Devoir de Philosophie

Le désespoir de la vieille - Baudelaire - Petits poèmes en prose.

Extrait du document

La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire ; ce joli être, si fragile, comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux. Et elle s'approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables. Mais l'enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements. Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant : -- « Ah ! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l'âge est passé de plaire, même aux innocents ; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer !». Le désespoir de la vieille - Baudelaire - Petits poèmes en prose.

« La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire ; ce joli être, si fragile, comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux. Et elle s'approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables. Mais l'enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements. Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant : -- « Ah ! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l'âge est passé de plaire, même aux innocents ; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer !». Le désespoir de la vieille - Baudelaire - Petits poèmes en prose. La vieillesse, ses drames, sa solitude, est un sujet rarement abordé par la poésie traditionnelle.

Celle-ci se tourne plutôt vers la beauté «classique», l'épanouissement de la maturité physique ; elle préfère les hommes et les femmes en bonne santé, sur le malheur desquels, peut-être, le lecteur s'apitoiera davantage.

Ce n'est pas une des moindres originalités de Baudelaire que de s'intéresser aux exclus, aux marginaux, aux oubliés de la vie : pauvres et miséreux en tout genre, comme les «Petites Vieilles» des Fleurs du Mal ou ce «Désespoir de la Vieille» publié dans le Spleen de Paris : là une vieille esseulée essaie en vain de communiquer avec un enfant.

Le poète nous montre une nature corrompue par le temps - vivant d'amour et de solitude - avec un regard mêlé de cruauté et de tendresse. La nature corrompue par le temps (la description) A.

La description de la «Vieille" : • le mot «vieille» est plusieurs fois (quatre) répété : effet de redondance.

L'article défini (la vieille) renforce son caractère exemplaire ; elle n'est pas un individu, mais un archétype ; • Baudelaire insiste d'ailleurs bien plus sur l'âge que sur le sexe.

Quels mois utilise-t-il pour la décrire ? le mot «vieille», l'expression « cette bonne femme», plutôt valorisante; des adjectifs, à la connotation dépréciative, évoquant son physique, son attitude générale : «petite», «ratatinée», «fragile», «décrépite» - tout cela traduisant les ravages exercés par le Temps, jamais nommé, toujours présent.

Autres méfaits du temps : «sans dents et sans cheveux». Noter aussi, «malheureuses vieilles femelles», avec femelle qui renvoie davantage à l'animalité qu'à l'humanité. B.

La description de l'enfant : a.

Opposition : «joli enfant, joli être» s'opposent à «petite vieille», avec la répétition insistante de l'adjectif «joli», et le hiatus (joli-être) qui détache l'adjectif.

De même en est-il pour «innocent» la vieille ?). b.

Rapprochement ¦ les comparaisons sont multiples entre les deux : comme «la vieille», l'auteur parle de «l'enfant», ou du «joli être», lui aussi est «généralisé» et «hors sexe» (avant la sexualité, comme la vieille est après).

Lui aussi est fragile, sans cheveux, sans dents («comme elle»). c.

Ils sont donc dissociés et liés, représentant les deux extrémités de la vie : la naissance et la mort ; deux incarnations du Temps. Amour et solitude (l'action) A.

Actions et sentiments de l'enfant • Quand la vieille s'approche, il est saisi d'«horreur», il est «épouvanté».

Vocabulaire très fort : «il se débattait», poussant des «glapissements»; ce mot renvoie à l'animal (renard, chacal...).

Si l'enfant est la «pure nature», cette nature semble être vouée au Mal (même s'il est inconscient...).

Il repousse la vieille... • Les autres ( les adultes ?) ; «chacun», «tout le monde» (ce qui semble nous inclure en tant que lecteur) veut lui «faire fête», et «voulait plaire».

Avec lâcheté, on flatte ce qui semble être «joli». B.

Actions et sentiments de la vieille • Si son corps est délabré, «ratatinée», son â m e ne l'est pas ; les mots utilisés sont valorisants : elle est «réjouie» d'abord ; elle veut s'approcher de l'enfant.

Elle essaie de se mettre à sa portée, d'où le vocabulaire : «risettes», «caresses», «mines agréables». • Mais le contact est désastreux : «elle se retira» et «pleurait» ; le sens figuré («se retira») se mêle a u m o t concret («dans un coin») et renforce l'expression, la force de la scène.

La «solitude», «éternelle», semble être le destin de la vieille, inévitable et «naturel».

Le «coin» où elle s'isole prend encore une connotation animale.

Vieille et enfant semblent condamnés à vivre séparés (chacun dans son coin). • Fatalité tragique : l'amour semble créer de la répulsion, ce dont est consciente la vieille (dernière phrase du poème). Cruauté et tendresse (le regard du poète) Le texte progresse de «l'extérieur» (la cruauté apparente : la description/le récit) à l'«intérieur» (la tendresse/les sentiments). A.

Le registre de langue : il est marqué par une certaine désinvolture ; des familiarités de mots ou de syntaxe : «ratatiné», «risettes», etc., qui n'appartiennent pas a priori au registre poétique habituel, à la «norme» (mais Baudelaire méprise la norme) ; cela cohabitant avec certaines tournures littéraires, voire emphatiques (dernière phrase par exemple). B.

Le ton : peut-on parler de froideur ? de cruauté ? Les personnages, la scène elle-même, tout est décrit sans fard ni artifice, avec le mot direct.

D'où la violence du texte, et sa vigueur (# mièvrerie qu'une telle scène eût pu produire). C.

L'aspect «fatal» est renforcé par la structure logique du texte, qui prend l'allure d'une «démonstration» logique («Et...

Mais...

Alors...»), comme si le dénouement était inévitable ; un raisonnement quasi mathématique. Cette structure (présentation/réaction de l'enfant/retrait de la vieille) renforce le sens. Conclusion — Un texte sur la «non-communication» (entre les deux «âges» extrêmes de l'humanité). — Un texte poétique.

Cruel et plein d e compassion, pour cet être à part : le vieux.

Il refuse «l'apitoiement» habituel sur l'enfant et le vieillard : la réalité y est montrée «nue» et terrible : le poète est-il, comme la vieille, rejeté ?. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles