Devoir de Philosophie

Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT (1594-1661) - Le melon

Extrait du document

Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT (1594-1661) - Le melon (extraits) Quelle odeur sens-je en cette chambre ? Quel doux parfum de musc et d'ambre Me vient le cerveau réjouir Et tout le coeur épanouir ? Ha ! bon Dieu ! j'en tombe en extase : Ces belles fleurs qui, dans ce vase, Parent le haut de ce buffet, Feraient-elles bien cet effet ? A-t-on brûlé de la pastille ? N'est-ce point ce vin qui pétille Dans le cristal, que l'art humain A fait pour couronner la main Et d'où sort, quand on en veut boire, Un air de framboise à la gloire Du bon terroir qui l'a porté Pour notre éternelle santé ? Non, ce n'est rien d'entre ces choses, Mon penser, que tu me proposes. Qu'est-ce donc ? je l'ai découvert Dans ce panier rempli de vert : C'est un MELON, où la nature, Par une admirable structure, A voulu graver à l'entour Mille plaisants chiffres d'amour, Pour claire marque à tout le monde Que, d'une amitié sans seconde, Elle chérit ce doux manger Et que, d'un souci ménager, Travaillant aux biens de la terre, Dans ce beau fruit seul elle enserre Toutes les aimables vertus Dont les autres sont revêtus. ... Ha ! Soutenez-moi, je me pâme, Ce morceau me chatouille l'âme ; Il rend une douce liqueur Qui me va confire le coeur ; Mon appétit se rassasie De pure et nouvelle ambroisie, Et mes sens, par le goût séduits, Au nombre d'un sont tous réduits. Non, le cocos, fruit délectable Qui lui tout seul fournit la table De tous les mets que le désir Puisse imaginer et choisir, Ni les baisers d'une maîtresse Quand elle-même nous caresse, Ni ce qu'on tire des roseaux Que Crète nourrit dans ses eaux, Ni le cher abricot que j'aime, Ni la fraise avecque la crème, Ni la manne qui vient du ciel, Ni le pur aliment du miel, Ni la poire de Tours sacrée, Ni la verte figue sucrée, Ni la prune au jus délicat, Ni même le raisin muscat (Parole pour moi bien étrange), Ne sont qu'amertume et que fange Au prix de ce MELON divin, Honneur du climat angevin. ... Ô manger précieux ! Délices de la bouche ! Ô doux reptile herbu, rampant sur une couche ! Ô beaucoup mieux que l'or, chef-d'oeuvre d'Apollon ! Ô fleur de tous les fruits ! Ô ravissant MELON ! Les hommes de la Cour seront gens de parole, Les b... de Rouen seront francs de vérole, Sans vermine et sans gale on verra les pédants, Les preneurs de pétun auront de belles dents, Les femmes des badauds ne seront plus coquettes, Les corps pleins de santé se plairont aux cliquettes, Les amoureux transis ne seront plus jaloux, Les paisibles bourgeois hanteront les filous, Les meilleurs cabarets deviendront solitaires, Les chantres du Pont-neuf diront de hauts mystères, Les pauvres quinze-vingt vaudront trois cents Argus, Les esprits doux du temps paraîtront fort aigus, Maillet fera des vers aussi bien que Malherbe, Je haïrai Faret, qui se rendra superbe, Pour amasser des biens, avare je serai, Pour devenir plus grand, mon coeur j'abaisserai. Bref, Ô MELON succrin, pour t'accabler de gloire, Des faveurs de Margot je perdrai la mémoire. Avant que je t'oublie et que ton goût charmant Soit biffé des cahiers du bon gros SAINT-AMANT.

Liens utiles