Devoir de Philosophie

Pierre de RONSARD (1524-1585) (Recueil : Premier livre des Amours) - Soit que son or se crêpe lentement

Extrait du document

Pierre de RONSARD (1524-1585) (Recueil : Premier livre des Amours) - Soit que son or se crêpe lentement Soit que son or se crêpe lentement Ou soit qu'il vague en deux glissantes ondes, Qui çà, qui là par le sein vagabondes, Et sur le col, nagent folâtrement ; Ou soit qu'un noeud illustré richement De maints rubis et maintes perles rondes, Serre les flots de ses deux tresses blondes, Mon coeur se plaît en son contentement. Quel plaisir est-ce, ainçois quelle merveille, Quand ses cheveux, troussés dessus l'oreille, D'une Vénus imitent la façon ? Quand d'un bonnet son chef elle adonise, Et qu'on ne sait s'elle est fille ou garçon, Tant sa beauté en tous deux se déguise ?

« Pierre de Ronsard, Premier livre des Amours, « Soit que son or se crêpe lentement ». 1.

Soit que son or se crêpe lentement 2.

Ou soit qu'il vague en deux glissantes ondes, 3.

Qui çà, qui là par le sein vagabondes, 4.

Et sur le col, nagent folâtrement ; 5.

Ou soit qu'un noeud illustré richement 6.

De maints rubis et maintes perles rondes, 7.

Serre les flots de ses deux tresses blondes, 8.

Mon coeur se plaît en son contentement. 9.

Quel plaisir est-ce, ainçois quelle merveille, 10.

Quand ses cheveux, troussés dessus l'oreille, 11.

D'une Vénus imitent la façon ? 12.

Quand d'un bonnet son chef elle adonise, 13.

Et qu'on ne sait s'elle est fille ou garçon, 14.

Tant sa beauté en tous deux se déguise ? Pierre de Ronsard (1er septembre 1524 - 27 décembre 1585) : poète qui fut l’un des plus importants au XVIe siècle. Appartient, comme son ami Du Bellay, à la Pléiade. Surnommé le « Prince des poètes et poète des princes », Ronsard a écrit de des poèmes engagés et de la poésie « officielle » dans le contexte des guerres de religions, des épopée et de la poésie lyrique, connue à travers des recueils comme Les Odes (1550-1552) et Les Amours (Les Amours de Cassandre, 1552 - Les Amours de Marie, 1555 Sonnets pour Hélène ,1578). Dans ses poèmes lyriques, Ronsard développe les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l'Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet. « Soit que son or se crêpe lentement » : Sonnet : deux quatrains, deux tercets. 14 décasyllabes. Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA. Rimes du type CCD, EDE dans les tercets > sonnet français. Alternance respectée entre les rimes masculines et les rimes féminines. I- Poète sous le charme A- Possibilités de coiffure • Les deux quatrains évoquent des possibilités. Cf.

la répétition de « soit ».

Ex : « Soit que » ; « Ou soit qu'il » ; « Ou soit qu'un »… • Montrez que le poète évoque le mouvement. Cf.

« se crêpe lentement » ; « vague » ; « deux glissantes ondes » ; « vagabondes » ; « nagent folâtrement »… • « son or » : possessif de 3e personne du singulier.

Lecteur qui peut s’interroger sur la « propriétaire » de l’ « or ». « le sein » ; « nœud » ; « perles » ; « rubis » ; « deux tresses blondes » => ce sont des accessoires ou des éléments caractéristiques d’une femme.

Poète qui évoque la femme aimée… B- Hommage • Liberté, sorte de désinvolture naturelle, de joli désordre… Ex : « Qui çà, qui là » Ex : « folâtrement » > induit une idée de liberté… • Richesse de l’accoutrement.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles