Devoir de Philosophie

Les oeuvres littéraires servent-elles uniquement à instruire le lecteur ?

Extrait du document

Ex : ·                            Les Maximes de La Rochefoucauld, de leur vrai nom Réflexions ou sentences et maximes morales. L'ouvrage de La Rochefoucauld est l'oeuvre d'un esprit très pénétrant qui paraît systématiquement occupé à une considération exclusive des aspects négatifs de la nature humaine, ce qui lui a valu la qualification de philosophe de l'amour-propre. ·                            Le genre de l'apologue, en littérature, a, traditionnellement une ambition d'éducation morale destinée aux enfants notamment. cf. Les Fables d'Esope et de La Fontaine, et les Contes de ma mère l'oye de Perrault qui sont précédés d'une épître au dauphin où il insiste d'ailleurs sur l'utilité morale de ses textes : L'apparence en est puérile, je le confesse ; mais ces puérilités servent d'enveloppe à des vérités importantes... Par les raisonnements et les conséquences qu'on peut tirer de ces fables, on se forme le jugement et les moeurs, on se rend capable des grandes choses.   2)      Un enseignement culturel   Les oeuvres littéraires délivrent un enseignement culturel au lecteur. Elles l'instruisent sur une culture, sur une époque historique, sur un pays. Elles dispensent donc un savoir encyclopédique non négligeable et ont parfois valeur de documents historiques. Ex : ·                            Balzac, dans La Comédie Humaine, a pour ambition de décrire de façon quasi-exhaustive la société française de son temps.  Une partie de la Comédie Humaine porte comme sous-titre « étude de moeurs » et mène cette étude de la façon la plus réaliste et la plus exhaustive possible.

« Analyse du sujet et problématisation : Ce sujet envisage l'œuvre littéraire uniquement comme un support d'instruction, d'apprentissage. La « littérature » peut être définie comme toute production de textes écrits à visée artistique et esthétique. On prendra ici littérature au sens plus concret d'œuvre littéraire.

Le sujet invite donc à mobiliser des références issues de tous les genres littéraires. Le verbe « servir à » implique que l'on associe la notion d'utilité à celle de littérature.

Il indique que la littérature est considérée ici comme un moyen en vue d'une fin autre qu'elle-même (ici cette fin est d'instruire) et non comme étant sa propre fin. Problématique : La littérature n'a-t-elle qu'une fonction didactique ? Quelles sont les fonctions des œuvres littéraires ? I) Si la littérature fait partie intégrante de toute éducation et instruction… La littérature est souvent à la base de toute éducation scolaire, notamment pour l'apprentissage de la lecture ; ainsi dès l'Antiquité, l'idée d'une littérature comme outil de formation était présente( cf.

le rôle des épopées homériques dans la païdeia c'est-à-dire, dans la formation de l'homme grec).

La littérature porte aussi en elle une visée instructive et une fonction didactique : elle transmet des enseignements dans des domaines variés. 1) Une instruction morale La littérature se veut souvent à la base de l'éducation morale.

Elle peut prétendre à un rôle morale didactique, cherchant à enseigner le Bien et à prévenir contre le Mal. Ex : · Les Maximes de La Rochefoucauld, de leur vrai nom Réflexions ou sentences et maximes morales.

L'ouvrage de La Rochefoucauld est l'œuvre d'un esprit très pénétrant qui paraît systématiquement occupé à une considération exclusive des aspects négatifs de la nature humaine, ce qui lui a valu la qualification de philosophe de l'amour-propre. · Le genre de l'apologue, en littérature, a, traditionnellement une ambition d'éducation morale destinée aux enfants notamment.

cf.

Les Fables d'Esope et de La Fontaine, et les Contes de ma mère l'oye de Perrault qui sont précédés d'une épître au dauphin où il insiste d'ailleurs sur l'utilité morale de ses textes : L'apparence en est puérile, je le confesse ; mais ces puérilités servent d'enveloppe à des vérités importantes… Par les raisonnements et les conséquences qu'on peut tirer de ces fables, on se forme le jugement et les mœurs, on se rend capable des grandes choses. 2) Un enseignement culturel Les œuvres littéraires délivrent un enseignement culturel au lecteur.

Elles l'instruisent sur une culture, sur une époque historique, sur un pays.

Elles dispensent donc un savoir encyclopédique non négligeable et ont parfois valeur de documents historiques. Ex : · Balzac, dans La Comédie Humaine, a pour ambition de décrire de façon quasiexhaustive la société française de son temps.

Une partie de la Comédie Humaine porte comme sous-titre « étude de mœurs » et mène cette étude de la façon la plus réaliste et la plus exhaustive possible.

Le terme d' « étude » témoigne d'emblée de l'aspect scientifique et instructif d'une telle entreprise.

L'ambition de Balzac dans cette gigantesque entreprise est de chercher à expliquer les mœurs de son temps : A la base de l'édifice : les Études de mœurs représentent les effets sociaux.

La seconde assise est les Études philosophiques, car, après les effets viendront les causes.

Puis, après les effets et les causes, doivent se chercher les principes.

Les mœurs sont dans le spectacle, les causes sont dans les coulisses et les machines. Les principes, c'est l'auteur, mais, à mesure que l'œuvre gagne en spirales les hauteurs de la pensée, elle se mesure et se condense · Enseignement historique, culturel mais aussi humaniste et moral dispensé par la littérature concentrationnaire, littérature à part entière mais qui vaut comme document historique. 3) Un enseignement citoyen La littérature permet aussi un apprentissage de la vie citoyenne en dispensant au lecteur une éducation politique et sociale.

Elle le fait réfléchir sur sa société et les évènements historiques ou contemporains qui contribuent à son évolution.

Cette formation politique et sociale est souvent transmise par une littérature. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles