Devoir de Philosophie

L'art peut-il aborder des sujets graves sur le mode plaisant ?

Extrait du document

L'efficacité de ce décalage dépend donc de sa propre légitimité.   III- Un décalage nécessaire à la dynamique de la liberté d'expression   ·         La censure est normalement là pour que les auteurs, et les dessinateurs ne franchissent pas certaines limites qui se basent en premier lieu sur le respect des autres. Cette censure au cours de l'Histoire a parfois été très virulente, comme par exemple, lors de l'inquisition instituée par le pape Grégoire IX pour la répression dans la chrétienté. On a pu observer que pendant cette période, et à sa suite, la population ne connaissait plus de réelles évolutions idéologiques, et donc plus de véritable progrès au sein de la société. Cela laisse penser que pour évoluer dans une société, les hommes ont fondamentalement besoin de la liberté d'expression. ·         Cette nécessité d'avoir une liberté d'expression, Voltaire l'a bien comprise, et il utilise l'ironie pour décrédibiliser la censure de l'Ancien Régime dans son livre De l'horrible danger de la lecture publié en 1765. Effectivement, il tourne en dérision l'ensemble des personnes qui ont quelques intérêts à ce que cette censure soit maintenue en prolongeant de manière caricaturale leur point de vue afin que celui-ci perde toute vraisemblance aux yeux du lecteur. « Il est à craindre » que les lecteurs ne trouvent dans les livres quelques moyens d' »augmenter leur richesse », « de perfectionner leurs arts mécaniques », ou que ces même livres puissent « leur inspirer un jour quelque élévation d'âme ». Voltaire fait donc ici de manière totalement détournée l'éloge de la littérature, de la liberté d'expression, et observe tous les bienfaits qu'ont les livres sur les hommes y compris les bienfaisances que peut apporter le siècle des Lumières et des philosophes: « Ils se pourrait » que de « misérables philosophes » veulent « dans la suite du temps », « éclairer les hommes et » « les rendre meilleurs ». ·         On comprend alors que le décalage entre forme et contenu opéré par l'art participe de la nécessité de la liberté de penser : celle-ci, en garantissant le débat et le dialogue (ainsi que la polémique et la controverse), permet à la société d'évoluer et de progresser culturellement.

Liens utiles