leur emploi ; mais je ne saurais les remplacer que par une analyse si longue, et peut-être si contestable, que Von m'excusera de l'épargner à celui qui devrait la faire comme à ceux qui devraient la subir. Je demeurerai dans le vague, me bornant à suggérer ce qu'elle pourrait être. Il faudrait faire voir que le langage contient des ressources émotives mêlées à ses propriétés pratiques et directement significatives. Le devoir, le travail, la fonction du poète sont de mettre en évidence et en action ces puissances de mouvement et d'enchantement, ces excitants de la vie affective et intellectuelle, qui sont confondus dans le langage usuel avec les signes et les moyens de communication de la vie ordinaire et superficielle. Le poète se consacre et se consume donc à définir et à construire un langage dans le langage ; et son opération, qui est longue, difficile, délicate, qui demande les qualités les plus diverses de l'esprit, et qui jamais n'est achevée comme jamais elle n'est exactement possible, tend à constituer le discours d'un être plus pur, plus puissant et plus profond dans ses pensées, plus intense dans sa vie, plus élégant et plus heureux dans sa parole que n'importe quelle personne réelle. Cette parole extraordinaire se fait connaître et reconnaître par le rythme et les harmonies qui la soutiennent et qui doivent être si intimement et même si mystérieusement liés à sa génération que le son et le sens ne se puissent plus séparer et se répondent indéfiniment dans la mémoire. Valéry, Variétés II, Gallimard.

Quels rapports Valéry établit-il ici entre le langage usuel et le langage poétique ? Quelle analyse fait-il de l'originalité du langage poétique ? Que pensez-vous des idées exprimées par Valéry dans ce texte ?

INTRODUCTION Dans ce texte, un peu obscur à la première lecture, Valéry tente de définir la tâche du poète en dégageant le rôle du langage poétique. Son analyse s'amorce à partir de la notion de «charme» — au sens premier du terme — qui résume assez bien la conception que se fait Fauteur de la poésie. Il exprime à cette occasion les rapports qui unissent et différencient à la fois le langage usuel et le poème. C'est à une réflexion fondamentale sur la poésie que se livre l'auteur.

Liens utiles