Devoir de Philosophie

La poésie doit-elle être nécéssairement musicale ?

Extrait du document

  - On note une importance du rythme et de la rime dans la tradition poétique. La poésie est marquée par l'oralité et la musique de ses origines puisque la recherche de rythmes particuliers, comme l'utilisation des vers, et d'effets sonores, comme les rimes, avait une fonction mnémotechnique pour la transmission orale primitive. Poésie est placée à la fois sous l'égide d'Apollon (dieux des arts, jouant de la lyre et patron des Muses) et d'Orphée (symbolisant la musique avec sa flûte). Cette tradition du mètre et de la rime poétiques se retrouve des origines de la poésie jusqu'à nos jours.   - Certaines figures de style comme l'assonance ou l'allitération ainsi que la présence de refrain dans certaines poésie (ex : Le Pont Mirabeau d'Apollinaire) témoigne de cette musicalité de la poésie.   - Certains poètes font d'ailleurs de la musicalité la caractéristique première de la poésie avant même l'attachement aux mots : cf. L'Art Poétique de Verlaine qui prône, pour plus de musicalité, l'utilisation du vers impair « Plus vague et plus soluble dans l'air,/ Sans rien en lui qui pèse ou qui pose ». Toute la poésie de Verlaine est très axée sur les sonorités et les jeux de rythmes , par exemple, dans le recueil Romances sans Parole où comme le titre en témoigne, l'attachement aux mots est minime ( ex : le poème « Walcourt » qui a l'aspect d'un comptine) Un exemple poussé à l'extrême de la conception de la poésie comme musicale : les poèmes sonores d'Hausmann dans le cadre du mouvement avant-gardiste Dada. Il s'agit de créer un poème sonore, qui s'affranchit de l'intelligibilité courante des mots et qui par leur phonétisme, déclenche à une approche sensible.   III)               C'est la musicalité qui crée la poésie de certains textes prosaïques La musicalité s'affirme comme la composante première de la poésie car même dans des textes apparemment non poétiques, la poésie surgit grâce à elle.

« Analyse du sujet et problématisation Ce sujet comporte 3 mots-clés : poésie ; musicale et l'adverbe nécessairement La poésie est un genre littéraire très ancien aux formes variées qui se constitue aussi bien en vers qu'en prose et dans lequel l'importance dominante est accordée à la "forme.

Le mot poésie vient du grec poiein qui signifie « faire, créer » ; le poète est donc un créateur de mots, un inventeur de formes expressives qui démultiplie la puissance de signification des mots par son travail. L'adjectif « musicale » désigne une attention aux rythmes et aux rimes ou du moins aux sonorités en poésie. Le poème doit comporter une sorte de mélodie. L'adverbe « nécessairement » évoque la musicalité comme composante obligatoire de la poésie.

Le sujet met en question cette nécessité. Le sujet invite, à travers l'expression « attendez-vous », à donner un jugement personnel.

(Pour moi, peut-il y avoir une poésie sans musicalité ?) Problématique : La poésie passe-t-elle obligatoirement par la musicalité, c'est à dire par un ensemble de rythmes et d'harmonies sonores ? Ce sujet met en jeu la possibilité d'une poésie non musicale. ATTENTION : il me semble qu'on ne peut affirmer une poésie qui ne soit pas du tout musicale : il ne faut donc pas faire une partie qui serait « la poésie n'est pas musicale » car on aurait du mal à trouver des exemples et ceuxci seraient nécessairement anecdotiques. I) Si le Verbe, le Mot est à l'origine de la poésie qui exalte ses potentialités de signification… La poésie est une mise en valeur des mots, les mots peuvent être envisagés comme premiers, indépendamment d'un souci de musicalité. - Le poète exploite toutes les ressources de la langue en valorisant aussi les mots par leur rareté et leur nombre limité : on parle parfois de " poésie-télégramme " où chaque mot " coûte ", par exemple, dans la forme fixe du sonnet comportant seulement 14 vers.

Le soin accordé au choix des mots passe souvent par la recherche de sens rares ou de néologisme ( on a donc un travail sur le sens même des mots) : Ex : « Soleils Couchants » de Verlaine où le poète opère à une remotivation du sens du mot « aube » en l'associant au coucher du soleil : Une aube affaiblie Verse par les champs La mélancolie Des soleils couchants. Le mot peut aussi être mis en valeur par des figures de style comme l'anaphore, l'oxymore, le chiasme etc… et bien sûr, la métaphore qui se présente comme la figure de style par excellence du genre poétique. - La poésie engagée, dans laquelle le poète souhaite défendre une idée, accorde autant, voir plus, d'importance aux mots et à leur sens qu'à la forme du poème : ex : Victor Hugo qui fait entrer le poète dans la Cité en lui attribuant un rôle de guide pour le peuple, par exemple, dans Les Châtiments où il se présente comme l'opposant à " Napoléon le petit ". Autre ex : celui des poètes-résistants qui expriment et dénoncent la réalité de la guerre dans leur poème : Louis Aragon (Les Yeux d'Elsa, 1942 - La Diane Française, 1944) ou Paul Éluard (Poésie et vérité, 1942 • Au rendez-vous allemand, 1944) - Certains poètes ont tenté d'exalter les pouvoirs de signification des mots autrement que par l'attention à leur musicalité en cherchant à parler à l'œil et plus seulement à l'oreille, tirant ainsi le poème du côté du tableau. C'est le cas d'Apollinaire dans ses Calligrammes. II) … Il faut « de la Musique avant toute chose » (Verlaine) La musicalité apparaît tout de même comme ce qui fonde le genre poétique, et comme la meilleure mise en valeur des mots. - On note une importance du rythme et de la rime dans la tradition poétique.

La poésie est marquée par l'oralité et la musique de ses origines puisque la recherche de rythmes particuliers, comme l'utilisation des vers, et d'effets sonores, comme les rimes, avait une fonction mnémotechnique pour la transmission orale primitive.

Poésie est placée à la fois sous l'égide d'Apollon (dieux des arts, jouant de la lyre et patron des Muses) et d'Orphée (symbolisant la musique avec sa flûte).

Cette tradition du mètre et de la rime poétiques se retrouve des origines de la poésie jusqu'à nos jours. - Certaines figures de style comme l'assonance ou l'allitération ainsi que la présence de refrain dans certaines. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles