Devoir de Philosophie

Beckett, En attendant Godot. I.

Extrait du document

Beckett, En attendant Godot. I. ESTRAGON : Endroit délicieux. (Il se retourne, avance jusqu'à la rampe, regarde vers le public.) Aspects riants. (Il se tourne vers Vladimir.) Allons-nous-en. VLADIMIR : On ne peut pas. ESTRAGON : Pourquoi ? VLADIMIR : On attend Godot. ESTRAGON : C'est vrai. (Un temps.) Tu es sûr que c'est ici ? VLADIMIR : Quoi ? ESTRAGON : Qu' il faut attendre. VLADIMIR : Il a dit devant l'arbre. (Ils regardent l'arbre.) Tu en vois d'autres ? ESTRAGON : Qu'est-ce que c'est ? VLADIMIR : On dirait un saule. ESTRAGON : Où sont les feuilles ? VLADIMIR : Il doit être mort. ESTRAGON : Finis les pleurs. VLADIMIR : A moins que ce ne soit pas la saison. ESTRAGON : Ce ne serait pas plutôt un arbrisseau ? VLADIMIR : Un arbuste. ESTRAGON : Un arbrisseau. VLADIMIR : Un – (Il se reprend). Qu'est-ce que tu veux insinuer ? Qu'on s'est trompé d'endroit ? ESTRAGON : Il devrait être là. VLADIMIR : Il n'a pas dit ferme qu'il viendrait. ESTRAGON : Et s'il ne vient pas ? VLADIMIR : Nous reviendrons demain. ESTRAGON : Et puis après-demain. VLADIMIR : Peut-être. ESTRAGON : Et ainsi de suite. VLADIMIR : C'est-à-dire... ESTRAGON : Jusqu'à ce qu'il vienne. VLADIMIR : Tu es impitoyable. ESTRAGON : Nous sommes déjà venus hier. VLADIMIR : Ah non, là tu te goures. ESTRAGON : Qu'est-ce que nous avons fait hier ? VLADIMIR : Ce que nous avons fait hier ? ESTRAGON : Oui. VLADIMIR : Ma foi... (Se fâchant.) Pour jeter le doute, à toi le pompon. ESTRAGON : Pour moi, nous étions ici. VLADIMIR (regard circulaire) : L'endroit te semble familier ? ESTRAGON : Je ne dis pas ça. VLADIMIR : Alors ? ESTRAGON : Ça n'empêche pas. VLADIMIR :Tout de même... cet arbre... (se tournant vers le public) ...cette tourbière. ESTRAGON : Tu es sûr que c'était ce soir ? VLADIMIR : Quoi ? ESTRAGON : Qu'il fallait attendre ? VLADIMIR : Il a dit samedi. (Un temps.) Il me semble. ESTRAGON : Après le turbin. VLADIMIR : J'ai dû le noter. (Il fouille dans ses poches, archibondées de saletés de toutes sortes.) ESTRAGON : Mais quel samedi ? Et sommes-nous samedi ? Ne serait-on pas plutôt dimanche ? ou lundi ? ou vendredi ? VLADIMIR (regardant avec affolement autour de lui, comme si la date était inscrite dans le paysage) : Ce n'est pas possible. ESTRAGON : Ou jeudi. VLADIMIR : Comment faire ? ESTRAGON : S'il s'est dérangé pour rien hier soir, tu penses bien qu'il ne viendra pas aujourd'hui.

Liens utiles