Devoir de Philosophie

On définit traditionnellement un apologue de court récit en prose ou en vers souvent présenté sous forme allégorique et comportant une morale. En quoi Les états et empire de la lune et Les état et empire du soleil de Cyrano de Bergerac est un apologue.

Extrait du document

Cette définition comporte trois éléments à interroger : "court récit" : les deux oeuvres de Cyrano de Bergerac sont assez longues pour pouvoir être qualifiées de petits romans; on peut se demander si dans ce cas d'autres éléments que la fonction d'apologue n'entrent pas dans l'économie du texte. "sous forme allégorique" : ces oeuvres mettent en scène un héros, Dyrcona, dans des situations invraisemblables, fantastiques, poétiques; on doit se demander que cachent ces symboles. "comportant une morale" : Cyrano de Bergerac défend une certaine éthique à travers ses récits, mais on peut se demander ce qui tient de la volonté didactique, et de la fantaisie pure. I. Un récit allégorique La nature allégorique du récit est clairement dévoilée par plusieurs éléments : le nom du héros, "Dyrcona", est un anagramme de "Cyrano", ce qui invite le lecteur de manière générale à regarder le texte d'un oeil critique : l'auteur lui indique ainsi que tout, dans le texte, est code. Un autre indice est le caractère irréel et fantaisiste de ce qui est raconté : Dyrcona parvient par exemple à monter sur la lune (dans Etats et empire de la Lune) en se bardant de fioles de rosée, qui montent vers le ciel au matin. Le récit montre ainsi qu'il n'a pas de réelle prétention scientifique. II. Les enjeux cachés du texte - veine scientifique : le moyen utilisé par Dyrcona est fantaisiste, mais alimente une réflexion sur le pouvoir de la science, qui repousse les limites du possible. D'autre part, l'auteur appuie son message relativiste sur le renversement spatial du système copernicien : ainsi, les habitants de la Lune appellent leur sol "la terre", forçant le visiteur Dyrcona à bousculer sa propre représentation de l'espace, selon laquelle la Terre est au centre du monde.

« Cette définition comporte trois éléments à interroger : "court récit" : les deux oeuvres de Cyrano de Bergerac sont assez longues pour pouvoir être qualifiées de petits romans; on peut se demander si dans ce cas d'autres éléments que la fonction d'apologue n'entrent pas dans l'économie du texte. "sous forme allégorique" : ces oeuvres mettent en scène un héros, Dyrcona, dans des situations invraisemblables, fantastiques, poétiques; on doit se demander que cachent ces symboles. "comportant une morale" : Cyrano de Bergerac défend une certaine éthique à travers ses récits, mais on peut se demander ce qui tient de la volonté didactique, et de la fantaisie pure. I. Un récit allégorique La nature allégorique du récit est clairement dévoilée par plusieurs éléments : le nom du héros, "Dyrcona", est un anagramme de "Cyrano", ce qui invite le lecteur de manière générale à regarder le texte d'un oeil critique : l'auteur lui indique ainsi que tout, dans le texte, est code. Un autre indice est le caractère irréel et fantaisiste de ce qui est raconté : Dyrcona parvient par exemple à monter sur la lune (dans Etats et empire de la Lune) en se bardant de fioles de rosée, qui montent vers le ciel au matin. Le récit montre ainsi qu'il n'a pas de réelle prétention scientifique. II. Les enjeux cachés du texte - veine scientifique : le moyen utilisé par Dyrcona est fantaisiste, mais alimente une réflexion sur le pouvoir de la science, qui repousse les limites du possible. D'autre part, l'auteur appuie son message relativiste sur le renversement spatial du système copernicien : ainsi, les habitants de la Lune appellent leur sol "la terre", forçant le visiteur Dyrcona à bousculer sa propre représentation de l'espace, selon laquelle la Terre est au centre du monde. - veine politique : le héros, lors de ses voyages, rencontre des formes de sociétés différentes de la sienne; ainsi dans Etats et empires du soleil, il séjourne au pays des oiseaux, dans lequel les règles sont inversées: par exemple les oiseaux ne choisissent pas le plus fort d'entre eux pour gouverner, mais au contraire le plus faible, pour empêcher qu'il leur nuise. Sur un ton léger et humoristique, l'auteur remet en question le système politique admis dans le monde occidental. - veine philosophique et morale : cette réflexion a pour but surtout d'enseigner le relativisme et d'obliger les lecteurs à bousculer leurs idées reçues : " C'est une imagination de vous autres hommes, qui à cause que vous laissez commander aux plus grands, aux plus forts et aux plus cruels de vos compagnons, avez sottement cru, jugeant de toutes choses par vous, que l'aigle nous devait commander." III. Ce texte n'est-il qu'apologue? _d'autres éléments entrent en compte, et d'abord la fantaisie poétique pure : Cyrano de Bergerac multiplie les inventions gratuites, par exemple, dans Etats et empires de la lune, son héros rencontre les habitants de la Lune, qui lui révèlent avoir joué un grand rôle sur terre sous la forme de "démons", ou de "lémures, larves, lamies, farfadets, naïades [....] ombres, mânes, spectres, fantômes" : l'interlocuteur de Dyrcona lui révèle ainsi qu'ils sont responsables de l'inspiration de l'écrivain Shakespeare. Cette invention se moque de la superstition, mais sert avant tout la fantaisie de l'auteur. Ces deux textes de Cyrano de Bergerac ont les caractéristiques d'un apologue : les éléments qui composent l'intrigue, les personnages, les récits sont le plus souvent codés et appellent à être déchiffrés; l'auteur utilise sa fantaisie pour transmettre une critique philosophique et sociale du monde que connaît le lecteur; et, de manière générale, pour l'engager à bousculer la représentation qu'il se fait du monde et des valeurs; pour cela il s'appuie sur le thème traditionnel du voyage (développé avant lui par Voltaire, Montesquieu, Swift) et du voyageur qui découvre d'autres systèmes de pensée. Il ne faut cependant pas négliger la part de fantaisie gratuite dans ces textes, qui vantent les pouvoirs de l'imagination. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles