Devoir de Philosophie

Jean-Baptiste CHASSIGNET (1571-1635) - À beaucoup de danger est sujette la fleur

Extrait du document

Jean-Baptiste CHASSIGNET (1571-1635) - À beaucoup de danger est sujette la fleur À beaucoup de danger est sujette la fleur, Ou l'on la foule aux pieds ou les vents la ternissent, Les rayons du soleil la brûlent et rôtissent, La bête la dévore, et s'effeuille en verdeur : Nos jours entremêlés de regret et de pleur À la fleur comparés comme la fleur fleurissent, Tombent comme la fleur, comme la fleur périssent, Autant comme du froid tourmentés de l'ardeur. Non de fer ni de plomb, mais d'odorantes pommes Le vaisseau va chargé, ainsi les jours des hommes Sont légers, non pesants, variables et vains, Qui, laissant après eux d'un peu de renommée L'odeur en moins de rien comme fruit consommée, Passent légèrement hors du coeur des humains.

« Jean-Baptiste Chassignet, Mespris de la vie et consolation contre la mort, « À beaucoup de danger est sujette la fleur ». 1. À beaucoup de danger est sujette la fleur, 2. Ou l'on la foule aux pieds ou les vents la ternissent, 3. Les rayons du soleil la brûlent et rôtissent, 4. La bête la dévore, et s'effeuille en verdeur : 5. Nos jours entremêlés de regret et de pleur 6. À la fleur comparés comme la fleur fleurissent, 7. Tombent comme la fleur, comme la fleur périssent, 8. Autant comme du froid tourmentés de l'ardeur. 9. Non de fer ni de plomb, mais d'odorantes pommes 10. Le vaisseau va chargé, ainsi les jours des hommes 11. Sont légers, non pesants, variables et vains, 12. Qui, laissant après eux d'un peu de renommée 13. L'odeur en moins de rien comme fruit consommée, 14. Passent légèrement hors du coeur des humains. ****** Jean-Baptiste Chassignet (1571-1635) : Après une formation humaniste, il étudie le droit, obtient son doctorat, ce qui le mène à une carrière d’avocat fiscal et de conseiller au bailliage de Gray. Dès l’âge de vingt-quatre ans, il achève l’immense suite de sonnets, au nombre de 434, qui a pour titre Le Mépris de la vie et Consolation contre la mort. Sonnets très représentatifs de la sensibilité de l’époque par leur ardeur sombre qui unit violent réalisme, grâce des images, âpreté du ton, ferveur mystique. Poète baroque > il faudra bien montrer dans votre commentaire les aspects qui relèvent de la pensée et de l’esthétique baroques. « À beaucoup de danger est sujette la fleur ». • Sonnet > forme fixe composée de quatorze alexandrins, organisés en deux quatrains à rimes identiques embrassées (ABBA ABBA) + de deux tercets. • Sonnet CCLXVI du recueil Mespris de la vie et consolation contre la mort. • Rimes du type CCD, EED dans les tercets > sonnet italien ou marotique. • Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines. I- Destinées périlleuses A- Les dangers encourus par la fleur • Vers 1 : poète qui évoque les dangers encourus par la fleur. « fleur » > beauté mais fragilité. « À beaucoup de danger » > hyperbole, mise en garde… • Poète qui liste tous ces dangers. Cf. le champ lexical de la destruction. Ex : « foule ; ternissent ; brûlent et rôtissent ; dévore ; s’effeuille ». « brûlent et rôtissent ; dévore » > tortures subies. => Fleur qui est victime… • Nombreux « sujets » des verbes évoquant la dévastation de la fleur. Cf. « on » > pronom personnel sujet indéfini, né désigne personne en particulier mais évoque sûrement les hommes (cf. « pieds). Cf. les éléments climatiques : « les vents » ; « les rayons du soleil ». Cf. les animaux : « la bête ». »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles