Devoir de Philosophie

Marguerite de VALOIS, dite la reine MARGOT (1553-1615) - Stances amoureuses de la Reine de Navarre

Extrait du document

Marguerite de VALOIS, dite la reine MARGOT (1553-1615) - Stances amoureuses de la Reine de Navarre (extraits) J'ai un ciel de désir, un monde de tristesse, Un univers de maux, mille feux de détresse, Un Etna de sanglots et une mer de pleurs. J'ai mille jours d'ennuis, mille nuits de disgrâce, Un printemps d'espérance et un hiver de glace ; De soupirs un automne, un été de chaleurs. Clair soleil de mes yeux, si je n'ai ta lumière, Une aveugle nuée ennuitte ma paupière, Une pluie de pleurs découle de mes yeux. Les clairs éclairs d'Amour, les éclats de sa foudre, Entrefendent mes nuits et m'écrasent en poudre : Quand j'entonne mes cris, lors j'étonne les cieux. ... Belle âme de mon corps, bel esprit de mon âme, Flamme de mon esprit et chaleur de ma flamme, J'envie à tous les vifs, j'envie à tous les morts. Ma vie, si tu vis, ne peut être ravie, Vu que ta vie est plus la vie de ma vie, Que ma vie n'est pas la vie de mon corps ! Je vis par et pour toi, ainsi que pour moi-même ; Je vis par et pour moi, ainsi que pour toi-même : Nous n'aurons qu'une vie et n'aurons qu'un trépas. Je ne veux pas ta mort, je désire la mienne, Mais ma mort est ta mort et ma vie est la tienne ; Ainsi je veux mourir, et je ne le veux pas !...

« Marguerite de VALOIS, dite la reine MARGOT (1553-1615) - Stances amoureuses de la Reine de Navarre (extraits) Introduction : Marguerite de Valois reprend ici une forme particulière, celle des stances, terme désignant un poème formé d'une série de strophes d'inspiration grave qui témoignent souvent d'une méditation personnelle.

Ce poème de la reine Margot a été composé pour son amant, Champvallon. Projet de lecture : Comment ce poème se présentant comme un épanchement lyrique se révèle être un texte argumentatif ? I) Une plainte lyrique 1) Une expression personnelle Marguerite de Valois exprime ses sentiments intimes dans ce poème adressé à l’être aimé.

Le registre lyrique est marqué par la situation d’énonciation particulière : le poème prend la forme d’une lettre dans laquelle Marguerite de Valois s’exprimant à la première personne du singulier, s’adresse à son amant, désigné par la deuxième personne (« tu », « toi » dans les deux dernières strophes).

La poétesse insiste sur le caractère personnel et intime de son expression en plaçant en début de vers et en répétant de façon anaphorique le pronom personnel de la première personne du singulier ( dans première strophe- « j’ai »- et dans la dernière, - « je ») 2) La douleur d’une amante C’est l’expression de sa douleur amoureuse qu’exprime dans ce poème Marguerite de Valois.

La forme poétique sert une plainte de l’amante éplorée.

Cette plainte est véhiculée par la présence très marquée de l’isotopie du chagrin amoureux : « tristesse…détresse…sanglots…pleurs…cris » .

La puissance de cette douleur est soulignée par un emploi constant de l’hyperbole associés aux motifs du chagrin amoureux : Un univers de maux, mille feux de détresse, Un Etna de sanglots et une mer de pleurs. J'ai mille jours d'ennuis, mille nuits de disgrâce, à étudier ici la référence à des éléments naturels suggérant l’immensité (univers…Etna – la référence à ce volcan suggérant la grandeur mais aussi la puissance de cette douleur – et mer) ainsi que la répétition de l’adjectif numéral « mille ».

Cette expression hyperbolique trouve son paroxysme dans la métaphore de la douleur amoureuse vécue comme un orage violent : Les clairs éclairs d'Amour, les éclats de sa foudre, Entrefendent mes nuits et m'écrasent en poudre : Quand j'entonne mes cris, lors j'étonne les cieux. à l’amour est vécu comme un orage, entre angoisse et violence ; il est une menace de mort pour l’amante.

Etudier plus précisément le dernier vers cité : la parenté sonore entre les verbes « entonne » et « étonne » crée un effet d’écho et présente comme logique la succession des deux proposition.

Les « cris » désignent ici ceux de l’amoureuse déçue.

Le verbe « étonne » peut ici être pris dans son sens fort – frapper du tonnerre – et permet de poursuivre ainsi la métaphore orageuse en montrant les plaintes de la femme comme si puissantes qu’elles frappent du tonnerre les cieuxmêmes. 3) Des métaphores traditionnellement associées à la lyrique amoureuse Marguerite de Valois utilise dans ce poème certaines métaphores et comparaisons traditionnellement associées à la lyrique amoureuse du XVIe siècle, héritière de la poésie pétrarquiste.

Ainsi une métaphore à tendance pétrarquiste se retrouve tout au long du poème : la métaphore du feu amoureux.

L’amour est présenté comme un « feu » qui embrase l’amante.

Ce feu est d’abord celui du désir amoureux présenté comme un « coup de foudre » : « Les clairs éclairs d'Amour, les éclats de sa foudre »- la majuscule indiquant ici qu’il s’agit du Dieu Amour provoquant le coup de foudre de ses flèches ; « Flamme de mon esprit et chaleur de ma flamme ».

Mais le feu représente aussi la douleur lorsque ce désir est éconduit : « mille feux de détresse ».

(Etudier aussi comme variation de la métaphore du « feu » amoureux, la métaphore de l’amour comme lumière – v7 et 8) Dans la première strophe du poème, Marguerite Valois fait référence à un cliché de la poésie amoureuse pétrarquiste à travers la métaphore des saisons représentant les cycles de l’amour : Un printemps d'espérance et un hiver de glace ; De soupirs un automne, un été de chaleurs à les quatre saisons sont évoquées ici à travers une construction chiasmique, le printemps et l’été représentant le bonheur amoureux ( associé à la renaissance de la natureà la métaphore est ici motivée par un mimétisme avec le cycle des saisons) et l’automne comme l’hiver symbolisant l’amour déçu.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles