Devoir de Philosophie

En quel sens Taine a-t-il pu dire que l'Histoire de France de Michelet est « l'épopée lyrique de la France » ?

Extrait du document

du fait de l'importance des événements, quand par exemple ils décident de la vie et de la mort de notre pays (la délivrance d'Orléans par Jeanne d'Arc), b. du fait des personnages qui prennent part à ces événements et dont Michelet fait sentir le caractère sublime (Jeanne d'Arc, faible enfant « au corps délicat et tendre, intrépide dans les combats, et en même temps bonne, douce, charitable »), ou auxquels il prête une grandeur d'un caractère terrible (Thuriot « violent, audacieux, sans respect humain, sans peur ni pitié... dont la parole tue la Bastille et tue Robespierre ») ; II. Michelet introduit dans son Histoire de France un élément imaginatif, par lequel il anime d'une vie surnaturelle: a. soit des hommes transformés en symboles, et qui, de ce fait, accomplissent des actions qui tiennent du prodige (le grand Ferré, symbole du peuple du xive siècle, bon géant, « simple et brute encore, impétueux, aveugle, demi-homme et demi-taureau... qui charpente l'ennemi de sa hache, prend chaud à la besogne, boit froid et se couche pour mourir » ; b. soit des choses brutes, comme nos côtes de Bretagne battues par une mer sans merci, et comme cette mer elle-même « anglaise d'inclination, qui brise nos vaisseaux, ensable nos ports », comme le Rhône, emporté ainsi qu'un « taureau qui a vu rouge », et comme nos vieilles cathédrales, où Michelet ranime le culte du moyen âge et auxquelles il prête une vie mystérieuse. III. Cette épopée est en même temps lyrique, en ce sens que Michelet y exprime sa sensibilité toujours frémissante, en lui donnant pour objet: a) tel ou tel acteur de son épopée : la côte de Brest, dont l'aspect « sinistre .et formidable» l'épouvante; la Provence dont il aime les caprices, les passions, les colères ; le paysan du xive siècle, qu'il évoque du fond des temps, souillé, défiguré, misérable, et auquel il crie sa tendresse avec des larmes ; la Bastille, symbole du despotisme et qu'il exècre, etc.

Liens utiles