Devoir de Philosophie

Préférez-vous l'argumentation directe ou l'argumentation indirecte ?

Extrait du document

Définition des termes du sujet Le sujet invite à se prononcer pour une des deux formes d'argumentation que l'on distingue généralement. La première étape du travail sera donc de définir, dès l'introduction, ces deux formes d'argumentation. L'argumentation directe, d'abord, est une forme d'argumentation qui se donne comme telle : elle est de nature strictement démonstrative - toute démonstration logique, par exemple, est une argumentation directe, elle procède selon un ordre que l'on peut qualifier d'hypothético-déductif : on pose des hypothèses que l'on éprouve par les voies de la logique pour en déduire une vérité. L'essai, le traité, sont des exemples d'emplois possibles de l'argumentation directe. L'argumentation indirecte vise, comme l'argumentation directe, à persuader et démontrer - puisque tel est le but de toute argumentation - mais elle refuse de prendre la voie hypothético-déductive, considérée peut-être comme trop abstraite ou aride, pour recourir à d'autres moyens - paraboles, procédés rhétoriques d'appel aux affects de l'auditoire, ou encore écriture fictionnelle « à thèse », cherchant à défendre des idées ou des valeurs. La persuasion se fait, mais elle n'est pas explicitement visée : elle est obtenue par des voies détournées. On peut trouver ce type d'argumentation dans la fable, l'apologue, le conte, etc, qui se donnent comme fictionnels mais visent à persuader le public du bien-fondé de certaines idées. La question posée ici est une question de « préférence » ; cette dernière peut s'envisager de deux points de vue : du point de vue du producteur de l'argumentation d'une part, de celui du récepteur de cette argumentation d'autre part. Celui qui veut persuader de quelque chose aura-t-il ainsi recours préférentiellement à l'argumentation directe ou indirecte ? Il ne faudra pas oublier, en posant cette question, que l'argumentation a aussi une valeur de recherche, autrement dit qu'elle est aussi délibérative et a donc un rôle heuristique.

« Définition des termes du sujet Le sujet invite à se prononcer pour une des deux formes d'argumentation que l'on distingue généralement.

La première étape du travail sera donc de définir, dès l'introduction, ces deux formes d'argumentation. L'argumentation directe, d'abord, est une forme d'argumentation qui se donne comme telle : elle est de nature strictement démonstrative – toute démonstration logique, par exemple, est une argumentation directe, elle procède selon un ordre que l'on peut qualifier d'hypothético-déductif : on pose des hypothèses que l'on éprouve par les voies de la logique pour en déduire une vérité.

L'essai, le traité, sont des exemples d'emplois possibles de l'argumentation directe. L'argumentation indirecte vise, comme l'argumentation directe, à persuader et démontrer – puisque tel est le but de toute argumentation – mais elle refuse de prendre la voie hypothético-déductive, considérée peut-être comme trop abstraite ou aride, pour recourir à d'autres moyens – paraboles, procédés rhétoriques d'appel aux affects de l'auditoire, ou encore écriture fictionnelle « à thèse », cherchant à défendre des idées ou des valeurs.

La persuasion se fait, mais elle n'est pas explicitement visée : elle est obtenue par des voies détournées.

On peut trouver ce type d'argumentation dans la fable, l'apologue, le conte, etc, qui se donnent comme fictionnels mais visent à persuader le public du bien-fondé de certaines idées. La question posée ici est une question de « préférence » ; cette dernière peut s'envisager de deux points de vue : du point de vue du producteur de l'argumentation d'une part, de celui du récepteur de cette argumentation d'autre part.

Celui qui veut persuader de quelque chose aura-t-il ainsi recours préférentiellement à l'argumentation directe ou indirecte ? Il ne faudra pas oublier, en posant cette question, que l'argumentation a aussi une valeur de recherche, autrement dit qu'elle est aussi délibérative et a donc un rôle heuristique.

En second lieu, celui qui reçoit l'argumentation est-il plutôt séduit et persuadé par les formes directes ou indirectes de l'argumentation ? On pourra, en posant cette question, s'interroger aussi sur le rôle que joue le plaisir dans la réception d'un discours : cette présence du plaisir ne risque-t-elle pas en effet de faire entrer la manipulation dans le champ de l'argumentation ? Autrement dit, est-il pertinent de poser cette question en termes de « préférence », étant donné ce que l'on exige de l'argumentation, aussi bien en la produisant qu'en la recevant ? Eléments pour le développement Evaluation de l'argumentation directe L'argumentation directe a pour caractéristiques : de se déclarer comme étant une argumentation – tout essai philosophique, par exemple, s'affirme comme tel, et ses règles du jeu sont fixées par le genre dont il relève ; de répondre à un certain nombre d'exigences intellectuelles – rigueur, respect de la logique, souci de clarté dans l'explication, de définition des termes employés, par exemple : il a ainsi une efficacité particulière.

Le recevoir, c'est vouloir recevoir une argumentation, s'attendre à devoir accompagner l'auteur dans son cheminement hypothético-déductif.

La démarche par laquelle on accède à une argumentation directe est donc consciente et volontaire ; l'efficacité prime sur la séduction du discours. Evaluation de l'argumentation indirecte L'argumentation indirecte procède d'une manière très différente de l'argumentation directe : elle ne s'offre pas, d'abord, comme une argumentation, mais comme étant autre chose – une fiction, un poème….- recelant une portée argumentative qui serait en quelque sorte cachée.

Nous lisons, certes, les Fables de La Fontaine en nous attendant à y trouver une teneur apologétique, mais cela est le fait d'une lecture savante, informée : on pourrait très bien, en effet, lire ces textes en n'y voyant que de plaisantes histoires d'animaux et en manquant leur portée morale.

Mais la valeur argumentative des fables en question se trouve peut-être renforcée par les détours et les mises en scène que connaît l'argumentation à travers elle : nous nous en amusons, nous les mémorisons, nous y prenons un plaisir qui favorise la mémorisation…La préférence affective semble, en tout cas, se diriger vers ce type d'argumentation tant une composante de plaisir y entre en jeu. Bilan : les enjeux et exigences de l'argumentation La dernière partie du travail doit être consacrée à une confrontation et à un choix entre les deux modes possibles de l'argumentation, ce choix peut se faire au travers d'une réflexion sur ce que nous attendons et exigeons de l'argumentation : clarté, efficacité, honnêteté, force de persuasion semblent être des caractéristiques minimales de toute argumentation valable.

Le plaisir ne vient que par surcroît, dans l'argumentation indirecte : on a alors un critère pour décider de l'attribution de notre préférence : nous préférerons sans doute, pour des raisons d'agrément, l'argumentation indirecte, à condition que celle-ci ne déroge pas aux exigences de l'argumentation ; si ce risque nous semble trop grand, nous préférerons l'argumentation directe, qui a le mérite de ne pas avancer masquée. Conclusion L'étude à la fois comparative et évaluative demandée par le sujet permet de mettre en évidence les exigences minimales que nous formulons quant aux procédés d'argumentation, et de trouver, donc, des critères pour évaluer les différentes formes qu'ils peuvent prendre.

Ce sont ces critères qu'il faudra mettre en valeur en dernier lieu, plus peut-être que la question de l'attribution de notre préférence à l'une ou l'autre forme d'argumentation.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles