Devoir de Philosophie

CHAMFORT conclut ainsi son Éloge de Molière (1766) : N'existerait-il pas un point de vue d'où Molière découvrirait une nouvelle carrière dramatique ? Répandre l'esprit de société fut le but qu'il se proposa. Arrêter ses funestes effets serait-il un dessein moins digne d'un sage ? Verrait-il sans porter la main sur ses crayons l'abus que nous avons fait de la société et de la philosophie, le mélange ridicule des conditions, cette jeunesse qui a perdu toute morale à quinze ans, toute sen

Extrait du document

Aventurier et bohème, CHAMFORT (1740-1794) commence par s'étourdir de plaisirs. Mais il ne tarde pas à comprendre que le commencement de la sagesse est la crainte des hommes. Alors, comme Alceste, il poursuit de ses analyses cruelles les vices et les ridicules de la société de son temps. Son oeuvre la plus connue est les Maximes, caractères et anecdotes (éditée après sa mort). Cependant, l'Académie française couronna son Éloge de Molière (1766). CHAMFORT écrit donc à une époque où règne la littérature à thèse. Les tragédies de VOLTAIRE sont écrites pour dénoncer le fanatisme... Certes, le XVIIe siècle avait la volonté d'instruire, mais cette volonté demeurai-dans l'ensemble assez générale pour ne pas transformer l'art en prédication. Aussi devrez-vous considérer avec quelque scepticisme l'affirmation abrupte : Répandre l'esprit de société fut le but qu'il se proposa. Votre scepticisme sera d'autant plus profond qu'on ne connaît guère de grand homme de théâtre qui ait créé des personnages avec une perspective aussi étroite. CHAMFORT fait bon marché de la spontanéité créatrice du génie. Toute grande oeuvre théâtrale est ambiguë.

Liens utiles