Devoir de Philosophie

Charles GUÉRIN (1873-1907) (Recueil : L'homme intérieur) - J'ai croisé sur la route où je vais dans la vie

Extrait du document

Charles GUÉRIN (1873-1907) (Recueil : L'homme intérieur) - J'ai croisé sur la route où je vais dans la vie J'ai croisé sur la route où je vais dans la vie La Mort qui cheminait avec la Volupté, L'une pour arme ayant sa faux inassouvie, L'autre, sa nudité. Voyageur qui se traîne, ivre de lassitude, Cherchant en vain des yeux une borne où s'asseoir, Je me trouvais alors dans une solitude Aux approches du soir. Tout à coup, comme à l'heure où le vent y circule, L'herbe haute a frémi sur le bord du fossé, Et, près de moi, sortant soudain du crépuscule, Les deux soeurs ont passé. Poursuivant sans répit leur marche vagabonde, Des régions de l'ombre aux rives du matin Elles portaient ainsi leurs oeuvres par le monde, Servantes du Destin. D'un sourire cruel m'ayant cloué sur place, Je les voyais déjà décroître à l'horizon Que j'éprouvais encor, plein de flamme et de glace, Un horrible frisson. La dernière alouette a crié dans les chaumes ; Et j'ai repris, d'un oeil craintif tâtant la nuit, Le chemin où, parmi les pas des deux fantômes, L'Inconnu me conduit.

Liens utiles