Devoir de Philosophie

On a pu dire que le théâtre était, parmi les genres littéraires, le plus conventionnel. Après avoir précisé quelles sont les conventions essentielles que le théâtre impose, vous chercherez les raisons pour lesquelles le spectateur se soumet volontiers à ces conventions et accepte sur scène les fantaisies les plus débridées qu'il refuserait dans la vie réelle ?

Extrait du document

» ·                           La vraisemblance : « l'esprit n'est point ému de ce qu'il ne croit pas » précise Boileau dans son Art poétique (chant III). ·                           La bienséance : les bienséances, dans un souci de ne pas choquer les spectateurs, excluent en principe de la scène tout ce qui (violence, amour) irait contre la morale établie ; les bienséances linguistiques interdisent au langage lui‑même (dialogue, récit) de rapporter de manière trop « réaliste» ce qui n'est pas montré sur la scène.   3)      Les conventions a-temporelles du théâtre   Le genre théâtral est fondé sur un certain nombre de conventions partagés par les dramaturges, les metteurs en scènes et les comédiens, conventions nécessaires au bon déroulement de la représentation. Ces conventions sont : -                          le langage qui est inventé par l'auteur ( il s'agit d'un langage littéraire, ne pouvant véritablement se confondre avec le langage de la vie réelle) -                          le comédien joue : il feint l'émotion -                          le décor et les objets sont symboliques -                          Le spectateur lui-même feint de croire à ce qui est représenté sur scène Nous sommes dans le monde des apparences malgré la présence réelle des acteurs. Ceux-ci jouent à être, à sentir, à paraître dans un décor stylisé, fabriqué. Ils s'expriment comme l'ont écrit les auteurs dramatiques. Cf. Anouilh, "La Répétition ou l'amour puni": Le naturel, le vrai, celui du théâtre, est la chose la moins naturelle du monde [...]. N'allez pas croire qu'il suffit de retrouver le ton de la vie. D'abord dans la vie le texte est toujours si mauvais ! Nous vivons dans un monde qui a complètement perdu l'usage du point-virgule, nous parlons, tous par phrases inachevées, avec trois petits points sous-entendus, parce que nous ne trouvons jamais le mot juste.

Liens utiles