Devoir de Philosophie

Dans quelle mesure le poète peut-il exercer une fonction sociale ?

Extrait du document

En exil, en parallèle des Châtiments, il compose Les Contemplations ; ce recueil est construit en deux parties, séparées par une date, le 4 septembre 1843, jour de la mort accidentelle de sa fille Léopoldine. La première partie, « Autrefois », est consacrée au bonheur ; la seconde, « Aujourd'hui », est une méditation sur la mort et la destinée humaine. Dans « Horror », dont le titre désigne une horreur sacrée, un effroi devant ce qui est terrifiant et incompréhensible pour l'homme, il décrit l'humanité marchant dans l'obscurité, foule passagère, seule, sans Dieu :   « Pour qui luis-tu, Vénus ? Où roules-tu, Saturne ?    Ils vont. Rien ne répond dans l'éther taciturne.    L'homme grelotte, seul et nu. »   Charles Baudelaire, dans ses Notes nouvelles sur Edgar Poe, en 1857, définit la nature et la fonction de la poésie comme une recherche de la Beauté  et du Ciel: « C'est cet admirable, cet immortel instinct du Beau qui nous fait considérer la terre et ses spectacles comme un aperçu, comme une Correspondance du Ciel. La soif insatiable de tout ce qui est au-delà, et que révèle la vie, est la preuve la plus vivante de notre immortalité. C'est à la fois par la poésie et à travers la poésie, par et à travers la musique que l'âme entrevoit les splendeurs situées derrière le tombeau ; [.

« Demande d'échange de corrigé de R Laura ([email protected]). Sujet déposé : Dissertation : Dans quelle mesure le poète peut-il exercer une fonction sociale ? Selon la légende, le premier de poètes fut Orphée, dont les chants et la poésie pouvaient charmer les hommes et les bêtes sauvages ; il parvint même à endormir Cerbère et put aller chercher Eurydice aux Enfers.

A travers les siècles, la fonction du poète se résume-t-elle à charmer les sens ? Ne peut-elle assumer un rôle plus important dans la société ? Nous nous demanderons dans quelle mesure le poète peut exercer une fonction sociale.

Dans une première partie, nous nous attacherons à considérer la fonction sociale et temporelle du poète au niveau politique.

Dans une deuxième partie, nous nous intéresserons à la forme de la poésie pour nous demander en quoi elle peut être plus efficace qu'un autre genre qui se voudrait tout autant guide de la société.

Dans une troisième partie, enfin, nous nous interrogerons sur les autres fonctions du poète, ce qui nous amènera à élargir le terme de société à celui d'humanité. I Le poète éclaire les hommes : il est un guide contemporain, temporel, politique et social Le poète voit la société d'en haut et en a une vision omnisciente Victor Hugo décrit les pouvoirs du poète dans « Fonction du poète ».

Celui-ci a une vision du monde et de la société autre que celle qu'en ont les autres hommes, il a une position supérieure, surélevée, qui lui permet d'être omniscient et de considérer le monde dans son évolution.

« A tous d'en haut il dévoile [la lumière].

» Il est celui qui sert de lien entre le passé et le futur, il rend la « tradition féconde ».

Il est même capable de distinguer l'avenir et de voir le germe à venir.

Il peut donc éclairer les hommes par son omniscience.

Il est le gardien du passé, racine de tout ce qui existe, et résiste aux jugements négatifs pour maintenir vivante une tradition qui assure la continuité.

Il apparaît comme un passeur, et la poésie comme un lien entre le passé et le futur : « [Il] Marche, courbé dans vos ruines, Ramassant la tradition. De la tradition féconde [...] Toute idée, humaine ou divine, Qui prend le passé pour racine A pour feuillage l'avenir.

» Hugo, dans La légende de siècles, suggère les grandes étapes du progrès humain à travers des poèmes, tantôt lyriques, épiques ou satiriques.

Il ne cherche pas la vérité historique mais « de l'histoire écoutée à la porte de la légende ». Le poète se fait le héraut des injustices, il dénonce les dysfonctionnements sociaux et les tyrans Le poète veut permettre à la société qui lui est contemporaine de progresser, d'aborder un avenir plus serein. Pour ce faire, il dénonce les injustices et se fait le messager de la vérité.

Ainsi Victor Hugo dénonce le tyran, Napoléon III, dans « Ultima Verba », alors qu'il est exilé à Jersey ; au moment où les exilés peuvent rentrer en France à condition de se soumettre, l'auteur appelle à ne pas céder et rappelle qu'il soutiendra la liberté et la République envers et contre tous, même s'il doit être seul.

Ses Châtiments constituent une satire du second Empire. Cette mission du poète comme dénonciateur n'est pas une nouveauté au 19ème siècle : Hugo s'inscrit dans toute une tradition littéraire, qui fait des auteurs des porte-parole de la vérité et de la justice.

Entre 1577 et 1616, Agrippa d'Aubigné écrit Les Tragiques, grand poème épique dans lequel il dénonce Henri IV, le roi apostat qui s'est donné à l'ennemi, passant du camp des Protestants à celui des Catholiques au moment où il se fait baptiser.

Des années plus tard, La Fontaine fait la satire des grands, de leurs ridicules et de leurs injustices dans ses Fables. Après Hugo, Rimbaud dénonce les ravages de la guerre de 1870 dans son poème « Le Dormeur du Val » ; au XXème siècle, Paul Eluard répond à ses amis qui lui ont reproché de s'être engagé politiquement que « La poésie doit avoir pour but la vérité pratique ».

La fonction sociale de la poésie est pour lui essentielle. 3) Le poète fait l'éloge des hommes à prendre pour modèle, des héros contemporains Il (Paul Eluard) se fait le chantre de la résistance en 1942 en écrivant son célèbre poème « Liberté », dont voici la première strophe :. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles