Devoir de Philosophie

Les grandes oeuvres littéraires du passé sont aussi aptes - sinon plus - que celles écrites aujourd'hui en lien direct avec l'actualité à mettre en question le monde dans lequel nous vivons. Partagez-vous cette opinion ?

Extrait du document

  - elles traitent de façon précise des problèmes qu'elles évoquent. Exemple :  Neige, le roman de l'écrivain turc Orhan Pamuk, met en scène le héros, K, dans le Nord-Est de la Turquie; K est aux prises avec une communauté déchirée entre la tentation de l'islamisme (accompagnée d'un rejet de l'Occident) et la répression des soldats gardiens du régime démocratique. La question de l'islamisme, actuellement brûlante, peut être traitée de manière nuancée et adaptée à une province particulière, à une époque charnière (la nôtre).    II. Un texte écrit à une époque révolue permet cependant de poser un regard différent sur notre monde   - prendre du recul par rapport aux problèmes actuels : il y a quelques années, le théâtre MC93 de Bobigny a fait jouer Les Héraclides d'Euripide, et fait succéder la pièce d'un débat sur le problème des réfugiées de Sangatte. La pièce décrit en effet l'errance des enfants d'Hercule, poursuivis par l'assassin de leur père, qui finissent par trouver la sécurité à condition de sacrifier la fille la plus jeune de la famille. La mise en relation de ce texte de l'Antiquité avec un problème brûlant permet de mieux dégager les enjeux humains et philosophiques du problème des réfugiés, au-delà des enjeux politiques directs.   - renouveler le regard sur un fait qu'on ne voit plus : la dénonciation de la guerre à laquelle se livre Voltaire dans l'ensemble de son oeuvre est faite avec une ironie toujours aussi efficace, qui rappelle l'absurdité sur laquelle repose tout conflit. Un exemple canonique est celui du passage de Candide chez les Bulgares, qui rappelle que la guerre n'est qu'une "boucherie héroïque"; cette "piqûre de rappel" a pour charge d'éviter la banalisation du fait.   III.

« Les grandes oeuvres littéraires du passé sont aussi aptes - sinon plus - que celles écrites aujourd'hui en lien direct avec l'actualité à mettre en question le monde dans lequel nous vivons.

Partagez-vous cette opinion ? Il peut sembler provocant d'affirmer que des oeuvres écrites à une époque antérieure à la nôtre peuvent mieux parler de notre monde que celles qui sont nées au coeur de l'actualité.

Cette affirmation pose la question du type de regard qui doit être posé sur l'actualité : n'est-il pas nécessaire, pour mieux la comprendre, de l'aborder dans son caractère exceptionnel et particulier ? ne risque-t-on pas de la réduire en relayant les événements vécus à des problèmes généraux, auxquels les hommes auraient eu affaire "de tout temps"? Cette question amène à s'interroger aussi sur le statut de l'oeuvre littéraire : dans quelle mesure doit-elle être reliée à l'actualité, et qu'est-ce qui en fait une "grande oeuvre littéraire"? I.

Les oeuvres contemporaines semblent être plus adaptées à l'analyse des événements vécu - elles naissent du contexte lui-même et pour cette raison touchent plus facilement les lecteurs : pendant la Première Guerre mondiale, Romain Rolland s'exile en Suisse et publie un roman, Au-dessus de la mêlée, qui critique fortement le fait de s'engager dans la guerre.

Ce roman a été publié au coeur des événements et a fait scandale. - elles peuvent aborder des thèmes propres au monde moderne : ainsi les romans de Michel Houellebecq, qui soulèvent la polémique, abordent des thèmes comme la prostitution en Asie, le clonage, les sectes (dans La possibilité d'une île, dont le héros virtuel est un clone) et amènent à réfléchir sur ces faits et ces problèmes de société. - elles traitent de façon précise des problèmes qu'elles évoquent.

Exemple : Neige, le roman de l'écrivain turc Orhan Pamuk, met en scène le héros, K, dans le Nord-Est de la Turquie; K est aux prises avec une communauté déchirée entre la tentation de l'islamisme (accompagnée d'un rejet de l'Occident) et la répression des soldats gardiens du régime démocratique.

La question de l'islamisme, actuellement brûlante, peut être traitée de manière nuancée et adaptée à une province particulière, à une époque charnière (la nôtre). II.

Un texte écrit à une époque révolue permet cependant de poser un regard différent sur notre monde - prendre du recul par rapport aux problèmes actuels : il y a quelques années, le théâtre MC93 de Bobigny a fait jouer Les Héraclides d'Euripide, et fait succéder la pièce d'un débat sur le problème des réfugiées de Sangatte.

La pièce décrit en effet l'errance des enfants d'Hercule, poursuivis par l'assassin de leur père, qui finissent par trouver la sécurité à condition de sacrifier la fille la plus jeune de la famille.

La mise en relation de ce texte de l'Antiquité avec un problème brûlant permet de mieux dégager les enjeux humains et philosophiques du problème des réfugiés, au-delà des enjeux politiques directs. - renouveler le regard sur un fait qu'on ne voit plus : la dénonciation de la guerre à laquelle se livre Voltaire dans l'ensemble de son oeuvre est faite avec une ironie toujours aussi efficace, qui rappelle l'absurdité sur laquelle repose tout conflit.

Un exemple canonique est celui du passage de Candide chez les Bulgares, qui rappelle que la guerre n'est qu'une "boucherie héroïque"; cette "piqûre de rappel" a pour charge d'éviter la banalisation du fait. III.

C'est leur intemporalité qui fait aussi rentrer ces oeuvres dans le répertoire classique Ce qui définit les "grandes oeuvres littéraires" comme telles est en partie le fait qu'elles conservent toujours une pertinence par rapport aux événements : - valeur presque prophétique de certaines oeuvres : Le procès de Kafka décrit un monde paralysé par l'administration et la bureaucratie, dans lequel les individus sont arrêtés du jour au lendemain sans raison apparente, n'ont plus d'espace privé, et dans lequel la communication au sein de la société n'est plus possible.

On a souvent salué Kafka comme le précurseur et l'annonciateur de la société totalitaire, nazie ou soviétique. - à l'inverse, des livres écrits au coeur de l'actualité peuvent s'avérer, par leur manque de recul, dépourvus de valeur littéraire : La tragédie du président, livre paru l'année dernière qui dévoilait certains des secrets de Jacques Chirac, n'est pas destiné à devenir une "grande oeuvre littéraire". Relire les grands textes du passé représente incontestablement un apport important dans l'analyse des problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés : cela permet de dégager les enjeux fondamentaux (humains, éthiques) de ces problèmes, qui ont tendance à disparaître derrière le traitement pratique (politique) des détails et des particularités.

La pertinence de ces textes n'est pas discutable, au point que certains auteurs semblent avoir prédit les catastrophes auxquelles notre société pourrait être confronté.

On ne peut cependant affirmer que les textes écrits en pleine actualité et qui traitent de l'actualité aient moins de pertinence : ils rendent possible une analyse fine et nuancée des problèmes, sans empêcher dans certains cas une grande valeur littéraire.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles