Devoir de Philosophie

qu'apporte l'acteur au texte théâtral ?

Extrait du document

            L'acteur doit revivre les émotions du rôle ≥ certains acteurs s'investissent entièrement dans leur rôle, se laissent volontairement « vampiriser » par le rôle. (les romantiques adhéraient à cette idée).             Cependant, théâtre : réalités concrètes (même représentation pendant des mois tous les soirs, avec parfois des matinées...). Si l'acteur vit vraiment les sentiments de ses personnages : va s'user et au bout de plusieurs représentations, il ne pourra plus rendre la même intensité.               B- Paradoxe sur le comédien de Diderot              Problème du paradoxe sur le comédien est clairement exposé par Diderot dans cet essai sous forme de dialogue, publié en 1830 :             * le comédien est un technicien surtout : l'émotion qu'il doit exprimer doit être répétée, perfectionnée et ordonnée. Donc : lorsqu'il monte sur scène, il n'est plus que l'exécutant d'un rôle déjà créé au cours des répétitions.                       * L'acteur doit mettre de côté sa propre nature, pour imiter les émotions, les passions. La « technè » propre du comédien n'est donc pas de sentir mais de produire des signes qui feront sentir. Le comédien n'est pas feu, mais glace - au double sens d'eau gelée et de miroir.

« Qu'apporte l'acteur au texte théâtral ? Quel est le rôle de l'acteur face au texte théâtral ? Le grand acteur Louis Jouvet affirmait que « L'essentiel dans une oeuvre c'est le texte » et que « tout l'art du comédien est un art de dire ».

L'acteur a-t-il une liberté de jeu, apporte-t-il quelque chose à la pièce ? Le texte de théâtre est écrit pour être joué – excepté le « théâtre dans un fauteuil » de Musset.

Les acteurs sont donc essentiels à la pièce.

Toutefois, il serait intéressant de ce demander ce qu'ils apportent au texte, à la pièce ? Mais : un acteur peut-il apporter quelque chose au texte ? Le texte n'est-il pas déjà écrit par l'auteur ? I- Le rôle de l'acteur A- Le talent du comédien * profession longtemps condamnée car être acteur = avoir la capacité à mentir, d'être un autre que soi-même. * Responsabilité : endosse le personnage.

Ne doit donc pas décevoir les spectateurs qui auraient pu s'être fait une représentation du personnage. * une pièce de théâtre est surtout une accumulation d'artifices : le spectateur doit faire comme s'il croyait ce qu'il voyait, décors, unité de lieu/temps/actions, apartés, vers... Le bon acteur sera celui qui fait oublier toute l'artificialité du monde du théâtre. ∆) Donnée capitale dans une pièce : le jeu de l'acteur.

Il est jugé par le public (applaudissements, huées, silence glacial...) B- Les limites du comédien * Importance du jeu des acteurs.

Dans Le Portrait de Dorian Gray, quand la petite Sybil Vane, toute occupée à son amour pour son fiancé, joue mal Juliette, la pièce est huée.

Tout le charme de la représentation est rompu. NB : nous avons assisté à une représentation de La Dame aux camélias au théâtre Marigny avec Isabelle Adjani (plus de 40 ans quand Marguerite a une vingtaine d'années) : elle a poussé des rugissements terribles sur scène : très mal joué et donc, nous n'avons pas pu une seconde nous identifier à l'héroïne, ni apprécier la pièce. Si l'acteur est très important pour l'auteur (il doit prendre en compte que son texte sera joué, qu'il sera représenté par des gens), aussi des inconvénients. Ex.

: Corneille a limité le plus possible les figurants dans ses pièces car « les comédiens n'emploient à ces personnages muets que les moucheurs de chandelles et leurs valets, qui ne savent qu'elle posture tenir » Importance du talent de l'acteur et donc aussi de son déplacement sur scène, de sa diction. N'importe quel beau texte peut être gâché par un jeu médiocre. II- Soumission au texte ? L'acteur est-il un médiateur du texte de théâtre, un simple traducteur qui assure le passage des mots au jeu scénique ou peut-il/doit-il s'arroger le droit d'interpréter le rôle selon son propre jugement, sans tenir compte des intentions de l'auteur ? A- L'esclave du texte * Rôle ≥ latin rotulus : rouleau de papier sur lequel l'acteur transcrivait, en guise d'aide-mémoire, les répliques de son personnage.

Dans le théâtre antique : le rôle écrase l'acteur qui est derrière un masque et qui change de masque durant la même pièce, selon le rôle qu'il doit jouer.

L'acteur n'est ici que la voix du texte. * Jean Vilar : « Le comédien digne de ce nom ne s'impose pas au texte.

Il le sert.

Et servilement ».

Vertu essentielle de l'acteur : l'humilité face au texte.

L'acteur : esclave du texte. ∆) Pour Jouvet : l'acteur peut ou doit dans certains cas respecter à la virgule prêt son texte et son travail est donc celui de la diction, du ton, etc.

Si l'effacement de la personnalité de l'acteur au profit du texte a souvent été vantée, cette servilité n'est pas si évidente ni tranchée.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles